Wang Shaoguang 王绍光: recherche et engagement politique en Chine

Wang Shaoguang - source : cenet.org.cn

Animés par une certaine conception du rôle de l’intellectuel, des chercheurs chinois s’appuient sur leurs recherches universitaires pour s’adresser aux dirigeants chinois et influencer le processus de prise de décision politique. Wang Shaoguang en est un des exemples les plus marquants dans le domaine de l’économie politique et de la science politique. Lynn White a décrit en des termes très justes la nature de l’influence politique des intellectuels en Chine:

“Intellectuals do not crucially oppose or support any government. That is not how their work influences most politics. If they support a regime, it lasts or falls mainly because of other constituencies. If they try to oppose it alone, they are regularly repressed. Their power is longer-term, more elusive, a matter of symbols. The social task of Chinese intellectuals is to see China clearly, and to say what they see”[i] .

Ces considérations me semblent tout à fait pertinentes pour comprendre l’engagement et la démarche de personnalités universitaires telles que Wang Shaoguang, professeur de science politique à l’Université Chinoise de Hong-Kong. Ce natif de Wuhan ne préfère pas s’installer définitivement en Chine continentale. Pourtant, ses recherches et son engagement intellectuel ont prouvé à maintes reprises son désir ardent de contribuer, à travers des analyses précises et des argumentations étayées, à l’amélioration des conditions de vie de ses compatriotes et de transformer le régime politique chinois.

Wang Shaoguang appartient à la « Génération perdue » des Chinois qui ont grandi pendant la Révolution culturelle. Né en 1954, il est contraint de suspendre ses études secondaires lorsque la Révolution culturelle éclate. Il devient alors Garde rouge et consacre ses journées aux débats politiques avec ses camarades et à la lecture – principalement des Nouvelles de Référence (Cankao Xiaoxi) et des classiques chinois et étrangers, auxquels il parvient à avoir accès. Il est ensuite nommé professeur de mathématiques dans un collège difficile de Wuhan, ce qui lui permet d’obtenir d’excellents résultats au concours d’entrée à l’Université en 1977 (le plus difficile de l’histoire de la Chine car, ayant été suspendu pendant la Révolution culturelle, dix fois plus de candidats sont autorisés à y participer). Il est alors reçu dans l’une des universités les plus prestigieuses de Chine : l’Université de Pékin. Au terme de quatre années de licence de droit, pendant lesquelles il est à plusieurs reprises inquiété pour ses convictions libérales, il est sélectionné pour faire une thèse aux États-Unis et fait partie des trois premiers étudiants chinois à obtenir une bourse Fulbright. Son mémoire de doctorat, qui repose sur ses archives personnelles et des entretiens passés en 1986, est consacré à l’étude de la rationalité des acteurs à Wuhan pendant la Révolution culturelle[ii]. Son engagement intellectuel et politique se manifeste d’abord lorsqu’il publie en 1992 des États-Unis un article[iii] très important qualifié de néoconservateur qui lance La Nouvelle Gauche chinoise[iv]. Dans cet article, Wang déplore la toute puissance des gouvernements locaux, à même de poursuivre des intérêts particuliers au mépris d’une cohérence et d’une justice nationales. Il propose l’établissement d’un gouvernement démocratique puissant, capable d’accomplir les trois grandes tâches que sont la croissance économique, la justice sociale et l’équilibre écologique. Selon lui, un État moderne doit être en mesure d’allouer et de redistribuer des ressources et de maintenir la stabilité. Dans le cas contraire, l’État perd sa légitimité. Lors de notre première rencontre[v], Wang explique comment il en est venu à développer sa proposition de réforme de l’État. Après une licence de droit à l’Université de Pékin et un doctorat de science politique à l’Université Cornell, il négocie des Etats-Unis les termes de son recrutement à l’Université de Wuhan. Le jour même où il accepte le poste, le 4 juin 1989, le mouvement étudiant est réprimé. Il décide de ne plus rentrer en Chine. Il enseigne un an à Cornell, puis dix ans au département de science politique de Yale, et c’est dans ce cadre qu’il part en Russie en 1990 et 1991 pour aider les Russes à établir un système démocratique et une économie de marché. Avec ses collègues de Yale, il conçoit avant de partir un plan de transition en 500 jours. C’est en découvrant la situation, qui lui semble encore plus grave qu’aux pires heures de la Révolution culturelle ou du Grand Bond en avant en Chine, qu’il en vient à se concentrer sur la question de la capacité de l’État et de la construction d’un État fort démocratique. Ainsi, pour Wang, il n’est pas question de se contenter d’analyser la démocratisation d’un pays par le biais de l’institutionnalisation d’élections. L’efficacité et la puissance des institutions étatiques constituent une condition requise essentielle avant toute démocratisation. Il est donc d’abord considéré comme un conservateur, voulant s’appuyer sur un État fort pour impulser les réformes. Cependant, le but sans cesse martelé de ses revendications et critiques est d’arriver à construire un régime démocratique durable, stable, juste et équitable[vi].

Hu Angang - source : humanrights.cn

Hu Angang, économiste en postdoctorat à Yale, lit les articles de Wang et se rapproche de lui. Il reprend les idées développées par Wang et les étaie d’idées et de données issues de ses recherches en économie. Ils retravaillent ensemble le tout, devenu le rapport qu’ils soumettent à une douzaine de journalistes invités à participer à une conférence de presse que Hu Angang organise dans son unité de travail, l’Académie des Sciences Sociales. Ils ont pour but affiché d’infléchir la politique gouvernementale et de présenter une théorie de l’établissement d’institutions démocratiques. La transition politique doit se concentrer sur le renforcement et l’amélioration des autorités publiques pour ne pas faire l’erreur d’une démocratisation caractérisée par l’abolition aveugle de l’autorité. Tous deux critiquent violemment la décentralisation amorcée au temps de Mao Zedong pour lutter contre le bureaucratisme, puis renforcée par Deng Xiaoping pour mettre fin à la planification. Le rapport s’oppose à la théorie économique néoclassique anti-régulatrice selon laquelle le marché libre et la croissance économique aboutissent naturellement à une convergence des revenus régionaux. Ils décrivent longuement le déséquilibre injuste entre les régions et rappellent le besoin impératif de politiques publiques spécialement conçues pour limiter le problème. Ils mettent également en garde contre la conception d’un État monolithique totalitaire et expliquent que le retrait de l’État central, à tel point qu’il dépend des gouvernements locaux pour la collecte fiscale, n’a fait que renforcer l’emprise sur la société des gouvernements des échelons inférieurs. Le rapport est immédiatement publié dans différentes revues à circulation interne (neibu)[vii]. Le ministre des Finances est averti par le directeur de l’institut de recherche du ministère – qui avait également été invité à la conférence de presse – de l’existence du rapport et les invite à lui présenter en personne. Selon Wang Shaoguang, c’est parce que l’équipe du ministre préparait une réforme fiscale depuis 1986 et cherchait un déclencheur pour impulser la réforme que le rapport eut un tel retentissement. En effet, le rapport insiste avec des accents alarmistes sur l’urgence de la situation. Le ministère n’abordait jusqu’alors la question de la réforme fiscale que d’un point de vue technique et ne parvenait pas à faire taire les oppositions internes. Le rapport insiste sur son importance politique et permet d’accélérer les choses. La réforme du partage des recettes fiscales entre gouvernements central et locaux est lancée en 1994. Elle constitue une première étape dans l’institution des relations financières entre le centre et les collectivités locales, destinée à réguler des mesures fiscales complexes et à mettre un terme aux négociations incessantes entre les gouvernements à différents échelons[viii]. La publication du Rapport sur la Capacité de l’État[ix] issu de cette collaboration représente un événement majeur dans la formation d’une doctrine politique visant à renforcer le pouvoir central.

Les recherches de Wang Shaoguang en économie politique, celles de Hu Angang en économie du développement, et leurs enquêtes de terrain à travers le pays les invitent à poursuivre leur travail commun et à se consacrer aux risques liés aux disparités régionales grandissantes. Économie Politique du développement inégal: le Cas de la Chine restera dans les annales car, à l’époque, la majorité des chercheurs et des dirigeants sont persuadés que le fossé entre les régions est en train d’être réduit[x]. Les deux chercheurs montrent au contraire qu’à partir de 1990 les inégalités s’amplifient et ils expriment leurs plus vives inquiétudes sur les conséquences probables d’un tel phénomène. À l’époque, l’idée que les régions côtières de l’Est peuvent et doivent d’abord se développer fait consensus. Leur étude critique l’idée de Deng Xiaoping selon laquelle « il faut laisser certains s’enrichir d’abord » (让一部分人先富起来) et décrit les implications politiques du fossé grandissant entre l’Est et l’Ouest de la Chine, d’autant plus que l’Ouest est majoritairement peuplé par des minorités nationales[xi]. En Septembre 1995, la 5e session plénière du Comité Central du PCC renverse sa politique régionale en faveur des régions côtières afin de soutenir davantage le développement économique du Centre et de l’Ouest. Quelques années après la publication de trois livres par Hu et Wang sur la question, le gouvernement lance en 1999 la politique de développement et d’ouverture de l’Ouest chinois (西部开发)[xii].

Dans les années 1990, préoccupé par la situation de la Chine, Wang n’a de cesse de publier et de rendre ses recherches aussi visibles que possible pour que le gouvernement réagisse rapidement à la situation. Une fois la question du financement d’une redistribution plus juste réglée – ou du moins mise au rang des priorités de l’agenda politique – Wang s’intéresse au contrôle de l’utilisation des fonds. Il se met à écrire sur la question des prévisions budgétaires et publie un essai sur « Les leçons à retenir de l’ère progressiste aux États-Unis »[xiii]. Il y développe l’argument qu’il ne peut exister de véritable démocratie sans budget car on ne peut pas contrôler le fonctionnement de l’État, et suggère que la première étape de toute réforme politique consiste à rendre le budget plus transparent. L’article est remarqué par le vice-Premier ministre et le ministre des Finances, qui le cite lors d’une conférence sur la fiscalité. Le ministère demande ensuite à Wang Shaoguang d’éditer un ouvrage sur la question[xiv]. D’après ce dernier, depuis l’an 2000, année pendant laquelle on ne peut pas encore parler de véritable budget, même au niveau du gouvernement central, les progrès ont été fulgurants.

Wang Shaoguang reconnaît explicitement que l’orientation de ses recherches est intimement liée à sa perception de la politique chinoise et à sa volonté d’infléchir la direction des réformes[xv]. Il consacre ainsi ses recherches à démontrer qu’il existe une corrélation forte entre justice sociale et instabilité[xvi] jusqu’au début des années 2000, moment où le discours officiel et les politiques entreprises lui semblent résolument virer à gauche et calment ainsi ses alarmes. Il est impossible de lui imputer un rôle direct dans cette réorientation. Toutefois, ses rapports et travaux critiques – voire alarmistes – en tant que consultant du gouvernement chinois, mais aussi d’organismes internationaux tels que les Nations unies et la Banque mondiale, ont indubitablement contribué au débat et à la remise en question des priorités de la politique de réforme[xvii]. Ses travaux récents reflètent le changement de direction de la politique chinoise : ils cherchent moins à critiquer qu’à encourager l’approfondissement de la réforme sociale récemment impulsée[xviii]. Dans « Crise et progrès du système de santé en Chine »[xix], Wang tente de déjouer ce qu’il appelle le mythe de la croissance économique et le mythe du marché. La croissance économique n’est qu’un moyen vers une fin : la justice sociale. Le marché n’est pas en mesure d’améliorer l’efficacité du système de santé chinois – bien au contraire. Wang décrit les énormes gaspillages qui ont suivi l’ouverture au marché. Les statistiques générales du taux d’équipement des établissements hospitaliers sont très satisfaisantes, mais en réalité seuls les établissements des grandes villes sont suréquipés, si bien que des équipements extrêmement coûteux sont sous-utilisés à Pékin ou à Shanghai alors que les campagnes manquent cruellement du matériel médical le plus rudimentaire. Wang Shaoguang se réfère à l’expression « Une Chine, quatre pays » forgée par Hu Angang pour dénoncer ces inégalités régionales. Ce dernier explique que quatre mondes coexistent en Chine : Pékin et Shanghai ont un niveau de développement comparable aux pays développés ; les provinces du Nord-Est et de la côte aux pays d’Europe de l’Est ; les provinces du Centre et de l’Ouest de la Chine à la plupart des pays en développement alors que les régions occidentales les moins développées sont à peine mieux loties que les pays les plus pauvres[xx]. Wang Shaoguang insiste avant tout sur le fossé entre les villes et les campagnes. En 1998, chaque citadin reçoit en moyenne 130 yuans du gouvernement d’aide aux soins médicaux alors que les ruraux n’en reçoivent que 10,7 yuans, malgré le discours gouvernemental qui prône dès le début des années 1990 le retour au Système Médical Coopératif mis en place par Mao en 1965[xxi]. Wang dépeint les ravages des principes d’efficacité et de profit lorsqu’ils sont appliqués au champ médical : un tiers des malades ne cherchent même plus à se faire soigner par peur d’être incapables de régler les frais d’hospitalisation. Un véritable cycle de la pauvreté liée à la maladie est réapparu en Chine. L’ouverture au marché n’a pas abouti à un meilleur rendement puisque le taux d’occupation des lits d’hôpitaux ne dépasse pas 60% malgré leur pénurie dans les campagnes. La politique gouvernementale a cependant évolué car, en 2003, l’épidémie du SRAS a permis aux dirigeants de prendre conscience des pertes économiques massives engendrées par les crises sanitaires, mais également de l’inefficacité du cordon sanitaire des villes puisque l’épidémie pouvait se répandre aux villes si les patients des campagnes n’étaient pas traités. Le chercheur rappelle enfin que l’accès au soin est un droit de l’homme élémentaire et que le marché ne peut réguler le système de santé dans la mesure où l’inégalité d’accès à l’information entre les médecins et les patients peut engendrer tromperie et corruption. Lors de ses dernières conférences et dans un de ses derniers articles, le chercheur relate avec optimisme les avancées de la politique sociale en Chine[xxii].

Dans un autre article représentatif de son travail, « Régulation des normes de sécurité dans les mines chinoises »[xxiii], Wang Shaoguang souligne que la grande attention portée actuellement aux accidents des mines s’explique en partie par leur plus grande médiatisation (liée à la plus grande ouverture du régime et de la presse, et à l’utilisation   de cette dernière par le gouvernement pour faire pression sur les gérants des mines dangereuses) et à l’incompétence des gouvernements locaux, censés réguler les mines de petites tailles mais capables de sacrifier  la sécurité aux intérêts économiques de leur région et parfois à leurs intérêts personnels. Les inspections du travail étaient jusqu’à récemment très rares et tout à fait inefficaces, car sous la tutelle des gouvernements locaux. Le chercheur décrit l’émergence d’un système de régulation à partir du milieu des années 1990 arrivé à maturation en 2004. De nouvelles lois, mais aussi la mise sous tutelle du Conseil des Affaires d’État des institutions chargées des conditions de travail, l’institutionnalisation des procédures, la rationalisation des petites mines (60000 ont fermé depuis 1997) et une meilleure mise en application des lois et des sanctions prévues, ont commencé à changer la donne. Un régime moderne ne peut en effet se passer de régulations chargées de protéger les individus à grande échelle. Wang Shaoguang introduit ici les théories de Karl Polanyi selon lequel l’économie de marché non régulée peut être à l’origine des pires maux[xxiv]. Le chercheur s’est en effet donné le rôle d’introduire, d’expliquer et d’appliquer à la Chine les nouvelles théories occidentales, animé par le désir de dépasser les interprétations qu’il juge simplistes, erronées ou insuffisantes de certaines théories telles que celles de Friedrich Hayek, très populaires en Chine, et auxquelles la Nouvelle Gauche attribue beaucoup de problèmes majeurs[xxv].

Wang Shaoguang est une figure assez représentative de ces chercheurs engagés qui s’adressent spontanément aux dirigeants et luttent pour que leurs recherches infléchissent la direction des politiques entreprises. La pérennité du système de publications internes et l’organisation de réunions à intervalles réguliers de consultation de chercheurs suggère que la communication directe entre chercheurs et dirigeants politiques est institutionnalisée. Les universitaires « éclaireurs » tels que Wang Shaoguang utilisent leur capital social et passent par cet espace intermédiaire de communication interne entre chercheurs et dirigeants pour que les résultats de leurs recherches puissent servir à la rationalité et à la justice des prises de décisions politiques. Ils se donnent pour mission d’identifier les problèmes majeurs du pays et d’éclairer par leur savoir et leurs propositions la direction politique. Le Parti communiste, fort de ses 78 millions d’adhérents, est divisé en nombreuses factions et tendances. Les chercheurs qui, comme Wang Shaoguang, essaient d’orienter la direction politique du pays en présentant leurs recherches, ont un rôle instrumental important à jouer car ils permettent à certains groupes d’imposer leurs vues grâce à l’autorité de leurs travaux académiques. La singularité de Wang Shaoguang réside dans le caractère éminemment politique et pas seulement technique ou théorique de ses interventions, mais aussi dans son indépendance vis-à-vis du pouvoir chinois. En effet, Wang Shaoguang est chercheur à Hong Kong est-ce suffisant pour prouver son indépendance ? Disposerais-tu d’une anecdote témoignant de sa liberté d’esprit ?, et non pas à Pékin, où il se rend fréquemment tout en gardant ses distances. Or, dans le domaine politique, les chercheurs qu’on entend le plus s’exprimer sur la question de la réforme politique sont affiliés à des universités chinoises, sont membres du Parti et appartiennent à des think tanks proches du pouvoir. La mobilisation de ces chercheurs est plus officielle, régulière et institutionnalisée que celle d’universitaires-éclaireurs, mettant spontanément leurs recherches au service du pouvoir. Ces derniers sont plus rares. La carrière de Hu Angang, qui est devenu un des économistes les plus renommés de Chine et membre d’un think tank très influent rattaché au département d’administration publique de l’université Tsinghua : le Centre d’Études Chinoises 清华大学国情研究中心, semble le confirmer. Les chercheurs qui appartiennent à des think tanks universitaires officiels tels que ce dernier ou le Centre d’études politiques et économiques comparées (中央编译局比较政治与经济研究中心) rattaché à l’Université de Pékin peuvent interagir plus aisément avec les cadres officiels. Leur parcours et leur positionnement politiques leur confèrent davantage de confiance. Ils dépendent moins d’un mentor ou protecteur haut placé pour s’exprimer ouvertement et connaissent mieux les rouages des prises de décisions politiques. D’après des chercheurs américains comme Hua Shiping ou Tang Wenfang[xxvi], plus les intellectuels sont intégrés au système – plus ils sont organiques – plus ils ont de chance de s’exprimer ouvertement et plus leurs critiques et suggestions ont d’impact. Certes, les chercheurs chinois sont réalistes (pas de mention d’un nécessaire multipartisme dans l’immédiat : le sujet tabou par excellence), pragmatiques (ils cherchent des solutions à des problèmes qu’ils identifient) et patriotes (ils veulent que leurs recherches contribuent au développement du pays, au bien-être des chinois etc.). Toutefois, il est excessif de les considérer comme inféodés au pouvoir. Les conditions de recherche et de publication souffrent de limites et censures qui nous semblent intolérables, mais qui, il faut le reconnaître, leur laissent une certaine marge de manœuvre. Par ailleurs, les universitaires chinois et les think tanks académiques, tiraillés entre la définition chinoise du lettré amené à devenir fonctionnaire (学而优则仕)[xxvii] et l’idéal d’autonomie propre à toute université[xxviii], ne dépendent pas exclusivement des financements du gouvernement chinois. Ils remplissent fréquemment des missions pour  le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), l’Union Européenne, la fondation Ford ou autres organisations internationales et recourent à des financements privés[xxix].

Wang Shaoguang est reconnu et respecté dans le milieu académique. Il publie dans des revues internationales et il est membre du comité de rédaction de revues prestigieuses[xxx]. Il s’agit avant tout d’un chercheur, même si son engagement politique oriente ses recherches. Comme le décrit avec justesse son collègue de l’Université Fudan Deng Zhenglai, Wang Shaoguang est un chercheur ambigu, qui se consacre à la fois à des questions théoriques, qui ne peuvent avoir qu’un impact indirect sur la direction politique, et à des questions concrètes visant à influencer directement le processus de décision politique[xxxi]. Il mobilise deux des six modèles de participation à la définition de l’agenda politique répertoriés par le chercheur lui-même : le modèle d’accès interne (de mobilisation de réseaux de connaissances et de publications internes pour transmettre des idées aux dirigeants) et le modèle d’accès public (les chercheurs engagés publient largement leurs idées afin de créer une émulation publique qui, à son tour, fasse pression sur les dirigeants politiques)[xxxii]. Le deuxième modèle est à l’origine plus rare, car plus risqué, mais des chercheurs comme Wang Shaoguang pensent que les choses évoluent et que c’est désormais la méthode la plus simple et la plus efficace pour influencer les décisions politiques.

Emilie Frenkiel


[i] Lynn T. White III “Thought workers in Deng’s time”, ed. Goldman with Timothy Cheek and Carol Lee Hamrin China’s intellectuals and the state: in search of a new relationship , 1987

[ii] Wang Shaoguang, Failure of charisma: the Cultural Revolution in Wuhan, New York: Oxford University Press, 1995. 368 p.

[iii]王绍光, “建立一个强有力的民主国家:兼论“政权形式”与“国家能力”的区别”  (Construire un État démocratique fort: types de régime et capacité de l’État), Papers of the Center for Modern China, No. 4, février 1991.

[iv] 甘阳, « 中国自由左派的由来 », 2000年9月28-29于香港大学 (GanYang, Origines de la Nouvelle Gauche chinoise, conférence du 28-29 septembre 2000 organisée à l’Université de Hong-Kong) http://www.douban.com/group/topic/1601360/ ; 房宁,“影响当代中国的三大社会思潮, 复旦政治学评论” 第 4 辑, 2006 (Fang Ning, Les trois grandes tendances idéologiques en Chine contemporaine, , No. 4, Fudan Politics Review).

[v] Entretien avec l’auteur en août 2008 à l’Université Tsinghua de Pékin.

[vi] 王绍光,建立一个强有力的民主国家 , in 玛雅, ‪战略高度: 中国思想界访谈录, ‪三联书店, 2008, pp。171-186 (Wang Shaoguang, « Construire un État démocratique fort », entretien réalisé par Ma Ya); 胡鞍钢 ,王绍光,周建明 ed. 第二次转型:国家制度建设, 清华大学出版社, 2009 (Hu Angang, Wang Shaoguang, Zhou Jianming ed. La deuxième transformation : la construction de l’État, Éditions de Tsinghua, 2009) ; 王绍光, 民主四讲, 三联书店, 2008, 264 p.

[vii] Les publications Neibu sont marquées d’un sceau indiquant qu’il s’agit d’une publication destinée à une circulation limitée, par exemple aux cadres dirigeants  (gong lingdao ganbu cankao). Cette classification restreint l’accès de ces matériaux, souvent consacrés à des questions de politique intérieure et à des questions sociales. Il est plus facile de publier dans des revues à circulation interne (neibu) que dans des revues ouvertes à tous. Ces revues à accès restreint sont moins contraintes à la censure parce qu’elles s’adressent à un lectorat choisi et les articles y paraissent donc plus rapidement. Les articles pouvant nuire à l’image du Parti ou du gouvernement ou compromettre la stabilité sociale et l’unité sont plutôt publiés dans des revues neibu que dans les médias traditionnels.

[viii] Tang Tingshan, “Hu Wen’s efforts to strengthen governance: regulating central-local relations”, EAI Background Brief No. 356, 6 novembre 2007.

[ix] 王绍光, 胡鞍钢, 中国国家能力报告.沈阳: 辽宁人民出版社, 1993. 360 p. Version anglaise : The Chinese Economy in Crisis: State Capacity and Tax Reform, East Gate, 2001.

[x] Jeffrey Sachs d’Harvard publie, sur la base de données recueillies jusqu’en 1990 et déjà dépassées, « Trends in Regional Inequality in China » en collaboration avec Jian Tianlun et Andrew Warner, NBER Working Paper Series no. 5412, January 1996, and China Economic Review, Vol. 7, No. 1, 1996

[xi] 王绍光, 胡鞍钢, 中囯: 不平衡发展的政治经济学 (Économie Politique du développement inégal: le Cas de la Chine), 中国计划出版社, 1999. Version anglaise : Wang Shaoguang and Hu Angang, The Political Economy of Uneven Development: The Case of China. Armonk, NY, M. E. Sharpe, 1999.

[xii] Cette politique a principalement encouragé les investissements (IDE) dans les régions à l’Ouest de la Chine en développant les infrastructures et la communication avec les pays environnants et entre régions.

[xiii] 王绍光, “美国“进步时代”的启示” (Meiguo jinbushidai de qishi,) Dushu 2001, No. 8

[xiv] 王绍光, 美国“进步时代”的启示 (Lessons from the Progressive Era of the US), Beijing: Public Finance Press, 2002

[xv] Emilie Frenkiel, « Political change and democracy in China. An interview with Wang Shaoguang », La Vie des idées, 15 juillet 2009. http://laviedesidees.fr/Political-change-and-democracy-in.html

[xvi] Ses articles les plus représentatifs sont regroupés dans une collection d’essais publiée en 2007 aux éditions Sanlian:王绍光, 安邦之道: 国家转型的目标与途径, 三联书店, 2007, 555p.

[xvii] 王绍光, «  胡温改革:新的共识 新的走向 »  in 玛雅, ‪战略高度: 中国思想界访谈录, ‪三联书店, 2008, pp。5-16 (La réforme de Hu et Wen : un nouveau consensus, une nouvelle orientation, interview de Wang Shaoguang par Ma Yan)

[xviii] 王绍光, “大转型:1980年代以来中国的双向运”, 中国社会科学,Vol.1, 2008 et sa version anglaise : Wang Shaoguang, « The Great Transformation: Two-way Movement in China since the 1980s », Boundary 2, Vol.35, No. 2, 2008 ; 王绍光. « 学习机制与适应能力: 中国农村合作医疗体制变迁的启示 ». 中国社会科学. 2008, Vol. 6 et sa version anglaise : Wang Shaoguang, « Adapting by learning: the evolution of China’s rural health care financing », Modern China, Vol. 35, n°4, 2009, p. 370.

[xix] 王绍光, “中国公共卫生的危机与转机” (Crise et progrès du système de santé en Chine), 比较 (Revue d’Economie, Sociologie et Politique Comparées) No.7, 2003 ; version anglaise : Wang Shaoguang, « China’s health system: From crisis to opportunity », The Yale-China Health Journal, Vol. 3, pp. 1-47.

[xx] 胡鞍钢,地区与发展 :西部开发新战略,中国计划出版社,2001

[xxi] Instructions 6-25 en faveur d’un déplacement des Soins médicaux vers les villages.

[xxii] 王绍光, “大转型:1980年代以来中国的双向运”, 中国社会科学,Vol.1, 2008 et sa version anglaise : Wang Shaoguang, « The Great Transformation: Two-way Movement in China since the 1980s », Boundary 2, Vol.35, No. 2, 2008

[xxiii] 王绍光, 煤矿安全生产监管: 中国治理模式的转变,比较 (Revue d’Economie, Sociologie et Politique Comparées) No.13, 2004 ; Version anglaise : Wang Shaoguang, « Regulating Death at Coalmines: changing mode of governance in China », Journal of Contemporary China, 2006, Vol. 15, n°46, p. 1–30 .

[xxiv] Polanyi, Karl, The Great Transformation: The Political and Economic Origins of Our Time, Boston,  Beacon Press, 1944.

[xxv] Pankaj Mishra, « China’s New Left calls for a social alternative » International Herald Tribune, 13 octobre 2006. Dans un article, Wang Shaoguang critique par exemple le concept d’autonomie de la société civile : 王绍光,金钱与自主——市民社会面临的两难境地, 开放时代,2002年 第03期. Version anglaise : Wang Shaoguang, « Money and autonomy: Patterns of civil society finance and their implications », Studies in Comparative International Development (SCID), 2006, Vol. 40, No.4, pp. 3–29.

[xxvi] Hua Shiping, Scientism and humanism, State of New York University Press, 1995; Tang Wenfang, Public Opinion and Political Change in China, Stanford, California, Stanford University Press, 2005.

[xxvii] Les meilleurs lettrés étaient destinés à devenir fonctionnaires, comme le suggère ce principe « devenir fonctionnaire quand on est un grand lettré » des Entretiens de Confucius chap. 19.13.

[xxviii] Pan Su-Yan, University Autonomy, the State, and Social Change in China, Hong-Kong, Hong Kong University Press, 2009, p.2, 20-34

[xxix] Frenkiel, Emilie, « La condition intellectuelle chinoise : recherche universitaire et réforme politique », Critique Internationale, No.50, janvier-mars 2011

[xxx] Wang Shaoguang est éditeur en chef de China Review (CUHK) et membre du comité de rédaction de, Modern China (États-Unis), Mainland China Studies (Taiwan), Public Economic Research (Chine), University Review of Political Science (Chine), Chinese Public Administration Review (États-Unis), Journal of Contemporary China (GB), Chinese Journal of Political Science (États-Unis), China Public Administration Review (États-Unis), Chinese Public Policy Review (Chine), Volunteer Service Journal (Chine).

[xxxi] Entretien de l’auteur avec Deng Zhenglai le 27 avril 2010 à Shanghai (université Fudan).

[xxxii] 王绍光, 中国公共政策议程设置的模式, 中国社会科学, 2006 ; version anglaise : Wang Shaoguang, « Changing Models of China’s Policy Agenda Setting », Modern China, January 2008, vol. 34, no. 1, 56-87.

Pour citer cet article : Emilie Frenkiel, « Wang Shaoguang 王绍光 recherche et engagement politique en Chine », SinoPolis, septembre 2010, (http://sinopolis.hypotheses.org/204).