Tous les articles par Paul Charon

La diplomatie publique chinoise : séduire l’ennemi américain

Page achetée par le China Daily sur le site du Washington Post
Page achetée par le China Daily sur le site du Washington Post

Dans le cadre du séminaire d’Yves Chevrier et Xiaohong Xiao-Planes, « L’Etat chinois en question », conférence de Paul Charon le 12 juin 2014 (EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 1, 17h-19h) :

La diplomatie publique chinoise : séduire l’ennemi américain 

Entre 2001 et 2014, la nature de la relation sino-américaine a profondément évolué. La fulgurante montée en puissance de la Chine sur le plan économique et militaire, les ambitions hégémoniques sur son environnement immédiat que d’aucuns lui prêtent, sa propension à contester le leadership américain et à s’affirmer sur la scène internationale (alors que Deng Xiaoping préconisait que la Chine adoptât un profil bas) ont nourri un discours vigoureux sur la menace chinoise (China Threat theory). Non seulement le dynamisme économique de la Chine l’impose comme un concurrent objectif des Etats-Unis, mais Pékin est de surcroît suspecté d’aspirer à une remise en cause intégrale du système de valeurs porté par Washington. Loin de simplement rattraper son retard économique, la Chine serait ainsi un game changer. Désireux de briser une image qu’ils jugent erronée et convaincus du reste d’être engagés, selon les termes de Li Changchun, dans une « guerre globale pour la conquête des opinions publiques », les dirigeants chinois consentent depuis plusieurs années des efforts considérables à la mise sur pied d’instruments de diplomatie publique (gonggong waijiao). Bien que cette dernière demeure en Chine une notion molle – les anciens schèmes mentaux qui tendent à perdurer conduisent parfois les dirigeants chinois à n’y voir qu’une simple propagande –, elle est devenue une branche à part entière de la politique étrangère chinoise. La diplomatie publique a ainsi été érigée en véritable politique nationale dont l’ambition affichée est de faire accepter par les Etats-Unis, et dans une moindre mesure par les autres pays occidentaux, l’émergence de la Chine sur la scène internationale. Engagée dans une indubitable politique de promotion nationale (nation branding) la Chine tente donc de modeler l’opinion publique américaine dans un sens plus favorable. Dans la droite ligne de l’analyse des politiques publiques et de la Foreign Policy Analysis, nous nous attacherons à identifier les acteurs et mécanismes décisionnels qui président à l’élaboration et à la mise en œuvre de la diplomatie publique chinoise. En se penchant sur quelques uns des instruments les plus significatifs déployés par le pouvoir chinois (développement des médias à l’international, promotion de la langue et de la culture chinoise par le truchement des Instituts Confucius, multiplication des porte-paroles au sein des administrations, soutien aux industries à contenu culturel etc.), nous tâcherons de mettre au jour les spécificités de la diplomatie publique chinoise, d’en évaluer la portée et, ainsi, de contribuer à une sociologie de l’Etat chinois.

De la nature de l’Etat local en Chine : repenser les relations centre-périphérie

imagesVous trouverez ci-dessous le résumé de mon intervention dans le cadre du séminaire d’Yves CHEVRIER (EHESS) et Xiaohong XIAO-PLANES (INALCO) à l’EHESS : « L’État chinois en question : approches historiques et actuelles (suite) »

De la nature de l’Etat local en Chine : repenser les relations centre-périphérie

Paul Charon

 La question de l’Etat est l’une des plus épineuses que les sciences sociales aient à penser. L’Etat est en effet une notion équivoque particulièrement ardue à saisir. Banal, omniprésent, « l’Etat se vit au quotidien » et peut être appréhendé par tous. Mais il s’agit dans le même temps d’une expérience sociale complexe charriant une multitude de représentations, de mythes, de pratiques qui offusquent sa signification et ses mécanismes. Le savoir sur l’Etat ne va donc pas de soi et impose la déconstruction de prénotions solidement enracinées. La notion de local n’est pas plus évidente ; éminemment relative, s’appliquant à des entités de dimension et de nature très variables, elle est directement associée à la structuration de l’espace géographique. Pour compliquer encore un peu la tâche, et au-delà des difficultés de traduction, les représentations associées à ces deux termes dépendent largement des trajectoires historiques. Le cas chinois présente ainsi des spécificités propres qui s’écartent de l’expérience française. Nous essaierons donc de repenser ces deux notions d’Etat et de local dans une perspective comparatiste, nous tenterons d’en délinéer les contours et d’en identifier les apories. L’Etat chinois, y compris dans ses développements locaux, sera appréhendé à partir de la grille de lecture forgée par Hanspeter Kriesi. La nature singulière des relations entre le centre et le local permettra ainsi de mettre au jour un Etat plus faible qu’on pourrait le croire, un Etat qui peine périodiquement à mettre en œuvre les politiques publiques et dont la négociation avec le local est une caractéristique dominante.

12 décembre 2013, de 17 h à 19 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris)

Introduction aux institutions politiques de la République Populaire de Chine

images (1)Vous trouverez sur le site Prezi.com, le support que j’utilise pour mon cours d’introduction aux institutions politiques de la République Populaire de Chine.

Cette présentation constitue une synthèse des principales institutions du régime et une voie d’entrée dans la politique chinoise contemporaine.

 

Introduction aux institutions politiques de la RPC

 

 

 

 

Exégèse des institutions villageoises : un échelon de l’autonomie ?

loiLa notion d’Etat en Chine, au moins dans sa dimension structurelle, ne se confond que partiellement avec les représentations dominantes en Occident et particulièrement en France. Alors que dans ce dernier l’Etat se déploie à tous les échelons jusqu’à la base de sorte que le maire, par exemple, est tout à la fois le mandataire élu des citoyens et le représentant de l’Etat dans la commune (ville ou village), en Chine, la présence étatique ne s’étend pas au-delà du canton[i]. Ce dernier est le premier niveau de l’administration étatique auquel la population est confrontée. Les villages, qui constituent l’élément essentiel du maillage territorial dans les zones rurales, constituent donc ce que les Chinois nomment « l’échelon de base » (jiceng) – celui-ci ne correspond d’ailleurs pas à l’expression anglaise « grassroots » souvent employée comme équivalent mais qui comporte de fait un sens plus large. Au sens strict, les villages administratifs (les anciennes brigades de production) ne relèvent pas de l’Etat mais incarnent plutôt un niveau d’autonomie (zizhi). Les institutions du village sont ainsi censées mettre en œuvre l’autonomie de base inscrite dans la constitution chinoise. Il faut noter que cet espace « autonome » a toujours été plus ou moins toléré, voire encouragé, dans les différentes constructions politico-administratives chinoises, même si cela s’est traduit par des formes de gouvernement assez dissemblables, il s’agit donc bien d’une tendance lourde et ancienne du politique en Chine. Le niveau du village en Chine semble se distinguer ainsi de l’expérience française par une large autonomie ; mais c’est vrai surtout d’un point de vue théorique, car dans les faits l’équation paraît quelque peu différente : non seulement les activités du village sont fortement encadrées par les structures de l’Etat situées à l’échelon du canton mais, de plus, le Parti contrôle de larges pans de la vie villageoise au moyen de cellules dirigées par un secrétaire et pouvant compter plusieurs membres[ii]. La population rurale n’est donc pas entièrement libre de s’organiser comme elle l’entend et le pouvoir est plus que jamais implanté dans les villages depuis la conquête des campagnes par le Parti après 1949[iii]. Ces dernières années, la configuration des villages a été largement ébranlée. Même si l’Etat dans ses formes actuelles peut être considéré à bien des égards comme un legs de la période maoïste – le maoïsme se singularise, selon la saisissante formule d’Yves Chevrier, par une tension permanente entre un versant activiste et un versant étatiste – il reste que les structures politiques forgées par le pouvoir à cette époque ont connu de profondes mutations ; de sorte que la signification et la portée des élections des comités de villageois ne peuvent être appréhendées qu’autant que l’on fait l’état des lieux des mutations institutionnelles promues par les lois organiques de 1987 et 1998 à l’échelon du village (中华人民共和国村民委员会组织法).

Les réformes introduites par la loi sur les élections

Une réforme institutionnelle d’envergure a souvent des effets au-delà du champ dans lequel le pouvoir souhaitait circonscrire le changement et constitue parfois le commencement d’un cycle de réformes. L’abolition des communes populaires est sans doute une décision de cette nature car les lois organiques instituant des comités villageois élus en découlent directement. Je ne traiterai pas ici en détail de l’origine de ces deux lois et des débats qu’elles ont suscités[iv], je souhaiterais simplement offrir quelques éléments permettant de mieux comprendre la nature des institutions mises en place par ces lois.

Après l’établissement test de la commune « Spoutnik » (Henan) au mois d’avril 1958 et l’autorisation accordée par le Comité central au mois d’août de la même année, les communes populaires se multiplient sur tout le territoire remplaçant les cantons. Les communes populaires permettent à Mao de construire sa vision de l’Etat socialiste et l’économie planifiée est l’assurance que les surplus agricoles seront exploités pour l’industrialisation du pays. La commune populaire est un instrument de centralisation : elle organise la fusion de plusieurs coopératives rurales et cumule les fonctions administratives, économiques et militaires. Elle assure l’encadrement des brigades de production (villages administratifs) et des équipes de production (villages naturels). La commune populaire assure également une forme de décentralisation puisqu’elle prive le ministère de l’Agriculture d’une partie de son pouvoir dans le monde rural[v]. Les effets sont donc plus complexes qu’il peut sembler au premier abord. Les communes populaires accroissent manifestement le pouvoir des cadres locaux (ceux du niveau du canton) mais affaiblissent certaines structures centrales. La commune est dirigée par une assemblée des représentants composée d’une cinquantaine de membres (1 représentant pour 120 personnes) qui siègent pour un mandat de deux ans ; les membres se réunissent une fois par mois[vi]. L’assemblée élit un comité administratif et un comité de contrôle qui exercent un pouvoir important. Dans les faits, les cadres sont largement sélectionnés par le gouvernement du district et exercent un contrôle sur l’ensemble des activités de la commune : choix des récoltes, niveau de production, répartition des ressources, évaluation des membres, médiation des conflits, administration des mariages et naissances[vii]

Les brigades de production reçoivent directement leurs directives de la commune et assurent l’interface entre dirigeants de la commune et population rurale. Les responsables des brigades ont notamment la charge de répartir le travail entre les différentes équipes de production. Ces cadres, souvent paysans eux-mêmes, issus du village et sélectionnés par le comité du Parti de la commune, sont compétents en matière agricole mais assez peu pour la gestion des affaires du villages. Leurs compétences agricoles semblent néanmoins ne pas avoir été prise en considération par les cadres des communes qui répondent avant tout aux exigences des plans quinquennaux[viii].

Les communes populaires sont abolies définitivement en 1983. La constitution de 1982 rétablit les institutions antérieures (voir ci-dessous).

 Réforme institutions villages RC

Dans cette nouvelle organisation institutionnelle, le canton redevient l’échelon de base de l’administration étatique ; le village administratif, à la tête duquel s’installe un comité villageois, remplace la brigade de production et constitue une organisation autonome. Les villages naturels de taille trop réduite pour constituer un village administratif (les anciennes équipes de production) sont regroupés. La transformation des communes en cantons s’est faite sans augmentation du nombre d’unités administratives sur la plus grande partie du territoire. Les exceptions sont le Guangdong et le Yunnan où de nombreuses communes ont été scindées pour constituer deux cantons ou plus[ix]. La transformation des brigades de production en villages n’a pas donné lieu, quant à elle, à une augmentation significative du nombre d’unités administratives. La structuration de l’espace varie cependant selon les régions. Quoique l’on puisse établir une classification beaucoup plus fine, à l’instar de Jin Qiming et Li Wei[x], il est possible de distinguer trois macro-régions – pour reprendre l’expression de Skinner – en termes d’organisation de l’espace rural : le Nord, le Sud et l’Ouest. D’une manière générale, même si des variations existent dans certaines parties de cette zone, les villages du Nord sont plutôt de grande taille comparés à l’échelle nationale – il n’est pas rare de trouver des villages de plus de 2 000 âmes et les villages de plus de 1 000 habitants sont assez nombreux – et relativement compacts. La plupart des villages naturels forment également un village administratif, parfois deux ou trois villages naturels sont associés. La densité est moyenne et varie entre 30 et 80 villages environ pour 100 km². Dans le Sud, les villages sont de taille modeste. Ils n’abritent le plus souvent que quelques dizaines de ménages. Leur densité est très variable, certaines zones difficiles ou montagneuses ont des densités assez faibles alors que les zones côtières par exemple connaissent des densités très élevées. Dans cette zone, un village administratif est souvent composé de nombreux villages naturels. L’Ouest connaît une situation assez différente pour plusieurs raisons : des conditions climatiques et géographiques inhospitalières, une population en partie non-han, une densité de population plus faible. Les modes d’occupation du territoire varient grandement dans cette partie de la Chine. D’une manière générale néanmoins, les villages sont plus isolés que dans les deux autres régions, mais ils ne sont pas toujours de grande dimension.

Au mois de novembre 1987, la loi organique portant organisation des comités villageois est venue compléter le dispositif prévu par la constitution en précisant les règles de formation des comités villageois désormais chargés de gérer les affaires du village. En 1998, la première loi, dite expérimentale, a été remplacée par un texte cette fois définitif et beaucoup plus précis. Enfin, le 28 octobre 2010 le comité permanent de l’Assemblée nationale populaire a procédé à une révision de la loi. La loi organique est le principal texte définissant les institutions présentes à l’échelon du village et dont je vais faire la présentation.

Panorama des institutions 

Les lois organiques de 1987 et 1998 ont mis en place toute une série d’institutions qui ont la charge de la gestion des affaires villageoises. Le comité villageois constitue l’institution centrale du village (voir le schéma ci-après pour une vision d’ensemble), celle qui est au cœur de la loi organique et celle qui est au centre des débats du fait de l’élection au suffrage direct de ses membres[xi]. Certaines institutions sont obligatoires, elles doivent être présentes dans tous les villages, c’est le cas de l’assemblée du village et du comité électoral. D’autres institutions sont facultatives, l’assemblée ou le comité villageois peuvent décider de les mettre en place. Celle-là peut ainsi créer une assemblée représentative. Le comité villageois de son côté peut décider de créer d’autres comités, placés sous sa direction et chargés de l’assister pour des tâches spécifiques. Enfin, une autre institution, mentionnée par la loi, est en théorie présente dans tous les villages : la cellule du Parti.

Schéma des institutions politiques villageoises

Le comité villageois

Le comité villageois est conçu par la loi organique comme l’institution centrale de l’autonomie villageoise (article 2, al.1), celle qui doit permettre aux villageois de se gouverner de manière autonome. Le comité villageois assure de nombreuses fonctions qui relèvent globalement du travail d’un organe exécutif, la loi (art. 2 al. 2) précise néanmoins ses activités principales : l’accomplissement des tâches publiques quotidiennes, la gestion des biens publics, la médiation des conflits susceptibles d’émerger au sein de la population, la participation à la sauvegarde de l’ordre public. Le comité villageois peut servir de canal de transmission pour les demandes de la population vers le pouvoir. Pour le pouvoir central, il joue le rôle de canal d’information et offre un regard sur l’état de la stabilité des zones rurales. Cette dernière fonction est essentielle dans les régimes autoritaires qui peuvent malaisément institutionnaliser la négociation avec la population.

Comme le montre le schéma supra, le comité villageois est une institution très contrôlée ; elle doit rendre compte non seulement à l’assemblée du village mais également à l’échelon supérieur, c’est à dire au gouvernement du canton. Enfin, la cellule du Parti exerce, elle aussi, un contrôle sur les activités du comité villageois.

Tout d’abord, l’article 3 stipule que l’établissement ou la révocation d’un comité villageois, la modification de sa composition doivent être proposées par le gouvernement du canton et approuvées par l’assemblée du village. Le gouvernement du district doit en être informé pour validation. La loi (art. 5) place néanmoins le comité villageois dans une réelle position d’autonomie au regard du gouvernement du canton. Celui-ci ne peut intervenir dans les affaires qui ressortissent à l’autonomie des villageois et doit guider (zhidao指导), soutenir et aider (bangzhu帮助) les comités villageois dans leur action. En revanche le second alinéa du même article précise qu’en retour le comité doit apporter son assistance au gouvernement du canton dans la mise en œuvre des politiques publiques.

Le comité villageois est composé de 3 à 7 membres dont un président et un président-adjoint (Art. 6). La loi précise qu’un comité devrait comporter des femmes et dans les villages où résident des membres de minorités ethniques, le comité devrait comporter des membres de ces minorités. Les membres du comité villageois doivent être rétribués de manière appropriée (shidang butie适当补贴) selon les conditions de travail.

Le comité villageois est chargé de la gestion des affaires du village, il doit soutenir l’activité économique des villageois mais en respectant les décisions des organes économiques indépendants (art. 8). Il doit en outre assurer la protection du droit de propriété. Il est chargé de la gestion des terres collectives et de l’utilisation rationnelle des ressources naturelles. Le comité villageois est responsable de la publicité des lois et règlements et doit s’assurer de leur bonne application par la population. Les décisions de l’assemblée sont mises en œuvre par le comité villageois.

Les membres du comité villageois doivent respecter la constitution ainsi que les lois et règlements. Ils doivent mettre en œuvre les politiques décidées par l’Etat. Enfin, ils doivent faire preuve d’honnêteté et de justice et servir le peuple avec enthousiasme (art. 10). Les membres du comité villageois, le président et son adjoint sont élus au suffrage direct. Toutes les personnes majeures du village sans distinction de race, sexe, profession, religion, croyance, niveau d’éducation, revenus, durée de résidence dans le village peuvent être élues et disposent du droit de vote à l’exclusion de celle privées de leurs droits civiques (art. 13). Aucune organisation n’a le pouvoir de nommer ou révoquer un membre du comité (art. 11). Le comité est élu pour une durée de trois ans, ses membres peuvent accomplir plusieurs mandats sans restriction aucune.

Avant le jour de l’élection, la liste des participants doit être établie ; elle comprend : les personnes recensées dans le village et y résidant effectivement ; les personnes recensées dans le village mais n’y résidant pas (ces dernières doivent manifester leur volonté de voter) ;  les personnes recensées et ne vivant plus au village depuis plus d’un an (elles doivent obtenir l’accord de l’assemblée ou de l’assemblée représentative pour participer au vote). Les personnes recensées dans un autre village ou ayant déjà participé à une élection dans un autre village ne peuvent pas voter (art. 13).

Le nombre de candidats doit être supérieur au nombre de sièges. Le comité a pour mission de s’assurer que les candidats ont l’occasion de présenter leur « programme » à la population. Pour que l’élection soit validée, le taux de participation des inscrits doit être supérieur à 50%. Le candidat qui obtient plus de 50% des voix est élu au premier tour. Si aucun candidat ne parvient à ce score, un second tour est organisé. La victoire est alors remportée à la majorité relative mais avec au minimum un tiers des voix (art. 15).

Le vote a lieu à bulletin secret, le comité électoral doit prévoir un isoloir (mimi xiepiaochu秘密写票处) et le dépouillement doit être public. Les personnes loin du village le jour du vote peuvent faire une procuration. En outre, les comités permanents des assemblées provinciales sont censées promulguer des règles précisant le déroulement des élections.

e13-364

La loi organique autorise un cinquième des villageois ou un tiers des membres de l’assemblée représentative à déposer une motion pour la révocation du comité villageois ou de l’un de ses membres. Le membre mis en cause est autorisé à se défendre. Pour que la motion soit acceptée, elle doit recueillir plus de 50% des voix. Par ailleurs, il faut un taux de participation des inscrits supérieur à 50% (art. 16).

La loi stipule également que tout élu ayant recours à la violence (baoli暴力), l’intimidation (weixie 威胁), la tricherie (qipian 欺骗) ou la corruption (huilu贿赂) pour obtenir des voix, qui fabrique de faux bulletins (weizao xuanpiao 伪造选票) ou pratique la fraude lors du dépouillement (xubao xuanju piaoshu 虚报选举票数) voit son élection entachée de nullité. En cas d’utilisation de ces méthodes qui nuisent à l’exercice du droit de vote et du droit d’être élu, les villageois jouissent du droit de signaler ces actions à l’assemblée du canton, au gouvernement du canton, au comité permanent de l’assemblée du district ou au gouvernement du district. Le gouvernement saisi peut dépêcher des enquêteurs dans le village et régler l’affaire sur la base de la loi (art. 17).

Dans le cas où un siège du comité villageois se trouve vacant (chuque 出缺), l’assemblée (ou l’assemblée représentative) peut organiser une élection partielle (buxuan 补选). Celle-ci est organisée sur la base des règles prescrites par l’article 15 de la loi organique. Le mandat du nouveau membre prend fin en même temps que celui des autres membres (art. 19).

Le comité électoral doit organiser la passation de pouvoir (gongzuo yijiao 工作移交) entre les deux comités villageois dans les dix jours qui suivent l’élection. Le gouvernement du canton s’assure que les règles sont  respectées.

Les membres du comité villageois qui perdent leur capacité d’action ou sont condamnés doivent démissionner par eux-mêmes.

Le travail du comité villageois est soumis à un principe de transparence (gongkai touming de gongzuo 公开透明的工作) (art. 29). Pour les affaires importantes, le comité villageois doit communiquer tous les mois et, pour le reste, au moins tous les trimestres. D’une manière générale le comité doit informer la population dans un délai raisonnable afin que celle-ci puisse exercer un contrôle sur les décisions (art. 30). Si le comité villageois faillit à sa mission d’information de la population ou s’il délivre de fausses informations (buzhenshide 不真实的) la population est en droit de saisir le gouvernement du canton qui peut diligenter une enquête (art. 31).

Le village doit mettre en place un comité de contrôle ou tout autre organe chargé d’examiner les affaires du village. Parmi ses membres, certains doivent être élus par l’assemblée ou l’assemblée représentative. Certains doivent avoir des connaissances en gestion et finance. Les membres du comité villageois et leurs proches ne peuvent y siéger. Les membres du comité de contrôle sont responsables devant l’assemblée et peuvent assister à ses délibérations.

Le comité villageois et le comité de contrôle doivent établir des archives locales. Ces archives doivent notamment contenir : les documents relatifs aux élections et les bulletins de vote, les minutes des réunions, les contrats et plans de cessions de terres, les documents relatifs aux biens collectifs. Les archives doivent être vraies (zhenshi 真实), précises (zhunque 准确), complètes (wanzheng 完整) et conformes aux règles (guifan 规范).

baoming

L’assemblée du village

L’assemblée du village (cunmin huiyi 村民会议) est l’un des organes majeurs du dispositif institutionnel des villages. Elle est composée de tous les villageois de plus de 18 ans. Elle est convoquée (zhaoji 召集) par le comité villageois, un dixième des villageois ou encore un tiers des représentants lorsqu’il existe une assemblée représentative dans le village. La population doit être informée au moins dix jours avant la date de réunion de l’assemblée (art. 21).  Les séances de l’assemblée, pour être valides, doivent réunir au moins la moitié de la population majeure ou les représentants des deux tiers des ménages du village (art. 22). Si elle le juge nécessaire, l’assemblée peut convier à ses réunions des représentants d’entreprise ou d’organisation locale.

L’assemblée a la charge de discuter le rapport annuel du comité villageois et d’évaluer le travail de ses membres. Elle peut annuler ou modifier les décisions du comité jugées inopportunes. Elle peut en outre autoriser l’assemblée représentative à assumer les tâches susmentionnées à sa place (art. 23). Certains sujets qui impliquent les intérêts des villageois sont soumis à délibération de l’assemblée, le comité villageois ne peut donc pas décider seul en la matière. Il s’agit notamment des affaires qui touchent à l’utilisation des revenus liés à la propriété collective, aux contrats sur les terres, aux indemnités d’expropriation, aux emprunts contractés par le village (art. 24). Les provinces peuvent compléter ces règles. Dans le Hebei, par exemple, les comités villageois doivent obtenir l’approbation de l’assemblée représentative pour toutes dépenses supérieures à 500 yuans.

L’assemblée peut établir ou modifier des règles relatives à l’autonomie villageoise. Ces dispositions doivent être transmises au gouvernement du canton. L’assemblée n’est néanmoins pas autorisée à établir des règles dérogeant au droit positif. Elles ne peuvent être non plus en contradiction avec les politiques publiques nationales et ne doivent en aucun cas porter atteinte aux droits des individus et au droit de propriété. Le gouvernement du canton est habilité à demander la suppression d’une règle inadéquate (art. 27).

L’assemblée représentative du village

Les villages qui disposent d’une forte population ou d’une grande dispersion géographique peuvent établir une assemblée représentative (cunmin daibiao huiyi 村民代表会议) (art. 25). Elle traite les sujets que l’assemblée lui confie. Elle est composée des membres du comité villageois et de représentants des villageois ; ces derniers doivent constituer au moins les 4/5e  de l’assemblée représentative. Les femmes doivent représenter un tiers des membres.

Les ménages du village rassemblés par groupe de 5 à 15 personnes élisent un représentant, chaque groupe villageois (cunmin xiaozu 村民小组), lorsqu’il en existe au sein du village (voir annexe 4), peut aussi élire un représentant. Le mandat de l’assemblée représentative est d’une durée identique à celui du comité villageois. Ses membres peuvent se représenter indéfiniment.

L’assemblée représentative siège une fois par trimestre mais peut également être convoquée par le comité villageois. Un cinquième des membres peuvent provoquer une séance, pour être valide celle-ci doit réunir deux tiers des membres. Les décisions sont prises à la majorité simple (art. 26).

L’assemblée représentative a été créée pour améliorer l’efficacité des prises de décision. Elle est devenue un élément essentiel des 4 démocraties : élections démocratiques, gestion démocratique, procédure démocratique, contrôle démocratique. Elle est composée de 25 à 50 membres.

Le comité électoral

Les auteurs de la loi organique ont jugé bon de confier l’organisation des élections à un organe indépendant à la fois du comité villageois et des instances du canton. Ce comité électoral (cunmin xuanju weiyuanhui 村民选举委员会) comprend un président et plusieurs membres élus par l’assemblée ou, dans certains cas, par l’assemblée représentative (art. 12). Les membres du comité électoral qui désirent se présenter à l’élection du comité villageois et obtiennent d’être nominés ont l’obligation de démissionner de leur fonction. Le poste vacant au sein du comité électoral est alors pourvu sur la base des résultats des précédentes élections ou éventuellement en organisant de nouvelles élections.

Le comité électoral est chargé de l’organisation des élections, il doit notamment publier la liste des électeurs inscrits à une élection 20 jours au moins avant la date de l’élection (art. 14). Si l’un des villageois conteste la liste établie par le comité électoral, il peut faire une réclamation devant le comité électoral pendant cinq jours après la publication ; le comité dispose ensuite de trois jours pour apporter une réponse et la rendre publique.

Le comité électoral doit également dresser la liste des candidats à l’élection, ainsi que la liste des personnes votant par procuration.

La cellule du Parti

La loi organique consacre peu d’articles à la cellule du Parti locale. La nature des relations avec les autres institutions n’est pas toujours clairement établie, ce qui laisse place à la spéculation et au jeu des acteurs. La loi (art. 4) renvoie néanmoins à la charte du PCC (zhongguo gongchandang zhangcheng中国共产党章程) et stipule que la cellule du Parti assume, dans les villages, la fonction de noyau dirigeant (fahui lingdao hexin zuoyong发挥领导核心作用). Les cadres du Parti doivent diriger (lingdao) et soutenir (zhichi支持) l’action du comité villageois dans l’exercice du pouvoir. Mais l’article poursuit en affirmant que la cellule du Parti doit garantir (baozhang保障) le développement des activités autonomes et l’exercice des droits démocratiques des villageois. Une contradiction peut d’emblée se poser : comment garantir l’autonomie des villageois tout en dirigeant l’organe représentatif ? L’ambiguïté du texte conduit de fait à des interprétations divergentes : certains pensent que le Parti doit seulement soutenir l’action du comité villageois, d’autres affirment qu’il dirige.   Quoi qu’il en soit la loi ne prévoit pas de procédures pour le règlement d’un conflit éventuel entre la cellule du Parti et le comité villageois.

Les comités spécialisés créés par le comité villageois

Si le comité villageois estime que la situation locale le justifie il peut établir des comités chargés d’appuyer son action dans un domaine spécifique (art. 7). La loi prévoit quatre types de comité sans préciser si d’autres comités peuvent être créés : le comité de médiation populaire (renmin tiaojie weiyuanhui人民调解委员会) (A),  le comité de défense de l’ordre public (zhi’an baowei weiyuanhui治安保卫委员会) (B), le comité de santé publique (gonggong weisheng weiyuanhui公共卫生委员会) (C) et le comité du planning familial (jihua shengyu weiyuanhui计划生育委员会) (D). Leur création semble être naturelle dans les villages de dimension importante et la loi précise que les petits villages peuvent ne pas en créer. Les membres du comité villageois peuvent siéger dans ces comités spécialisés.

Le comité de médiation populaire

L’organisation et les pouvoirs des comités de médiation populaire sont prévus dans la loi sur les comités de médiation populaire (中华人民共和国人民调解法 zhonghua renmin gongheguo renmin tiaojiefa) du 1er janvier 2011.  Leur mission est de :

–       Identifier les conflits (jiufen 纠纷) et les régler avec célérité.

–       Prévenir la formation de contradictions (maodun 矛盾), limiter les comportements criminels.

–       Agir pour la réforme du système économique.

–       Informer sur le système légal socialiste.

–       Enseigner comment remettre sur le droit chemin les jeunes déviants.

–       Promouvoir la civilisation spirituelle socialiste.

Les comités traitent essentiellement de conflits civils mais ils peuvent aussi gérer des petites affaires relevant du pénal. Les comités ne relèvent pas de l’administration judiciaire et leurs décisions n’ont pas force exécutoire.

Le comité de préservation de l’ordre public

Les responsabilités du comité incluent :

–       Garantir les droits légitimes des citoyens.

–       Promouvoir et organiser la protection contre les vols,  les incendies, les  calamités naturelles.

–       Informer les autorités des comportements anti-révolutionnaires ou criminels.

–       Apporter un soutien au maintien de l’ordre.

Le comité de santé publique

Le comité de santé public participe à la mise en place d’équipements sanitaires de qualité. Former la population à un comportement sain ; les comités participent ainsi aux campagnes de lutte contre les crachats ou les jets de détritus. Le comité tente également de proscrire les comportements qui peuvent favoriser la propagation des épidémies comme les élevages sur les places publiques. Il participe à des campagnes contre le tabac et d’autres comportements addictifs.

Le comité du planning familial

Le comité du planning familial assiste le comité villageois dans l’application de la politique nationale relative à la politique de l’enfant unique. Il est ainsi chargé de contrôler que la population locale respecte les règles prescrites par le gouvernement en matière de naissance. Le comité joue également un rôle de formation quant aux bonnes pratiques et tente ainsi de lutter contre les infanticides des petites filles.

Crédit : Flickr
Crédit : Flickr

Les conséquences pratiques des institutions villageoises mises en place par la loi organique ne constituent pas l’objet de cet article – je souhaitais plus simplement faire l’exégèse du texte régissant les institutions villageoises – mais notons néanmoins que, la question de la cellule du Parti mise à part, le texte assure une large autonomie des comités villageois tout en offrant aux citoyens certaines garanties quant au respect de leurs droits. A tout le moins sur le papier, la loi offre des droits solides aux villageois pour gérer leurs affaires de manière autonome. Dans les faits, bien sûr, les choses ne sont pas aussi simples. Les structures actuelles ont certes rendu moins aisée les contrôles des villages par les autorités du canton, mais ces derniers continuent d’exercer une pression non négligeable et la cellule du Parti demeure, presque toujours, l’institution centrale du village.

Paul Charon


[ii] Il faut néanmoins garder à l’esprit que l’Etat central peine à mettre en branle de manière cohérente l’ensemble de ses structures. Sur ce point je me permets de renvoyer à : Paul Charon, « Pour une sociologie de l’État chinois ou comment interpréter les faiblesses d’un géant »,  Le Banquet, n°31, Février 2013.

[iii] Voir à ce sujet : Frederick C. Teiwes, “Establishment and Consolidation of the New Regime”, in. John K. Fairbank et Denis Twitchett (dir.), The Cambridge History of China, Vol. 14, The People’s Republic, Part I: The Emergence of Revolutionary China 1949-1965, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

[iv] Pour aller plus avant sur cette question cf. : Paul Charon, Les élections contre la démocratie. Construction de l’Etat et processus de politisation dans la Chine rurale post-maoïste, thèse de doctorat, EHESS, 2012.

[v] Article « People’s Communes » in. Lawrence R. Sullivan, The A to Z of People’s Republic of China, Lanham, The Scarecrow Press, 2007.

[vi] Pierre Trolliet, « Les communes populaires rurales chinoises », Tiers-Monde, 1962, tome 3 n°9-10. pp. 229-269.

[vii] Tan Qingshan, Village Elections in China: Democratizing the Countryside, Edwin Mellen Press, 2006. Notamment le chapitre 2.

[viii] Tan Qingshan, op.cit. chapitre 2.

[ix] Tan Qingshan, op.cit.

[x] Jin Qiming, Li Wei, « China’s Rural Settlement Patterns », in. Ronald G. Knapp, Chinese Landscapes, Honolulu, University of Hawai Press, 1992.

[xi] Nous présentons ici les institutions d’un point de vue théorique, en précisant quels sont leurs rôles et pouvoirs en vertu de la loi. L’écart entre le texte et la pratique fera l’objet d’articles ultérieurs. Sur cette question voir : Paul Charon, op. cit.

Pour citer cet article : Paul Charon, « Exégèse des institutions villageoises : un échelon de l’autonomie ? « , SinoPolis, juillet 2013. 

Le 18e Congrès du PCC : institutionnalisation du Parti et jeu des factions

Dans cet article, Xiaohong Xiao-Planes, professeur à l’INALCO, dresse un bilan du 18e congrès du PCC. Elle montre que la quête de légitimité et de stabilité du Parti conduit à un processus – pour l’heure inachevé – d’institutionnalisation des règles de dévolution du pouvoir. 

Le 18e Congrès du Parti communiste chinois s’est tenu à Pékin du 8 au 14 novembre 2012. Il a sanctionné la passation pacifique du pouvoir de la 4e à la 5e génération de dirigeants et ce, après avoir temporairement au moins surmonté ou mis de côté  la crise provoquée par l’affaire Bo Xilai, ancien secrétaire du Parti de la municipalité de Chongqing. Xi Jinping a remplacé Hu Jintao aux fonctions de secrétaire général du PCC et de président de la Commission des Affaires Militaires (CAM). Le tandem qu’il compose avec Li Keqiang avait été présélectionné en 2007, au 17e Congrès : il s’est révélé solide même si la hiérarchie entre les deux hommes a changé. Ceux-ci se trouvent à la tête d’une équipe centrale largement renouvelée, qui vient d’accéder en mars dernier aux plus hautes fonctions de l’État. Le programme politique mis au jour souligne, sans surprise majeure, des objectifs très généraux : notamment la relance des réformes, la lutte contre la corruption et la construction de l’État de droit.

Une caractéristique particulièrement intéressante de ce 18e Congrès est qu’il s’est donné pour objectif de poursuivre le processus d’institutionnalisation du Parti engagé depuis l’époque de Deng Xiaoping. L’effort de rénovation institutionnelle se poursuit. On parle désormais de « démocratie délibérative » (xieshang minzhu). Le Parti applique de plus en plus de procédures de consultation visant à sélectionner des délégués représentatifs pour participer au congrès et élire les membres du Comité central. Au sommet, Hu Jintao  a été le dernier dirigeant suprême directement désigné par Deng Xiaoping. Le recours aux méthodes consultative et électorale est maintenant devenu inévitable. Elles ont été mises en pratique en 2007 pour le renouvellement de la direction centrale au 17e Congrès. On a cependant vu, avec l’affaire Bo Xilai, que la sélection du personnel politique dirigeant n’allait pas sans difficultés et que l’institutionnalisation de la vie politique chinoise laissait encore à désirer.

Cet article n’a pas l’intention de retracer le procès historique de l’institutionnalisation du PCC, mais d’interroger les modalités de renouvellement du leadership central et leur rapport avec le jeu des factions au sommet. Le Parti cherche à institutionnaliser ses procédures de sélection et à gagner en représentativité afin d’éviter l’affaiblissement de sa légitimité. Mais l’augmentation du taux de représentation de la base, telle qu’elle a été appliquée au dernier congrès, suffira-t-elle à changer son caractère de parti élitiste, voire oligarchique ? Si les nouvelles procédures ont permis la passation harmonieuse du pouvoir, l’affaire Bo Xilai n’a-t-elle pas révélé une certaine faiblesse institutionnelle en matière de collégialité ? Enfin, bien qu’une certaine compétition politique soit légalisée au sein du Parti, les modalités de son organisation ne semblent pas favoriser l’émergence d’une volonté politique au sommet. Or, celle-ci est indispensable au tandem Xi Jinping-Li Keqiang pour surmonter l’immobilisme politique qui avait considérablement réduit le champ d’action de l’équipe centrale précédente, en position de faiblesse devant les pouvoirs locaux indisciplinés, les groupes d’intérêts puissants et les fonctionnaires corrompus.

 ILes efforts d’institutionnalisation

Structures et règlements

Le Parti communiste chinois fut créé en 1921 par des groupuscules d’intellectuels marxisants chinois avec l’aide du Komintern. Calqué sur le modèle du PC soviétique, son système d’organisation est resté pour l’essentiel inchangé, en dépit de certaines réadaptations réalisées au fil du temps. Mais, avant et même depuis son accession au pouvoir, il a bien souvent ignoré ses propres règles de fonctionnement. Ce n’est que depuis une date récente qu’il en est venu à régulariser le fonctionnement de ses instances et la carrière de ses dirigeants. Depuis 1977, un Congrès national se réunit ainsi tous les cinq ans, pour renouveler le Comité central du parti, ratifier le bilan du passé et approuver le programme de la période à venir. Le Comité central comprend à peu près 200 membres statutaires et moins de 200 suppléants. Une fois constitué, il élit un Bureau Politique composé d’une vingtaine de membres et un Comité Permanent (CP) de 5 à 9 membres, dont un secrétaire général[i].

Les principales institutions ont été mises en place au début des années 1980, puis progressivement affinées : congrès et mandats quinquennaux, limites d’âge attachées à diverses fonctions,  procédures de sélection, écart entre le nombre de candidats et le nombre de sièges à pourvoir,  affirmation du caractère collégial de la direction et introduction du vote anonyme dans la prise des décisions, etc. En outre, les droits de l’adhérent (droits aux informations et interpellation, au vote etc.) et l’interdiction de la pratique du culte de la personnalité ont été inscrits dans la Charte du Parti[ii].

Le système des mandats a été précisé notamment par l’échéance quinquennale attachée aux postes du Comité central, du Politburo et de son Comité permanent. En général, les hauts dirigeants ne peuvent briguer que deux mandats de la même fonction et assumer une responsabilité du même rang que pour un total de 15 ans. Le système de mandats a mis fin à l’inamovibilité des hautes fonctions du parti. Il s’est ensuite combiné aux règles de la limite d’âge. C’est en introduisant ce critère que Deng Xiaoping a obligé une centaine de vétérans, au XIIe Congrès de 1982, à abandonner les hautes fonctions qu’ils occupaient au sein du parti ou de l’État.

Les limites d’âge ont varié en fonction du temps et des échelons. Actuellement l’âge de la retraite est de 67 ans au sommet de la hiérarchie (BP), de 65 ans au niveau provincial et de 60 ans en-dessous. Il en résulte que le taux de renouvellement des membres du Comité central est très élevé: il a varié de 57% à 68% entre 1982 et 2012. Il en a été de même pour les autres instances supérieures[iii]. Les notions de mandat et de limite d’âge ont introduit en quelque sorte un espace de compétition politique, même si ses modalités ne laissent pas toujours beaucoup de place à la volonté des individus et au libre choix à la base.

Le 13e Congrès de 1987 a introduit, par ailleurs, un système d’élection avec un écart  obligé de 5 à 10% entre le nombre de candidats et le nombre de sièges à pourvoir. Ce taux a été  porté à 15% au 17e Congrès en 2007. L’élection n’est cependant pas un facteur décisif dans la sélection des hauts dirigeants. Elle sert de référence supplémentaire à l’accès aux hiérarchies supérieures, en même temps qu’elle introduit l’évaluation de la popularité à l’intérieur du Parti. Au 13e Congrès de 1987, un Hu Yaobang limogé a ainsi été réélu à une très forte proportion membre du Comité central; alors que son adversaire, le conservateur Deng Liqun, a échoué.

Le 18e Congrès et ses délégués

Le PCC est de nos jours le plus grand parti au pouvoir du monde. Il possède 4 millions de comités de base et 82 millions d’adhérents. Ces chiffres n’ont cessé d’augmenter[iv]. Ils ont été sélectionnés suivant des critères et des procédures sophistiqués établies par le Département central de l’Organisation (Zhongzubu). Un délégué n’est pas un candidat volontaire librement élu par d’autres membres du parti, mais un individu sélectionné par l’Organisation grâce à ses mérites et à sa représentativité supposée ou réputée. En tout cas, c’est sur cette base que l’unité électorale (xuanju danwei) de rang provincial établit une liste élargie qui sera transmise aux cellules et comités de base. Après plusieurs tours circulaires de concertation entre divers échelons sortira une liste des candidats présentés par le collège électoral de rang provincial. Pour l’élection des délégués du 18e Congrès, le Département central de l’Organisation a stipulé que l’écart obligé entre le nombre de candidats et le nombre de sièges à pourvoir ne doit pas être inférieur à 15%. Au Guangdong, cette proportion a atteint 21,2% (67 délégués sur 85 candidats proposés)[v].

Les 2270 délégués sont répartis entre 38 délégations : parmi elles, 31 délégations représentent les divisions territoriales de rang provincial (sheng, zizhiqu et zhixiashi). Les 7 autres représentent respectivement: 1) les bureaux centraux du Parti (Zhongzhi jiguan); 2) les administrations centrales de l’État (Zhongyang guojia jiguan); 3) le secteur des entreprises publiques relevant du gouvernement central (yangqi); 4) le secteur financier dépendant du gouvernement central; 5) l’APL (Armée populaire de libération); 6) la Police armée (wujing); 7) les délégués d’origine taiwanaise[vi].

Si toutes les entités territoriales sont représentées, y compris les deux Régions administratives spéciales (RAS) de Hong Kong et de Macao, elles n’ont pas le même poids politique. Par exemple, Shanghai dispose de 73 délégués: or ce chiffre est bien supérieur à celui de nombreuses provinces démographiquement plus importantes. Par contraste, la répartition des quotas de députés de l’Assemblée nationale populaire suit parfaitement la logique de la proportion démographique.

Les délégués se répartissent globalement en deux catégories — cadres et travailleurs modèles. De manière générale, plus de 70% d’entre eux sont des dirigeants provinciaux et municipaux, ou des dirigeants d’entreprises publiques, d’établissements supérieurs ou de centres de recherche et des officiers militaires. Moins de 30% restants proviennent de la base: ouvriers, paysans, petits cadres ou entrepreneurs privés. En vue d’augmenter les candidats issus de la production et du travail, la proportion de cette catégorie a été portée à 30,5 % pour la sélection des délégués du 18e Congrès, soit 2,1% de plus que le 17e : le progrès est faible. Le Parti fait toutefois des efforts pour s’adapter à l’évolution de la société chinoise. Chaque fois qu’émergent de nouvelles couches sociales, il y recrute des adhérents et leur attribue des délégués afin de montrer que son congrès est une représentation fidèle de toutes les populations. Ainsi le discours officiel a insisté sur le fait que le nombre des délégués ouvriers (169) a été sensiblement augmenté par rapport au précédent congrès (51)[vii]. Et le nombre des responsables d’entreprises se serait élevé à 145 personnes au 18e congrès, dont 111 provenaient des entreprises industrielles ou financières publiques, et 34 des entreprises privées contre 17 seulement au 17e Congrès[viii]. Le palmarès des délégués contient également quelques descendants des fondateurs de la Chine populaire : les petits fils de Mao Zedong (Mao Xinyu) et de Zhu De (Zhu Heping), le fils de Liu Shaoqi (Liu Yuan), etc. Pour les deux premiers, il s’agit vraisemblablement d’une nomination honorifique. Si la qualité de délégué au congrès de Parti représente un avantage politique capital pour les élites politico-administratives, elle est pour les autres catégories sociales une étiquette honorifique, un statut social prestigieux. Un entrepreneur privé sera par conséquent au comble de la joie s’il parvient à se hisser au rang de délégué au congrès.

Composer les listes électorales est une entreprise extrêmement compliquée. Elle exige un véritable dosage entre les différents types de délégués correspondant aux différentes couches sociales et catégories de population. Pour le 18e Congrès, une instruction particulière émise par le Département central de l’Organisation (Zhongzhubu) a prescrit d’augmenter la représentation des femmes(521 sur 2270 délégués, soit 76 de plus que le précédent congrès) et des minorités (250)[ix]. Le Zhongzubu veut donc apparaître comme un véritable service de ressources humaines. Il entend montrer qu’il ne cesse de raffiner les critères et les procédures susceptibles d’intégrer au mieux les élites représentant les statuts sociaux, les compétences professionnelles, les tranches d’âge variées.

Les élections aux instances centrales

Le Congrès du PCC se déroule en deux temps : discussion sur le discours inaugural du secrétaire général et élections du Comité centrale et de la Commission centrale de contrôle disciplinaire. Selon les procédures introduites au 13e Congrès de 1987, les listes électorales dressées par le Bureau politique ont été soumises aux 40 unités d’élection (xuanju danwei: 38 délégations + 2 groupes de travail de Hong Kong et de Macao) pour des consultations (yunyang) avant d’être présentées à un tour de pré-élection. Ce dernier a révélé un écart de 9,3% pour les membres du Comité central (205 élus sur 224 candidats), 11,1% pour les membres suppléants (171 élus sur 190 candidats) et 8,5% pour la Commission centrale de contrôle disciplinaire (130 élus sur 141 candidats). Les élus de ce premier tour de pré-élection forment en réalité des listes définitives proposées au vote officiel du dernier jour du congrès. Le Parti tolère ainsi un taux de risque d’environ 10%, tout en organisant pendant un an entier une sélection destinée à renouveler 60 à 70% des membres de ses instances suprêmes (v. tableau).

En principe, les élus du Comité central doivent obtenir plus de 50% de voix. Mais, comme souvent par le passé, les résultats du vote ne sont pas communiqués. Le palmarès des élus est annoncé, semble-t-il, devant l’assemblée dans l’ordre du nombre de voix obtenus, mais publié dans l’ordre du nombre de traits des patronymes, de manière à préserver «l’unité et l’union» (tuanjie tongyi). Toutefois, la liste des suppléants est publiée dans l’ordre du nombre de voix obtenu. Cette publication a créé une des grandes sensations du 18e Congrès en révélant que Li Xiaopeng, fils de l’ancien premier ministre, Li Peng, était le dernier du peloton.

En somme, la « démocratie interne du parti » (dangnei minzhu) progresse à très petits pas. Cependant, le renouvellement de la direction s’effectue en conformité avec les principes formulés par Deng Xiaoping en 1980: rajeunissement, meilleur niveau d’instruction et professionnalisation (nianqinghua, zhishihua, zhuanyehua). Les membres du Comité central représentent les principales catégories de dirigeants civils et militaires du pays: premiers secrétaires et gouverneurs provinciaux, ministres et responsables des secteurs centraux, officiers supérieurs des forces armées, etc. Selon l’Agence Xinhua, l’âge moyen des élus du 18e CC est de 56,1 ans. Sur un total de 205 membres, on compte 33 femmes et 39 personnaliritéde mngrès) eterhniques. 95,7% d’entre eux ont un diplôme de licence et au-dessus, 37,2% possèdent des titres supérieurs ou plus spécialisés (gaoji zhicheng) et 15 membres sont académiciens des sciences et des sciences appliquées[x]. Les milieux financiers sont nettement mieux représentés car le Comité central comprend désormais les présidents des trois commissions de contrôle des banques, des bourses et des assurances, les présidents de la Banque centrale et de la Compagnie d’investissement d’État (5 titulaires) ainsi que les directeurs des cinq principales banques publiques (5 suppléants) : c’est une évolution importante[xi].

II. Modalités de renouvellement de la direction centrale

Formation du Bureau politique, du Comité permanent et sélection du Secrétaire général

Après la clôture du congrès, le nouveau Comité central tient immédiatement son premier plénum en vue d’élire le Bureau politique, le Comité permanent et le secrétaire général. Les membres titulaires et suppléants du Comité central participent de droit au vote. Ces élections sont anonymes mais sans qu’existe un écart entre candidats et postes à pourvoir. Les résultats détaillés du vote ne sont pas publiés.

Si ces élections paraissent purement formelles, une procédure nouvelle a été introduite en 2007 sous l’égide de Hu Jintao dans la pré-sélection des membres du Bureau politique et du Comité permanent. Les cadres supérieurs du parti furent d’abord invités à proposer des candidats au renouvellement du Bureau politique. Sur cette base fut sélectionnée une liste de 200 cadres civils et militaires de rang ministériel, âgés de moins de 63 ans. Enfin, Hu présida le 25 juin 2007 une « réunion de sélection démocratique » (minzhu tuijianhui 民主推荐会) avec la participation des quelque 400 hauts dirigeants chargés d’élire les nouveaux membres du Bureau politique sur cette liste de 200 personnalirit. Xi Jinping et Li Keqiang furent tous deux élus à cette occasion et firent leur entrée directe dans le 17e Comité permanent du Bureau politique. Ancien bras droit de Jiang Zemin, Zeng Qinghong, fut l’inventeur de cette procédure de « démocratie interne » qui a pour objectif de faciliter la passation pacifique du pouvoir suprême. A cet effet, Zeng accepta également de placer la barrière des limites d’âge à l’année de naissance 1940 pour le Bureau politique, quitte à se retirer lui-même, étant né en 1939[xii]. Homme des coulisses, il dispose d’autres moyens pour influencer la prise de décisions.

Cinq ans plus tard, on recourut à la même procédure pour préparer le renouvellement du 18e Congrès. Le nombre de membres à remplacer fut fixé à 10 pour le Bureau politique et à 5 pour le Comité permanent. Hu Jintao tint le 7 mai 2012 la même « réunion de sélection démocratique » mais la situation se révéla plus compliquée. Il fallut plusieurs tours de concertation avant de parvenir à établir des listes consensuelles. Ancien adjoint du rédacteur en chef du Quotidien du Peuple, Zhou Ruijin estime que ces complications sont inhérentes à une « politique de l’ère du commun des mortels » (changren zhengzhi). Très probablement, la course est devenue plus serrée en 2012 à cause du différend apparu en haut lieu sur le règlement de la crise Bo Xilai. On y reviendra plus loin.

Membres des 17e et 18e Comités permanents
Membres des 17e et 18e Comités permanents

Le 18e Bureau politique comprend 25 membres comme le précédent. Dix d’entre eux faisaient déjà partie de l’ancien Bureau. Parmi les 15 sortants, Bo Xilai a été exclu du Parti avant le congrès et révoqué de toutes ses fonction. Les 14 autres départs sont conformes aux règles de mandat et de limites d’âge, l’année limite de naissance étant fixée à 1945.

Le Comité permanent du BP est passé de 9 à 7 membres. Mis à part le duo quinquagénaire Xi Jinping-Li Keqiang, ses cinq nouveaux membres s’appellent Zhang Dejiang, Yu Zhengsheng, Liu Yunshan, Wang Qishan et Zhang Gaoli. Eux sont des sexagénaires tous nés entre 1945 et 1948 et faisaient partie du 17e BP; les deux premiers appartenaient même au 16e. Mais trois autres membres du précédent BP, également en mesure de briguer les postes vacants du 18e Comité permanent, ont été écartit. Il s’agit de Liu Yandong qui était l’unique femme dans le 17e BP, de Li Yuanchao et de Wang Yang, deux « jeunes » à l’esprit ouvert, favorables à la réforme politique. Leur éloignement a fait grincer des dents à bien des commentateurs en Chine et à l’étranger. Mais d’aucuns ont relevé que l’âge avancé des cinq nouveaux membres ne leur permettra pas de briguer un second mandat dans le prochain Comité permanent ; alors que Li Yuanchao (62 ans) et Wang Yang (57 ans) auront toute leur chance pour y faire leur entrée[xiii]. Encore une fois, l’âge sert d’indicateur principal. La règle de limites d’âge ne favorise pas nécessairement une compétition politique fondée sur l’excellence. Mais pratiquée en combinaison avec d’autres critères, elle n’en incarne pas moins un certain respect des principes d’égalirit envers les compétiteurs. Acceptit par les différentes factions, ce critère a surtout pour mérite d’assurer une entente minimale entre les hauts dirigeants, et de conférer une certaine stabilitit et une certaine cohérence en matière de politique.

Au total, l’âge moyen des membres du 18e CP s’élève à 63,4 ans, légèrement supérieur à celui du précédent CP (62,1 ans). L’âge moyen du 18e BP est de 61,1 ans, inférieur à celui du précédent. Deux personnalirit nées en 1963, Hu Chunhua et Sun Zhengcai, y ont fait leur entrée. Ils semblent former le futur duo appelé à succéder dans dix ans à Xi Jinping-Li Keqiang. Pour la première fois, 2 personnes sur 25 sont de sexe féminin, ce qui reste néanmoins bien peu…. En matière de formation et d’expérience professionnelle, tous les membres du BP possèdent au minimum un diplôme de Licence et ont bénéficié de formations beaucoup plus variées qu’auparavant : on y compte ditormais plus de diplômés en droit, en économie et gestion, en sciences humaines et sociales qu’en ingénierie. De même, tous ont vécu de longues années d’expérience dans diverses administrations provinciales et ministérielles ou dans le Parti. L’entrée au BP marque la consécration de leur carrière au sommet d’une hiérarchie: les 7 membres du Comité Permanent partageront la tutelle des quatre plus grandes institutions: le PCC, l’APN (Assemblée populaire nationale), le Conseil d’État et la CCPPC (Conférence consultative politique du peuple chinois), la CCDP et le Secrétariat du Parti. Les 18 autres membres du Bureau Politique seront affectés à la direction des organes centraux du Parti (Secrétariat, Politique légale, Propagande, Organisation), du Conseil des affaires d’État, de l’APL et des plus importantes divisions territoriales (difang) — les 4 municipaliritéde rang provincial Pékin, Shanghai, Tianjin et Chongqing et la province du Guangdong.

Les affectations sectorielles des nouveaux membres dépendent souvent de leur provenance politique et représentent leurs ressources de pouvoir. Toutefois, parmi les composantes du BP, le nombre des responsables provinciaux tend à s’accroître. Les secrétaires du parti des cinq régions territoriales mentionnées plus haut sont quasiment membres de droit[xiv]. Ce n’est donc pas par hasard que les deux membres de la génération née dans les années 1960, Hu Chunhua et Sun Zhengcai, ont été nommés, dès le lendemain du Congrès, respectivement au poste de secrétaire du Parti de la province du Guangdong et de la municipalirit de Chongqing.

III. Jeu de factions et autres facteurs d’influence politique au sommet

 Les factions Jiangpai, Tuanpai et Taizidang

Le Congrès s’est déroulé comme une machinerie bien rodée. Mais les différends politiques et la lutte des factions, fort peu transparents, font inévitablement partie de la vie du Parti. De nos jours, les principales factions sont appelées couramment Jiangpai (faction de Jiang Zemin) et Tuanpai/Hupai (faction de la Ligue de la Jeunesse communiste/faction de Hu Jintao . La première appellation ditigne le réseau de protection lié à l’ancien secrétaire général Jiang Zemin, au pouvoir entre juin 1989 et octobre 2002. La seconde se rapporte au réseau de la Ligue de Jeunesse communiste qui a été à la base du pouvoir de Hu Jintao. Le terme Taizidang (« parti des princes héritiers » ou « princelings ») — ditignent les cadres supérieurs civils et les officiers issus des familles de vétérans, ou ceux qui leur sont liés par mariage. Compte tenu d’un certain effet générationnel, le nombre des taizidang attachés à de hautes fonctions publiques est proportionnellement assez important: 4 membres du CP sur 7 — y compris le secrétaire général Xi Jinping —, et 3 militaires de la CAM sur 10 (11 en tout dont le président Xi Jinping). D’une manière générale, les princelings sont vus comme des personnes qui ont fait plus facilement carrière grâce aux relations de leurs parents. Mais il est difficile de les considérer comme une faction structurée car leurs réseaux de protection sont variés et leurs inspirations idéologiques différentes[xv]. Notons également qu’il existe deux autres formes de protection politique : la situation de mishu — les secrétaires de hauts dirigeants- et les tongxiang — compatriotes de la même région qu’une personnalirit importante. L’appui d’un tongxiang parait particulièrement courant au sein de l’armée[xvi].

Chercheur sino-américain de la Brookings Institution, Cheng Li a suivi et répertorié les parcours des principaux dirigeants de rang provincial/ministériel chinois depuis les années 1980. À la base de ces données, il estime qu’il existe actuellement deux alliances politiques à la direction centrale du PCC: une coalition des élitistes (jingying lianmeng) et une coalition des populistes (mincui lianmeng). La première regroupe les princelings et la faction Jiangpai; la seconde équivaut à la faction tuanpai/Hupai. Ces deux coalition se distinguent par leurs priorités politiques opposées : les élitistes privilégient l’efficacité de l’économie et la croissance du PIB ; les populistes donnent la priorité à la justice sociale et à la cohésion de la société. Globalement, les premiers prédominent dans les secteurs économiques et représentent les intérêts des régions côtière. Les seconds contrôlent les structures du parti à divers échelons et représentent les intérêts des régions intérieures. Cette distinction se fait plus sur des critères socio-économiques que sur des critères politiques[xvii]. La thèse de Cheng Li sur ces deux coalitions est souvent critiquée. Son intérêt me semble être surtout de classer les hauts dirigeants en fonction des soutiens dont ils ont bénéficié dans leur ascension.

 

Le Comité permanent est un haut lieu de compétition pour les deux camps. Ainsi, l’élimination de la course finale de Liu Yandong, Li Yuanchao et Wang Yang — tous trois de tuanpai —, est considérée par nombre de commentateurs comme un échec essuyé par le camp Hu et une victoire remporté par le camp Jiang. Les tableaux ci-dessous établis par Li Cheng, indiquent un rapport de force de 6 contre 1 ou 5 contre 2 (Li Keqiang + Liu Yunshan) en faveur de la faction Jiang dans le nouveau CP. Mais un rééquilibrage des deux factions se manifeste dans la composition du BP: sur un total de 25 membres, 12 appartenant à la faction Jiang contre 11 à la faction Hu; les membres restants s’avèrent inclassables (v. Tableaux 1 et 2) [xviii]. Cette répartition montre aussi, me semble-t-il, que les contraintes institutionnelles et la pression du consensus ont conduit à réduire la prédominance d’un individu ou d’un seul clan. L’ancienneté demeurant un critère important dans la promotion des élites, il est logique qu’un bon nombre de membres du Comité permanent soient parvenus en haut de l’échelle hiérarchique au cours du règne de Jiang Zemin en 1989-2002. À leur tour, bien des membres plus jeunes du Bureau politique ont été promus sous l’égide de Hu Jintao en 2002-2012. En Chine comme ailleurs, le pouvoir dépend ditormais principalement de la nature des fonctions exercées. Si le jeu de factions n’est pas absent, il n’exclut pas le partage des pouvoirs.  Notons que ce genre de classement en fonction de l’appartenance à telle ou telle faction n’a qu’une valeur indicative, voire temporaire. À mesure que les anciens protecteurs prennent leur retraite, leur influence dans la vie politique diminue progressivement. Sur le plan institutionnel, le problème actuel du sommet semble moins être la domination d’un clan ; il relève plutôt de la dispersion du pouvoir. De toute évidence, le nouveau Comité Permanent n’est pas l’équipe de Xi Jinping. De même, le nouveau gouvernement ne constitue pas l’équipe de Li Keqiang qui assume la charge de premier ministre.

Complexe et peu transparent, le jeu de factions peut aussi brouiller les orientations politiques réelles de chaque camp. Un Jiang Zemin qui continue à s’exhiber en public après sa retraite s’attire des critiques sur son empiètement dans les affaires publiques. Mais selon des sources officieuses, sa faction est plus « libérale » que celle de Hu Jintao. Proche de Hu et conservateur renommé, l’ancien responsable de l’Académie en sciences sociales, Chen Kuiyuan, y a mené tambour battant, dans les années 2000, une campagne de critique du « néo-libéralisme ». Mais le bras droit de Jiang, Zeng Qinghong, n’en fit jamais état dans l’École centrale du parti dont il était directeur[xix]. De l’avis général, les actes de contrôle et de répression sur les médias et  sur Internet se sont considérablement multipliés sous le règne de Hu Jintao par rapport à l’époque de Jiang. Cela dit, le jeu de factions ne se rapporte pas toujours à des oppositions politiques; les luttes de pouvoir, les rivalités de groupe ou de famille peuvent compter davantage.

Pouvoir d’influence des vétérans (yuanlao ganzheng)

Une autre originalité est que l’intervention des vétérans (yuanlao ganzheng) est un phénomène récurrent dans la vie politique du PCC. Divers ignes montrent qu’ils continuent à exercer un pouvoir d’influence important, notamment à travers la nomination de leurs proches. Le retrait complet de Hu Jintao a été la plus grande surprise du 18e Congrès. Car beaucoup pensaient qu’il aurait  conservé encore quelque temps sa fonction de président de la CAM, comme l’avait fait son prédécesseur Jiang Zemin. On ignore encore le contexte exact de sa décision. Son geste a été largement salué par les commentateurs et, en particulier, par son successeur Xi Jinping, visiblement très heureux de pouvoir disposer, dès le début de son mandat, d’un champ de pouvoir entièrement libre. Ce retrait créera peut-être une jurisprudence institutionnelle pour l’avenir.

D’un autre côté, le pouvoir d’influence des anciens membres du CP est dans une certaine mesure institutionnalisé lors de certaines occasions de la vie du Parti. Ainsi dans le comité permanent de la présidence (zhuxituan changwei) du congrès, une partie des ièges leur sont systématiquement réservés. Parmi les 41  membres du comité permanent de la présidence du 18e Congrès, on comptait 29 dirigeants du 17e BP et de son secrétariat; les 12 autres étaient des anciens membres du CPBP. Ils étaient, dans l’ordre officiel, Jiang Zemin, Li Peng, Wan Li, Qiao Shi, Zhu Rongji, Li Ruihuan, Song Ping, Wei Jianxing, Li Lanqing, Zeng Qinghong, Wu Guanzheng et Luo Gan. A ce titre, ils sont également sollicités pour participer aux « réunions de sélection démocratique » (minzhu tuijianhui) mentionnées plus haut, ainsi qu’à d’autres formes de négociation et de consultation pour la sélection de successeurs ou pour le règlement des affaires importantes. En effet, la participation des vétérans pourrait réduire les risques politiques dans le règlement de crises graves comme l’affaire Bo Xilai en 2012. Une certaine institutionnalisation des prérogatives des vétérans pourrait aussi avoir pour effet de neutraliser l’influence trop importante d’un seul individu, comme par exemple celle de Jiang Zemin.

Insuffisante institutionnalisation de la succession au pouvoir

Bo XilaiL’affaire Bo Xilai — appelée aussi l’affaire de Chongqing — a été la plus grande crise qu’ait rencontrée le PCC depuis les événements de Tian’anmen de 1989. Membre du BP du 17e Congrès, Bo Xilai (né en 1949) a été nommé en novembre 2007 secrétaire du Parti de la municipalirit de Chongqing. Il s’est employé à y développer une croissance économique rapide et une urbanisation profitable aux petits gens et aux paysans. Cette expérience a été acclamée comme le « modèle de Chongqing » par certains économistes, hommes politiques et intellectuels. A partir de 2009, Bo Xilai mena dans sa circonscription une campagne bruyante nommée changhong dahei. Elle consistait d’un côté à frapper fort les mafias (dahei) en recourant à des moyens peu légaux et, de l’autre, à diffuser les chansons rouges (changhong) de l’époque maoïste et à financer massivement les chorales populaires. La démarche populiste de Bo Xilai mettait à profit les ressentiments de la population envers la corruption galopante et les inégalités grandissantes de la société chinoise. Ses méthodes illégales et son inspiration apparemment maoïste provoquèrent la protestation des juristes. Mais visiblement divisée et précautionneuse, la direction centrale tarda à réagir des années durant. Bo Xilai semblait bénéficier du soutien de Zhou Yongkang, un protégé de Jiang Zemin, qui était membre du 17e CP et responsable de la politique judiciaire.

L’entreprise de Bo Xilai s’est soldée par un cuisant échec au début de 2012, après l’éclatement des scandales provoqués par son bras droit Wang Lijun et par sa femme impliquée directement dans un assassinat. Le pouvoir central s’est résolu en juin à révoquer Bo de toutes ses fonctions, puis à l’exclure du Parti sous le prétexte de graves corruptions. Ce n’est sans doute pas la première fois que le Parti rencontre de tels défis dans son propre BP : Jiang Zemin y a procédé en 1995 à l’expulsion de l’ancien secrétaire du parti de Pékin, Chen Xitong ; et Hu Jintao en 2007 à celle de l’ancien secrétaire du parti de Shanghai, Chen Liangyu. Comme Bo, ils furent accusés de corruption. Mais leur crime réel commun avait été d’oser défier l’autorité centrale. Par rapport à ces deux précédents, l’affaire Bo Xilai a pris une dimension inédite avec son intention à peine voilée de disputer à Xi Jinping la position prédéterminée de N° 1 du régime, ou du moins, de gagner une place dans le futur CP. Grâce à son modèle de Chongqing, Bo semblait vouloir se donner une carrure prépondérante dans la course au pouvoir, quitte à enfreindre les règles du jeu tacites fixées au sommet.

En guise de conclusion

L’affaire de Chongqing remet en cause le système de concentration des pouvoirs  entre les mains d’un secrétaire du parti à chaque échelon de l’appareil (yibashou jiquan tizhi). Elle traduit aussi des insuffisances dans le degré d’institutionnalisation du Parti. Les procédures de « sélection démocratique » (minzhu tuijian) promues par Hu Jintao ont apparemment permis à l’été 2012 de surmonter la crise Bo Xilai et d’assurer une passation correcte, pacifique, du pouvoir au 18e Congrès. Mais les difficultés rencontrées dans l’année montrent que l’application de ces nouvelles règles reste bien incertaine.

En second lieu, si le principe de la direction collégiale est désormais de mise au sein du CP, les statuts du Parti ne définissent pas clairement les responsabilités et les prérogatives de chacun. Il semble que les membres du CP disposent chacun d’une voix dans le processus de prise des décisions, ce qui prive le secrétaire général d’un pouvoir discrétionnaire. En outre, si le secrétaire général assume la responsabilité globale d’une politique, ses collègues sont responsables chacun d’un secteur particulier de l’État ou du Parti, et peuvent avoir dans le traitement détaillé des dossiers un pouvoir plus substantiel que le sien. Pour Zhou Ruijin, le principe de la collégialité du pouvoir central est essentiel, mais il est nécessaire de clarifier les prérogatives du secrétaire général et d’instituer le pouvoir discrétionnaire de sa fonction[xx].

Enfin, le déroulement du 18e Congrès montre que le Parti s’efforce d’être représentatif de toutes les catégories de la population. Il ne cesse de perfectionner les techniques de sélection de l’encadrement et du renouvellement des générations, d’inventer des procédures garantissant une compétition politique pacifique et même d’assurer un processus de  « dépersonnalisation » du pouvoir. Mais l’heure a peut-être sonné pour lui de s’attaquer aux maux structurels qui minent de plus en plus la légitimité de son autorité : la corruption galopante, l’État de droit mal assuré, la prépondérance des groupes d’intérêts, l’injustice sociale notamment…. Xi Jinping et sa nouvelle équipe ont manifesté une certaine intention d’y faire face. Mais auront-ils à la fois la volonté politique et la capacité de nouer des alliances au sein du Comité permanent et du Bureau politique ? Jusqu’à présent les ignaux sont contradictoires…

Xiaohong Xiao-Planes

(INALCO ASIES-CEC)


[i] Trois autres instances suprêmes sont également renouvelées à chaque congrès, le plus souvent à partir des listes proposées par le nouveau CPBP: le Secrétariat du comité central (Shujichu), la Commission des Affaires Militaires et la Commission du contrôle disciplinaires du Parti.

[ii] «Zhongguo gongchangdang dangzhang» (Statuts du Parti communiste chinois)

[iii] Li Cheng, « Opportunity Lost? Inside China’s leadership transition », le 16 novembre, 2012, http://www.brookings.edu/.

[iv] Le 18e Congrès a réuni 2270 délégués, soit 50 de plus que le 17e, en raison du nombre croissant des adhérents. Pour une enquête sociologique des nouvelles recrues du PCC, v. Duchâtel Mathieu et Zylberman Joris, Les nouveaux communistes chinois. Décryptage du recrutement de nouveaux adhérents par le PCC, Paris, Armand Colin, 2012.

[v] Ces informations sur la sélection des délégués sont essentiellement tirées de l’article suivant que je cite une fois pour toutes: Sun Rongfei, « Jiexi dangdaihui — Zhonggong shibada huanjie jishu fenxi » (Analyse des techniques de renouvellement du 18e Congrès du PCC), http://www.21ccom.net/articles/zgyj/ggzhc/article_2012110370276_2.html, consulté le 4 novembre 2012.

[vi] Les « unités d’élection » (xuanju danwei) sont au nombre de 40, dont 38 sont identiques aux délégations présentes au congrès. Les deux restantes sont les deux Comités du travail de PCC de Hong Kong et de Macao. Elles participent au Congrès en intégrant probablement la délégation des administrations de l’État central en raison du principe d’ « un pays deux systèmes ».

[viii] «Laobanmen ruhe dangxuan shibada daibiao» (Comment des patrons sont-ils élus délégués du 18e Congrès), http://economics.dwnews.com/news/2012-11-05/58942752-4.html, consulté le 6 novembre 2012.

[ix] Dans la composition des délégués du 18e Congrès, les ouvriers représentent 7,4% (5,1% de plus qu’au précédent congrès), les femmes 23% (+ 2,9%) et les minorités ethniques 11%, un chiffre légèrement supérieur à celui de 17e Congrès. En outre, 64.8% de délégués sont âgés de moins de 55 ans ; 93,5% possèdent des diplômes universitaires ; et 72,2% ont adhéré au Parti après 1978. http://www.chinanews.com/gn/2012/11-07/4310507.shtml, consulté le 8 novembre 2012.

[x] Agence Xinhua, http://xinhuanet, le 14 novembre 2012.

[xi] http://www.caixin.com/, le 15 novembre 2012.

[xii] Ces informations relatives à la procédure de sélection des membres du BP sont tirées de l’article suivant que je cite une fois pour toutes: Zhou Ruijin, «Cong lishi shijiao kan shibada — liangdian, xin tedian» (Points lumineux et caractères nouveaux: le 18e Congrès considéré en perspective historique), http://www.politicalchina.org/NewsInfo.asp?NewsID=227356,consulté le 8 janvier 2013. V. aussi « L’élection avec écart des membres du Comité permanent du Bureau politique avant le 18e Congrès» –Reuters.com.webarchive, le 21 novembre 2012.

[xiii] Li Yuanchao vient d’être élu vice-président de la RPC à l’Assemblée populaire nationale en mars dernier. Liu Yandong et Wang Yang ont été parallèlement nommés second et troisième vice-premier ministres, placés juste derrière le premier vice-premier ministre Zhang Gaoli, membre du Comité permanent du Bureau politique. Sauf contre-temps, Li et Wang devraient faire leur entrée au Comité permanent dans 5 ans au prochain congrès. Âgé de 55 ans, Wang Yang pourrait même s’y assurer encore deux mandats de changwei.

[xiv] Cheng Li, «China’s Midterm Jockeying: Gearing Up for 2012 (Part 1: Provincial Chiefs), in China Leadership Monitor, No. 31, Brookings Institution.

[xv] Les princeling sont exposés à une très forte inimitié de l’opinion publique et des autres cadres. Il existe des raisons de penser que cela les a contraints à faire preuve de compétences et de mérites élevés. C’est le cas de Xi Jinping mais aussi de Zhang Dejian et de Wang Qishan. Leurs compétences en matière économique et financière semblent largement reconnues. L’armée a servi de refuge pendant les années tumultueuses de la révolution culturelle aux nombreux descendants des hauts dirigeants militaires et civils. Plusieurs d’entre eux sont parvenus au grade de général et pourraient entrer dans la course lors du renouvellement de la CAM. Les plus connus sont Liu Yuan, fils de l’ancien président de la RPC Liu Shaoqi, Zhang Haiyang, fils de l’ancien vice président de la CAM Zhang Zhen, et le gendre de l’ancien secrétaire général Hu Yaobang, Liu Xiaojiang. Ils sont tous les trois généraux à trois étoiles (le grade le plus élevé) et membres du 17e CC. Mais aucun d’entre eux n’est finalement entré dans la nouvelle CAM. Selon le spécialiste américain de la sécurité, Taylor Fravel, la composition du nouveau leadership militaire a privilégié la promotion d’officiers professionnels, compétents et politiquement neutres (zhengzhi zhongli) mieux intégrés dans le processus de modernisation de l’armée http://www.creaders.net, le 31 décembre 2012.

[xvi] Cheng Li, « China’s Midterm Jockeying: Gearing Up for 2012 (Part 3: Military Leaders) », in China Leadership Monitor, no. 33, Brookings Institution.

[xvii] Princeling et ancien membre du CP, Zeng Qinghong demeure très actif sur le plan politique, comme on l’a mentionné plus haut: il a joué un rôle déterminant dans l’invention de la nouvelle procédure de sélection des membres du BP. Il est en effet considéré par beaucoup comme leader officieux des princelings désireux de consolider les bases du pouvoir communiste.

[xviii] Cheng Li, « Opportunity Lost? Inside China’s leadership transition », le 16 novembre, 2012, http://www.brookings.edu/.

[xix] Gao Yu, «Hu Jintao luotui zhijin chengmi» (L’énigme du retrait complet de Hu Jintao), http://www.dw.de/a-16443543, le 30 décembre 2012.

[xx] Zhou Ruijin, «Cong lishi shijiao kan shibada…, op. cit.

Je remercie Mme Marie-Claire Bergère, MM. Yves Chevrier, Lucien Bianco et Alain Roux pour les commentaires dont ce texte a bénéficié. Des remerciements particuliers doivent être réservés à M. Jean-Luc Domenach pour les nombreuses corrections de forme et de fond qu’il a suggérées.

Pour citer cet article : Xiaohong Xiao-Planes, « Le 18e congrès du PCC : institutionnalisation du Parti et jeu des factions », SinoPolis, mai 2013.

Journée d’étude sur la représentation politique en Chine

The Transformation of Political Representation in China

 

Université Paris 8, CRESPPA-CSU, GRePo-AFSP, MSH-Paris Nord

4 June 2013, 9h30-18h, 59-61, rue Pouchet, 75019 Paris

 

MORNING SESSION (9h30-12h30) chaired by Emilie Frenkiel (CRESPPA, Paris 8)

Introduction Wang Shaoguang (Chinese University of Hong Kong), keynote speaker

Introduction of the discussion by Thomas Heberer (University of Duisburg-Essen) and Pasquale Pasquino (New York University)

General discussion

 

AFTERNOON SESSION (14-18h)

First panel on Institutional Participation chaired by Yves Sintomer (CRESPPA, Paris 8)

Judith Audin (CERI, Sciences Po) « Representation in Beijing neighbourhoods : an analysis of discourses and practices in residents’ committees and homeowners’ associations »

Emilie Frenkiel (CRESPPA, Paris 8) « The controversy over the introduction of national elections in China »

Second panel on Social Movements chaired by Jean-Louis Rocca (CERI, Sciences Po)

Chloé Froissart (Université de Rennes) « The evolution and diversification of Chinese workers representation since the 2000s »

He Jianyu (Tsinghua University) « The issue of representation in Chinese NGOs »

 

Journées organisées avec le soutien de l’Université Paris 8, du CRESPPA-CSU, du GRePo-AFSP et de la MSH-Paris Nord.

 

Contact : Emilie Frenkiel, anmingli@gmail.com

Revue Le Banquet : Qu’est-ce que la Chine ?

1-banquet_no31v2-698c0-63587Le numéro 31 de la Revue Le Banquet (paru au mois de février) consacre un dossier à un état de la Chine à l’issue du 18ème Congrès du PCC. Les articles réunis par la revue, loin de tenter une quelconque exégèse des discours de Xi Jinping ou la mise au jour de la véritable identité du nouveau dirigeant, s’attachent à identifier les tendances de fond de la société et du politique en Chine.

 

Sommaire du dossier :

QU’EST-CE QUE LA CHINE ? PARTIE I

La Chine par-delà le 18e congrès du Parti Communiste Chinois

Paul CHARON, Pour une sociologie de l’État chinois ou comment interpréter les faiblesses d’un géant
Émilie FRENKIEL, Parler politique, les différents courants intellectuels en Chine
Thomas VENDRYES, Le développement de la République Populaire de Chine : un miracle et un modèle ?

Matthieu TIMMERMAN, Qu’est-ce que l’autoritarisme chinois ?
Jérôme DOYON, L’évolution d’une organisation révolutionnaire : la Ligue des jeunesses communistes comme outil d’encadrement des jeunes et de formation d’une nouvelle génération d’apparatchiks
Judith AUDIN, Politiques du logement urbain en Chine, du communisme à l’économie de marché : genèse d’une économie politique de l’assujettissement

L’intégralité du sommaire du numéro ainsi que des informations sur la revue sont disponibles sur le site du Banquet.

Entretien avec Hugo Meijer : La politique américaine de contrôle des exportations de technologies duales vers la Chine

SinoPolis : Pourriez-vous résumer votre parcours ?

Hugo Meijer : J’ai commencé par un BA en Italie, avec une majeure en économie, puis j’ai fait un master en relations internationales à Johns Hopkins ; dans ce cadre j’ai effectué une année à Bologne et une année à Washington. Je suis aujourd’hui doctorant à Sciences Po rattaché au CERI et à l’IRSEM et travaille sous la direction de Bertrand Badie.

SP : Dans quels courants théoriques vos travaux s’inscrivent-ils ?

HM : Dans ma thèse, je pars de deux théories des relations internationales, le réalisme néoclassique et le libéralisme. Le réalisme néoclassique, même s’il prend en considération des variables internes, donne la primauté aux facteurs externes et considère que la politique étrangère est élaborée par une élite moniste, compacte et homogène. Le libéralisme considère de son côté que les déterminants de la politique étrangère sont essentiellement internes et qu’elle est le produit de compétitions entre coalitions d’acteurs sociaux où l’Etat joue un rôle relativement neutre d’arbitre. J’essaye de mettre dos à dos ces deux théories en montrant qu’il faut dépasser cette dichotomie classique, mais à mon sens obsolète, entre déterminants internes et externes. Je propose un schéma explicatif qui prend en considération des variables externes et internes et également les effets de rétroaction des facteurs internes sur les facteurs externes et vice versa. En ce qui concerne l’analyse des processus internes, j’utilise par ailleurs les méthodes de la sociologie des élites, notamment les méthodes réputationnelle, positionnelle et décisionnelle.

SP : Vous travaillez sur la politique américaine en matière d’exportations de technologies duales vers la Chine, comment définiriez-vous cette politique ? Quels en sont les enjeux ?

HM : Il faut d’abord comprendre ce que sont les technologies à double usage. Ce sont des technologies susceptibles d’avoir une utilisation tant civile que militaire. Elles peuvent être développées à des fins militaires pour être ensuite appliquées commercialement ou inversement. Un exemple classique est celui des ordinateurs à haute performance ou super-ordinateurs qui peuvent être utilisés pour des applications civiles comme les prévisions météorologiques, mais aussi dans les domaines militaires et du renseignement, par exemple pour le guidage de missiles balistiques, la simulation d’explosion nucléaire ou encore la cryptographie. Je me penche donc sur la question du contrôle des exportations américaines vers la Chine. L’enjeu principal est cet arbitrage qui doit se faire constamment entre d’un côté les intérêts économiques (créations d’emplois, exportations, croissance…) et de l’autre les implications militaires de transferts de technologies sensibles que la poursuite même de ces intérêts économiques risque d’engendrer. Il y a donc toujours un arbitrage entre ces intérêts économiques et la volonté de maintenir un écart technologico-militaire avec la Chine. Ce qui est intéressant dans la relation sino-américaine, c’est justement que s’est développé, à partir de 1979, une relation d’interdépendance économique mais que dans le même temps la Chine est perçue par les Etats-Unis comme leur plus probable near peer competitor militaire. La relation sino-américaine est par conséquent caractérisée par un mélange d’intérêts économiques mutuels et de compétition dans le domaine militaire. La politique d’exportation de technologies à double usage est intéressante à explorer car elle se situe à la frontière de ces deux enjeux.

SP : Vous dites que la fin de la Guerre froide a été marquée par un affaiblissement des capacités de contrôle des exportations de technologies duales. Comment peut-on l’expliquer ?

 HM : Il faut d’abord souligner et comprendre pourquoi le contrôle des exportations pendant la Guerre froide était efficace et, à mon sens, il y a trois raisons principales. La première est que dans le cadre de la compétition Est-Ouest, durant la Guerre froide, il y avait une institution multilatérale le CoCom (Coordinating Committee for Multilateral Export Controls) qui était efficace parce qu’elle prévoyait une règle d’unanimité, tous les Etats disposaient donc d’un droit de véto sur les exportations de produits sensibles des autres Etats membres. Ensuite, il y avait une perception commune de la menace entre Européens et Américains et un objectif commun : retarder la progression qualitative des capacités militaires de l’URSS ; enfin il y avait une sorte d’oligopole technologique de l’Ouest qui rendait plus facile le contrôle des exportations de technologies à double usage. Après la Guerre froide, ces éléments ont été remis en cause. Le cadre multilatéral a été affaibli. Les Européens (notamment la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne) ont exercé de fortes pressions visant à démanteler le CoCom. Suite à ces pressions, le CoCom fut remplacé par l’Accord de Wassenaar mais celui-ci ne prévoit pas de droit de véto sur les exportations individuelles des autres pays membres. Par conséquent, par rapport au CoCom, l’institution multilatérale de l’après-Guerre froide est un système moins efficace dans l’établissement de contrôles aux exportations de technologies sensibles. Il y a d’autres dynamiques qui ont affaibli la capacité des Etats-Unis à contrôler les exportations de technologies sensibles vers la Chine : la commercialisation de la base industrielle du Pentagone et la diffusion technologique à l’échelon mondial. Il faut préciser ces deux points. Jusqu’aux années 1980, les technologies de pointe ayant des applications militaires étaient développées par le secteur militaire avec des financements du gouvernement et trouvaient ensuite des applications civiles, c’est le cas par exemple d’Internet ou du GPS. A partir de la fin des années 1980, les dépenses de recherche et développement (R&D) du secteur commercial (civil) ont progressivement dépassé celles du gouvernement américain. Le secteur civil est désormais capable de produire beaucoup plus rapidement des technologies de pointe et celles-ci sont ensuite intégrées et adaptées pour des applications militaires. C’est le passage du spin-off au spin-on. Cette évolution a un impact important sur la diffusion des technologies à l’échelon mondial. Ces technologies étant développées dans le secteur commercial, et celui-ci étant mondialisé, il y a eu une prolifération des sources alternatives d’approvisionnement pour les technologies à double usage. Il est donc devenu plus facile pour des pays ciblés par le contrôle des exportations américain d’importer ces technologies, ce qui a affaibli la capacité des Etats-Unis à contrôler les exportations vers la Chine.

Autre facteur important – et c’est une différence fondamentale entre la relation Etats-Unis-URSS et Etats-Unis-Chine -, c’est l’interdépendance économique. Celle-ci qui implique des enjeux économiques majeurs pour l’industrie des hautes technologies qui a exercé un lobbying important pour que le gouvernement américain libéralise les contrôles aux exportations. Dernier facteur, plus récent, le développement des capacités autonomes chinoises dans le domaine des hautes technologies. La Chine a par exemple développé en 2010 l’ordinateur le plus performant au monde, dans ce cas, le contrôle des exportations d’ordinateurs à haute performance vers la Chine perd sa raison d’être.

SP : Comment les décideurs américains perçoivent-ils la montée en puissance de la Chine et les investissements massifs que celle-ci consent dans le domaine de la recherche ?

HM : L’une des principales préoccupations des décideurs américains en matière de technologies à double usage, ce sont les technologies qui permettent à la Chine de développer ses capacités de C4ISR (Command, Control, Communications, Computers, Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) et de guerre en réseau. Par ailleurs, la Chine elle-même est dans une phase de transition vers une commercialisation croissante de sa base industrielle et technologique de défense, dont un des objectifs est de bénéficier des taux d’innovations élevés du secteur civil afin de développer des hautes technologies ayant des applications militaires et de réduire l’écart technologique avec les Etats-Unis et les européens. Tai Ming Cheung l’a bien montré dans son livre Fortifying China. Dans ce contexte, les technologies de l’information et de la communication ont un rôle important dans le processus de modernisation de l’armée chinoise. Le développement de ce que l’on a appelé le « triangle digital » est un problème considérable en matière de contrôles des exportations. Ce triangle digital est composé de l’industrie chinoise des technologies de l’information (Huawei, Zhongxing et Julong), la bureaucratie chargée de la recherche et développement et l’APL. Ces trois pôles entretiennent des liens étroits et il est extrêmement difficile de savoir, lorsque l’on vend une technologie à la Chine, dans quelle mesure ce que l’on appelle le end user est lié à l’armée. Et c’est une préoccupation majeure pour les décideurs américains d’ailleurs citée explicitement dans le dernier rapport du Pentagone sur l’armée chinoise.

SP : La réduction de la capacité des Etats-Unis à contrôler la diffusion de technologies sensibles vers la Chine a-t-elle eu un impact sur la modernisation de l’armée chinoise ?

HM : Oui, dans une certaine mesure. Si on prend par exemple les technologies qui contribuent au C4ISR, moyens de télécommunications, super-ordinateurs, tout à fait. La difficulté croissante des Etats-Unis à contrôler la diffusion de ces technologies a facilité la modernisation de l’armée chinoise en matière de C4ISR. Mais il reste cependant des limites considérables, la Chine rencontre encore de nombreuses difficultés d’absorption des hautes technologies étrangères. En outre, il ne faut pas oublier que les technologies à double usage ne constituent que l’une des sources de la modernisation militaire chinoise avec les importations d’armes conventionnelles, la recherche et développement autonome et l’espionnage industriel et militaire.  Et les forces militaires conventionnelles (et nucléaires) chinoises souffrent d’un retard important face à leurs équivalents américains. Plusieurs membres de l’administration américaine m’ont affirmé qu’il existe une politique officieuse visant à maintenir un écart d’une ou deux générations technologiques entre les Etats-Unis et la Chine. Cette ambition est néanmoins de plus en plus difficile à atteindre.

SP : Certains membres de l’administration américaine considèrent-ils que cette politique est vouée à l’échec ?

HM : Il y a eu un changement d’approche, y compris au Pentagone, au sujet du contrôle des exportations vers la Chine. Avant on utilisait les contrôles des exportations comme un barrage, pour essayer de maintenir un écart technologique. C’était une sorte de containment technologique. Mais cela est de plus en plus difficile en raison des dynamiques que je viens d’évoquer. La réduction de la capacité de contrôler la diffusion de technologies sensibles vers la Chine et la commercialisation de la base industrielle du Pentagone ont amené celui-ci à modifier sa position dans l’élaboration de la politique de contrôles à l’exportation. Alors que dans les années 1980 le Département de la Défense était un veto player – il s’opposait à toute libéralisation des contrôles –, il considère aujourd’hui que des contrôles à l’exportation excessivement contraignants risquent d’affaiblir la base industrielle commerciale, qui dépend dans une très large mesure des exportations, et de limiter la capacité de l’industrie de réinvestir les profits dans la R&D de technologies de nouvelle génération. Ceci, à son tour, affaiblirait la capacité du Pentagone à avoir accès aux technologies de « l’état de l’art ». En d’autres termes, la commercialisation de la base industrielle du Pentagone implique un intérêt croissant de celui-ci à libéraliser les contrôles à l’exportation (ou du moins à éviter l’imposition de contrôles excessivement stricts). Les Etats-Unis ne tentent donc plus uniquement de contrôler la diffusion de technologies sensibles vers la RPC (keep them behind) mais de courir en tête (run faster). Cela implique des investissements massifs en R&D de technologies de pointe mais aussi une libéralisation des contrôles lorsqu’ils sont inefficaces. C’est un changement de paradigme majeur dans la relation sino-américaine depuis la fin de la Guerre froide.

SP : Quelles sont les restrictions qui perdurent ou que le gouvernement maintient en priorité ?

 HM : Les sanctions prises à la suite des évènements de Tian’anmen notamment dans le domaine des armements. Dans ce domaine, la question de la libéralisation des contrôles et/ou la levée des sanctions ne fait même pas débat. En ce qui concerne les technologies à double usage, d’une part, dans le domaine satellitaire il y a eu libéralisation au début des années 1990, mais depuis il y a eu revirement et les exportations de satellites sont revenues sous l’autorité du département d’Etat (qui détient l’autorité sur le contrôle des exportations de matériels de guerre). Les Etats-Unis sont désormais le seul pays au monde à définir et contrôler les satellites commerciaux comme étant des armes (et non pas comme des technologies à double usage). D’autre part, dans le domaine des hautes technologies de l’information et de la communication il y a eu des libéralisations massives des contrôles.

SP : Comment et par qui les décisions d’exporter une technologie duale sont-elles prises ?

HM : Il faut distinguer le processus d’attribution de licence pour vendre des hautes technologies et le policy making c’est à dire l’établissement de règles. Néanmoins dans les deux cas les mêmes institutions sont impliquées, on parle de triumvirat : le département d’Etat, le département du Commerce et le département de la Défense. L’autorité en matière de contrôle des exportations de technologies à double usage est détenue par le département du Commerce mais il s’agit d’un processus inter-agences (pour les matériels de guerre, c’est le Département d’Etat qui détient l’autorité sur le contrôle des exportations). En cas de conflit, le Conseil de sécurité nationale tente de faire émerger un accord. Les services de renseignement sont là pour analyser les liens de l’entreprise acquéreuse et de ses propriétaires avec l’APL et l’usage (end-use) – civil ou militaire – du bien une fois exporté.

SP : Quelles sont les positions respectives des principales agences américaines concernées  par la question ? Peut-on identifier des conflits ?

 HM : Il y a des conflits récurrents notamment entre le département du Commerce et le département de la Défense. Le département d’Etat de son côté est extrêmement fragmenté : le China desk et la section économique prônent des positions flexibles, visant à assurer le développement des relations économiques sino-américaines et la stabilité de la relation bilatérale, alors que le political military affairs bureau est plutôt proche des positions du Pentagone. Dans ces conditions le département d’Etat a des difficultés pour trouver un consensus en son sein. Il y a aussi des divergences entre les fonctionnaires et les conseillers politiques. La position du Pentagone a profondément évolué. Il est pris dans une contradiction entre la volonté de retarder la progression qualitatives des forces militaires chinoises et la nécessité de favoriser la R&D de l’industrie américaine des hautes technologies, ce qui exige que les contrôles à l’exportation ne soit pas excessivement restrictifs.

SP : Globalement peut-on dire qu’il y a une continuité des politiques américaines ?

HM : Le gouvernement Clinton avait massivement libéralisé les contrôles à l’exportation. Bush a eu une approche plus restrictive des contrôles à l’exportation sous l’influence de ceux que l’on appelle les « faucons ». Au Congrès, il y a un consensus au sein des Démocrates et une partie des Républicains pour dire que le système de contrôle est inefficace. La division est forte chez les Républicains. Le débat au Congrès est néanmoins monopolisé par quelques faucons. Ils ont un message de 10 secondes qui, en matière d’exportations de satellites, a fait mouche pendant une décennie : satellites = missiles = menaces.  Cela pourrait cependant changer sous l’administration Obama, qui a pris conscience des effets néfastes de contrôles extrêmement restrictifs sur l’industrie satellitaire.

SP : Côté chinois, quels sont les acteurs impliqués dans l’importation des technologies duales ? Le gouvernement américain prend-il en considération cet élément dans sa décision ?

 HM : Au niveau étatique c’est le MOFCOM qui joue le rôle principal. Les Etats-Unis considèrent – et les cables diplomatiques publiés par Wikileaks le montrent bien – qu’il n’est pas toujours fiable. Les entreprises chinoises qui doivent faire l’objet d’un contrôle de la part des autorités américaines avant ou après la vente d’un bien à double usage sont souvent informées à l’avance par le MOFCOM du jour et de l’heure de cette visite, ce qui rend les contrôles ex-post de l’utilisation de ces biens souvent inefficaces.

Propos recueillis par Paul Charon.

Pour citer cet article : “Entretien avec Hugo Meijer : La politique américaine de contrôle des exportations de technologies duales vers la Chine”, SinoPolis, juin 2012. 

 

Xu Jinglei, nomos de la modernité


Deux grands succès de l’industrie cinématographique chinoise en 2010 et 2011 portent le nom de la même réalisatrice et actrice principale, Xu Jinglei (徐静蕾). La réussite de Xu Jinglei n’est pas que cinématographique, son blog[1] est l’un des plus consulté de Chine, tandis que le magazine en ligne qu’elle a fondé en 2007 est devenue le plus influent parmi les jeunes urbains[2]. Le parcours de Xu Jinglei est paradigmatique de la bonne subjectivité chinoise, celle qui se soumet à la nouvelle donne économique et glorifie l’entreprenariat. L’évolution de la carrière de Xu Jinglei est à l’image de celle de toute une génération de cinéastes et d’acteurs, qui sont passés de l’expérimentation de l’avant-garde à la propagande. Nous prenons Xu Jinglei comme idéal-type de la soumission du milieu culturel au pouvoir politique et économique chinois, et à travers son parcours, nous essaierons de retracer celui d’une partie des artistes chinois, mais surtout de comprendre ce que Xu Jinglei, à travers ses deux réalisations les plus récentes, peut nous apprendre des tentatives de redéfinition d’un sujet chinois à l’heure du développement économique.

Une jeunesse sous le signe de l’avant-garde

Les débuts de Xu Jinglei au cinéma se font sous l’égide d’une nouvelle génération de cinéastes post-Tian’anmen, qui tente de définir un nouveau cinéma réaliste. C’est le cas de Zhang Yang, réalisateur en 1999 de Shower (洗澡), film s’intéressant au sort d’une maison de bain à Pékin, qui fait tourner Xu Jinglei dans son premier film, Spicy Love Soup (爱情麻辣烫) en 1997. En 2002, Xu Jinglei tourne dans Spring Subway (开往春天的地铁) de Zhang Yibai, qui narre les aventures d’un couple de migrants dans la capitale, et les efforts du mari pour cacher à sa femme la perte de son travail. En 2002 elle est également l’actrice principale de I Love You (我爱你) de Zhang Yuan, figure majeure de la scène cinématographique indépendante chinoise. Réalisateur du premier film sur la scène rock indépendante pékinoise dans Beijing Bastards (北京杂种), mais également d’un des premiers films abordant la condition homosexuelle et sa répression en Chine Populaire dans East Palace, West Palace (东宫西宫), Zhang Yuan s’associe au romancier et scénariste Wang Shuo pour tourner I Love You. Wang Shuo est connu en Chine pour ses romans écrits dans un style direct et proche de la culture des « voyous » (liumang), mais qui ne remet jamais en cause le pouvoir en place. Wang Shuo et Zhang Yuan sont typiques, pour Gérémie Barmé, des « dissidents empaquetés » (package dissents), qui se servent de la censure comme d’un mécanisme de promotion de leurs œuvres à l’étranger[3]. L’évolution du cinéma de Zhang Yuan montre comment cette pratique, qui lui a permis d’acquérir une reconnaissance internationale avec ses premiers films, est abandonnée au profit d’une reconnaissance par l’Etat et l’ouverture du marché domestique. A partir de Seventeen Years (过年回家) en 1999, Zhang Yuan se plie aux règles de la censure afin de pouvoir sortir ses films dans les salles chinoises.

Xu Jinglei ancre son parcours cinématographique dans celui de ces réalisateurs qui se positionnent à l’intersection du cinéma indépendant et officiel. Ils reprennent les techniques de production et d’écriture des cinéastes indépendants et contestataires comme Wang Xiaoshuai, Jia Zhangke, Wang Bing ou Lou Ye, tout en se pliant aux normes du cinéma officiel. Xu Jinglei affirme cette filiation dans ses trois premières réalisations cinématographiques. Avec My Father and I (我和爸爸) en 2003, elle s’intéresse au sort d’une famille populaire pékinoise en crise, dont le père est arrêté par la police pour proxénétisme. Pour la réalisation, Xu Jinglei s’entoure de Zhang Yuan, crédité comme « superviseur ». En 2004, Xu Jinglei réalise une adaptation d’une nouvelle de Stefan Zweig, Lettre d’une inconnue (一个陌生女人的来信). Cette adaptation très fidèle de la nouvelle se déroule entre les années 30 et 40 dans le Pékin des hutong. Xu Jinglei fait de nouveau appel à un représentant de la culture indépendante chinoise, Ai Weiwei, comme « consultant créatif », et recevra le titre de meilleure réalisatrice au festival espagnol de San Sebastián. Si le film aborde des problèmes sociaux tels que la prostitution et la contestation étudiante durant l’invasion japonaise, Xu Jinglei se défend de toute interprétation politique. La temporalité historique du film est volontairement neutre (le film s’arrête en 1948, veille de la proclamation de la République Populaire), alors qu’il aurait dû se dérouler durant la Révolution culturelle :

« En fait, avant je voulais avoir une mise en scène plus moderne, de la fin des années 70 à la fin des années 90. Alors que j’en étais au tiers de la conception du film, c’est devenu difficile parce que j’ai découvert que le script s’intéressait à des problèmes comme les mères non mariées et la prostitution de luxe. Si je devais mettre en scène cela durant cette période, cela aurait impliqué des problèmes sociaux que je ne voulais pas. Je ne voulais pas discuter de problèmes sociaux. Je pensais que cela aurait détourné les spectateurs de ma première intention et que la censure chinoise serait intervenue. J’ai donc décidé de placer le film durant les années 30 et 40 ».[4]

Ye Daying, qui joue le père de Xiao Yu (Xu Jinglei) arrêté par la police pour proxénétisme dans My Father and I

Une troisième réalisation en 2006, Dreams May Come (梦想照进现实) poursuit la filiation avec Zhang Yuan, puisque c’est une adaptation d’une œuvre de Wang Shuo.  En rejetant l’approche politique du cinéma tout en s’emparant des outils du cinéma indépendant, Xu Jinglei négocie son virage en donnant des gages de bonne conduite au régime. A partir de 2010, Xu Jinglei opère un retournement complet en se lançant dans la réalisation d’un long métrage à la gloire de l’entreprenariat, qui remporte un succès public considérable.

L’histoire de la promotion de Xu Jinglei

En adaptant le roman à succès écrit par Li Ke, L’histoire de la promotion de Lala (杜拉拉升职记)[5], Xu Jinglei prend pied dans le Zeitgeist chinois, le désir de la promotion sociale et l’idéalisation de la haute bourgeoisie chinoise à travers son mode de vie et sa consommation. Go Lala Go !, sorti en 2010, devient en quelque temps un véritable phénomène de société et propulse Xu Jinglei au rang de réalisatrice et d’actrice de premier plan. Malgré l’indigence évidente du scénario et la médiocrité de la réalisation, qui tranche avec les premiers essais de Xu Jinglei, le film chinois bat en fréquentation les grosses productions hollywoodiennes de l’époque. En décembre 2011, une nouvelle production de Xu Jinglei sort sur les écrans chinois, Dear Enemy (亲密敌人), avec de nouveau Xu Jinglei et Stanley Huang dans les rôles principaux. Cette fois-ci, l’action se déroule entre Hong-Kong, Londres et Chengdu dans le milieu de la finance internationale. Ces deux films, loin d’être anecdotiques, dessinent les contours du nouvel individu chinois dans le cadre du développement capitaliste. Nous tenterons ici d’expliciter les significations sociales qui sous-tendent ces productions culturelles.

Les symboles d’une ville moderne

Les premières images des deux derniers films de Xu Jinglei présentent la même caractéristique, celle d’un plan large d’une ville moderne, Pékin pour Go Lala Go ! et Hong-Kong pour Dear Enemy. L’œil est attiré par la verticalité qui transparaît de la ville, symbole d’une ascension sociale présentée comme telos de l’individu. Une verticalité mensongère dans le cas de Pékin, puisque l’action se déroule dans le seul quartier des affaires de Chaoyang, qui abrite les principales tours modernes, mais qui reste circonscrit dans un espace relativement étroit. La principale caractéristique de ces films est de rester à l’intérieur d’un espace qui concentre la richesse et la modernité chinoise, vitrine du développement économique. A l’instar de Go Lala Go !, la grosse production du nouvel an 2011, un remake du film américain Ce que veulent les femmes [我知女人心] avec Gong Li et Andy Lau, se situe exclusivement dans le quartier d’affaire de Sanlitun. Il s’agit de reprendre l’injonction gouvernementale de la « civilisation » (wenming) des quartiers de la capitale afin de l’illustrer par l’image. En cela, ces films représentent la vitrine des politiques gouvernementales, qui promeut les réalisations architecturales récentes au détriment des quartiers anciens et populaires, voués à la destruction ou la marginalisation.

Pékin. Plan d’ouverture de Go Lala Go
Hong-Kong. Plan d’ouverture de Dear Enemy
Plan du « Village » de Sanlitun, où se déroule l’action de Ce que veulent les femmes

Il s’agit donc de se conformer aux principes régissant la vie urbaine contemporaine. Tout le prologue de Go Lala Go ! consiste à accumuler des images de centres commerciaux, afin d’établir une nouvelle relation à la ville qui s’envisage uniquement sous l’angle de la consommation et du désir marchand. Les lieux de vie à proprement parler sont quasiment absents de Go Lala Go ! ou Dear Enemy, remplacés par des espaces de travail (l’entreprise dans Go Lala Go !, les différents conseils d’administration dans Dear Enemy), des lieux de passage (hôtels) ou des centres commerciaux. Les grands magasins occupent à ce titre une place centrale dans la narration de Go Lala Go !, symboles de la modernité, ils représentent également le lieu d’affirmation de l’identité du personnage principal, qui voit dans la consommation la preuve de son ascension sociale.

 

Premiers plans de Go Lala Go !

Le rapport de Xu Jinglei à la ville a constamment évolué depuis ses premiers films. Dans Spring Subway, Pékin était envisagé comme un lieu de passage, le métro étant le moment d’interaction privilégié entre marginaux qui n’avaient pas d’autres endroits pour passer le temps. My Father and I et Lettre d’une inconnue, les deux premières réalisations de Xu Jinglei, entretiennent tous deux un rapport particulier à l’espace pékinois, puisqu’ils se déroulent au sein des hutong, quartiers traditionnels, qui représentent dans My Father and I l’habitat populaire et interlope de la capitale, tandis qu’ils symbolisent dans Lettre d’une inconnue la division entre les différentes classes à la veille de la Révolution. A partir de Go Lala Go ! la ville n’est plus perçue que dans son aspect marchand et essentiellement bourgeois, la pauvreté n’ayant plus droit d’investir les lieux.

Appel à la « civilisation » dans le quartier de Chaoyang

Des subjectivités vides

Les films de Xu Jinglei sont exemplaires, non pas tant à cause de l’environnement social où les personnages évoluent, mais dans la caractérisation même des protagonistes. Xu Jinglei développe un outil de présentation des personnages dans Go Lala Go ! qui va se poursuivre dans Dear Enemy,fondé sur la fonction sociale occupée par l’individu. Ainsi, les personnages sont avant tout des employés qui évoluent dans l’univers concurrentiel de l’entreprise, et dont le but sera d’évoluer, quitte à éjecter un de leur collègue au passage.

Li Wenhua (Albert), recruteur dans Go Lala Go !

 

Amy (Xu Jinglei), associé dans Dear Enemy

Cette caractérisation est plus poussée lorsqu’il s’agit de Du Lala interprétée par Xu Jinglei, puisque l’unique enjeu dramatique du long métrage est de montrer sa progression sociale. En l’espace de six ans, Lala va passer de secrétaire à directrice des ressources humaines sans que l’on comprenne vraiment comment (la réalisation d’un découpage dans un magazine et le déménagement d’un bureau lui valent à chaque fois une nouvelle promotion).

Les évolutions sociales et salariales de Lala. Un salaire multiplié par 8 en six ans

Un des aspects fondamentaux de Go Lala Go ! est la négation des contradictions sociales dans une tentative de glorification paradoxale du capital. Paradoxale car comme les subjectivités des personnages, le capital est lui-même vidé de tout contenu. On n’apprendra jamais ce que produit l’entreprise de Lala, ni ce que font réellement les employés. Une des scènes clés du film est la tentative d’obtention d’un marché par l’entreprise où travaille Lala. On voit les employés s’activer, produire des documents powerpoint et s’énerver au téléphone, sans que l’on comprenne de quoi il en retourne réellement. Le capitalisme devient un mode d’être, une posture qu’il convient d’adopter. Pour interpréter de manière efficiente les enjeux de Go Lala Go !, il faudrait finalement se tourner vers l’ontologie heideggérienne, qui seule nous permettrait d’envisager ces personnages comme de purs Dasein vides de tout contenu. Il est intéressant de noter que le discours habituel sur la lutte des classes est réactualisé à travers une explication de la hiérarchie de l’entreprise qui s’apparente aux niveaux d’un jeu vidéo :

« Les secrétaires sont au plus bas de l’échelle, elles gagnent moins de 4 000 [yuan par mois]. Les managers sont la classe moyenne, ils ont leur propre voiture, et un salaire annuel de plus de 200 000 [yuan]. Les directeurs sont la classe supérieure, leur salaire annuel est au dessus de 500 000 [yuan]. C’est ça ce qui veut dire être riche »

Dans Dear Enemy, Xu Jinglei propulse le spectateur dans l’univers de la haute finance à travers l’histoire d’une fusion-acquisition d’un groupe d’exploitation de lithium par un autre. Si l’on comprend à peu près de quoi il s’agit, le contenu des négociations est mis de côté au profit d’une agitation tout aussi futile, mise à part leur contenu in fine nationaliste, puisque le but de l’investisseur principal est la détention par la Chine du monopole de la consommation de lithium, ce dernier ayant par ailleurs signifié au personnage principal qu’il souhaiterait voir les antiquités chinoises exposées à l’étranger revenir en Chine.

Un langage hybride

Les deux derniers films de Xu Jinglei présentent d’autres similarités, notamment dans l’usage du langage. Bien entendu, ces deux films sont tournés en mandarin standard (putonghua), et ce même à Hong Kong. Cependant, le langage entrepreneurial se distingue du langage normal par l’utilisation excessive de l’anglais à des moments impromptus. Ainsi, dans une conversation en mandarin, des termes techniques vont être employés en anglais : « 今天由我们给大家做第一场orientation。我们做是S.O.P » [« Aujourd’hui nous faisons à tout le monde une orientation. Ici nous faisons de la S.O.P (Standard Operating Procedure) »], ou encore : « 你们有三个月的probation » [« Vous avez trois mois de période d’essai »]. Nombreux termes managérials sont ainsi prononcés en anglais au milieu d’une phrase en mandarin, signifiant ainsi la position sociale du locuteur. Plus on monte dans la hiérarchie d’entreprise, plus les individus ont tendance à employer l’anglais. Ainsi lorsque la directrice des ressources humaines s’emporte contre une secrétaire, elle lui dit : « 要把每一家的 advantages, disadvantages, reputation, risk, analyze them 然后给我做的final decision » [« Il faut que tu rassembles tous les avantages, désavantages, la réputation, le risque, analyse les et ensuite redonne les moi pour que je prenne la décision finale »]. L’anglais se comprend ici comme le langage qui permet de se positionner dans le champ social de l’entreprise, et de montrer son aisance dans les affaires du capitalisme. Plus surprenant, l’anglais apparaît lors d’une conversation sur le mariage et l’amour dans Dear Enemy : « Lucy, 我们已经分手了 », « 我知道,people have this concept about meeting the perfect person in the future, but maybe your best person is already sitting in front of you or next to you。所以我才说你们应该再早一点结婚 » [« Lucy, nous sommes déjà séparés », « Je sais, les gens ont ce concept à propos de rencontrer la personne parfaite dans le futur, mais peut être que la meilleure personne est déjà assise en face de toi, ou à côté. C’est pour cela que je disais qu’il aurais mieux fallut que vous vous mariez plus tôt »]. Cet échange apparaît ici comme un énoncé d’autorité à propos d’une expérience amoureuse qui est d’autant plus universelle qu’elle est énoncée en anglais. Mais cela permet également de rapprocher discours amoureux et discours d’entreprise, qui sont mis sur le même plan. Car outre l’entreprenariat, c’est bien l’amour, dans le cadre d’une « comédie romantique », qui irrigue les deux œuvres de Xu Jinglei.

Le processus érotique chez Xu Jinglei

Il s’agit avant tout pour Xu Jinglei de produire des comédies romantiques qui permettent de penser l’amour dans le cadre hautement concurrentiel de la Chine contemporaine. Si les premiers films de Xu Jinglei traitaient du romantisme, au sens d’Hölderlin, à partir de Go Lala Go ! l’homme et la femme deviennent des objets essentiellement marchands qu’il s’agit d’échanger dans un mouvement comparable à celui du marché de l’emploi. Dans My Father and I ou Lettre d’une inconnue, le personnage féminin était destiné à occuper des fonctions d’enseignement, idéal féminin à l’époque des réformes économiques, puisqu’il signifiait l’obtention d’un niveau universitaire conséquent et la garantie de la stabilité de l’emploi à travers le fonctionnariat, tandis que l’homme était encouragé à « sauter dans la mer » (xiahai) de l’entreprise privé. Avec Go Lala Go ! apparaissent deux figures de la réussite féminine, le mariage avec un homme aisé et la promotion sociale. La réussite féminine dans le travail n’est pas pour autant considérée dans une optique d’égalité homme/femme, puisque la condition féminine est réduite à un aspect marchand :

« Il y a deux façons pour une femme de décompresser : la première c’est de faire du shopping, l’autre c’est de manger. Faire du shopping est bien trop dispendieux, mais manger c’est bien »

C’est ce qu’affirme le personnage de Xu Jinglei tout en mangeant une tablette de chocolat, avant de céder elle-même à l’appel de la consommation. Face au désordre amoureux, Xu Jinglei ne trouve d’autre remède que la visite des grands magasins de luxe, qu’elle arpente dans les centres commerciaux du nouveau Pékin en brandissant sa carte de crédit.

Frénésie d’achat pour Xu Jinglei dans Go Lala Go

 

En mettant sur le même plan érotisme et consommation, Xu Jinglei définit une nouvelle sociabilité érotique que les animateurs de la revue Tiqqun avaient repérée dans le personnage conceptuel de la Jeune-Fille, qui condense tous les rapports de domination du spectacle[6]. Si « la Jeune-Fille est le lieu où la marchandise et l’humain coexistent de façon apparemment non-contradictoire »[7], l’héroïne de Go Lala Go ! symbolise la transposition de cette allégeance de l’humain à la marchandise au sein de la nouvelle donne urbaine chinoise. L’amour devient dès lors un enjeu comptable, explicité dans Dear Enemy par une demande en mariage qui s’apparente à un processus de fusion-acquisition. Le personnage interprété par Stanley Huang peut ainsi dire à Xu Jinglei en guise de demande de mariage :

« Si on se marie, il y aura un investissement et un retour sur investissement. Dans dix ans ce sera un fils et une fille, pour la balance du yin et du yang. Dans vingt ans, si l’un d’entre nous est malade, il faudra que l’autre veille sur lui. Bien sûr tout investissement comporte un risque. Alors réfléchis-y. Je suis à la recherche d’un partenaire pour gérer cette opportunité ». Ce à quoi Xu Jinglei répond : « Tu ne penses pas que cette fusion est trop risquée ? »

On le voit, toute sociabilité est ramenée à l’entreprise et au marché, si bien que l’on peut considérer que « même en amour, la Jeune-Fille parle le langage de l’économie politique et de la gestion »[8]. En ce sens, malgré son engagement non politique (on ne verra jamais de représentants de l’Etat dans ces deux films, ni d’allusions aux problèmes sociaux qui agitent la Chine, comme la condition des migrants intérieurs), les films de Xu Jinglei sont éminemment politiques, au sens où ils tentent de définir un nouveau rapport au travail, à la sociabilité et au genre, en mêlant une sujétion totale face au marché, une négation des différences de classe et un nationalisme rampant.

Loin d’être anecdotiques, les derniers films de Xu Jinglei portent en eux les transformations de la société chinoise. Malgré leur apparente innocence, il transparait dans ces films toute la violence biopolitique d’une société qui tente de mettre au pas les subjectivités récalcitrantes. La propreté irréelle de Pékin dans Go Lala Go ! et son aseptisation expriment l’idéologie dominante, qui voudrait masquer la pauvreté et la laideur grâce aux fards de la modernité. A travers les histoires d’amour de Lala et d’Amy, un nouveau paradigme féminin prend corps, qui évite de poser la question de la domination masculine par la soumission aux artifices du marché. Il semble bien que nous ne soyons pas encore sorti de ce que Gérémie Barmé nommait la « prison de velours » (velvet prison), où le pouvoir du Parti est exercé de manière plus insidieuse. Le visage radieux de Xu Jinglei n’est finalement que la version polie du développement des inégalités sociales en Chine.

Nathanel Amar.


[1] http://blog.sina.com.cn/xujinglei

[2] http://www.kaila.com.cn

[3] « Depuis les années 80, la Chine a produit un petit nombre de ce que l’on pourrait appeler des « dissidents bankables » : des œuvres non-officielles ou semi-illicites, dans les domaines de l’art, la littérature, la musique ou les films, qui pouvaient, grâce au contrôle répressif d’Etat, atteindre une certaine valeur de marché – et de crédibilité (street cred) – en dépit de (et dans certains cas malgré) leurs mérites artistiques », Gérémie BARME, In the Red: On Contemporary Chinese Culture, Columbia University Press, 1999, p. 188.

[4] Jan UHDE, interview avec Xu Jinglei, « In Front and Behind the Camera », 7-size: épittissses.e de poset_29em>woo.ca/uestle.php?chm48&/sp;fea musiv>

[4], Xu Jin LI>L’histDnterprsans zhijde l 知Lla s ddansue un e Xu Jingld’olumbcorSar.xix t l’ty Press, 19u nos Cagng.vis />007div>

[4]. Si «uis llle, qui com>velte dfinalemesubjrer considésexu»Go Lue 999réali Gauverte

[4], l’huis l999rde artilèmeapptainete dion av 1olumbia 188.

0/div>
[7]. En ce aoireIbid.ndé sa/p> 06div> re2./spa/span>

00&r=g 2x'tp-capt'avcomrout omrpng en oto'"115" sr'ng '33%" />'ng '3igcav stye="tp-caption-eting-onshori Dayitext-alisoetio-ze=":140s=">Paul Cua Becapti/h3e=le=v> tle=""tps:/'tissses.cnue ds.hypoectque.org/onshor/.cnue ds'" href='Mi de qubles 19aul Cua Be'>Mi dePqublcaptn-cle=vv styvv st =vv sty!-- .kabryictoiéfi--> =vuestle> e qub type- qubté si,-onsidshnna de - (putansbrygrtegoryiaem>tegoryion, noers- q spr g-de-. Mae-后es"> =htin opp la="kabryihtin o"> ye="tp-captikabryiu pa"> yle="fp la=">t- laks">=""tps://f-orses.cnue ds.hypoectque.org/>tegory/后es/ae"siel=">tegorye dg">teincapt th""tps://f-orses.cnue ds.hypoectque.org/>tegory/后es/on, noers- q spr g-de-. Mae-后es"siel=">tegorye dg">Rf d noersre), alorsdansCultucapti/le="> div sty dh1pp la="kabryi href">=""tps://f-orses.cnue ds.hypoectque.org/2a>Aismn dn q ou lnve diffcert rie ye dulopt, g de="tp-captikabryiu pa"> yle="fp la="kabryidte">=""tps://f-orses.cnue ds.hypoectque.org/2a>=le="fp la="onshor v crd">=""p la="ur quu p="1ps://f-orses.cnue ds.hypoectque.org/onshor/.cnue ds"siel="onshor">Paul Cua Becapti/le=">ip> =""tps://f-orses.cnue ds.hypoectque.org/2a>#ujiids">Unne vidr golptip> de="tp-captikabryie rid"> ="text-align: justify">

Une troistar de Go iqulle s teinarainsle e peet cncee l jianzhiolumbe地方建制)q dnéee r»tu»soumiaine fem dspanidr diffé ou par s é artipolirmettec Linemmécri unarainsle em>My FLla orgpluxprimené énoncébaicms nspsu pinrlopcs dee la vanse=" dde liqul bas la aineettn saphdprer /spire. Pniolumbœuvpirencee lolumbiafinalemesubj l’ qu opes sociauappre Liieux nr.de ps, deujiieau et li chaquexé rlop mersofLa ui iopretncesà lelles adop Bimangeres s etiaux idricesdans Deiqulp mersopirencee lolumbn.n ioqu Jints conselirme l : Jinglula é artipoli tr ir»irer. Pu’amo la ilmersiola duréautreainsle ulns conres de l G tr ir» dde d’une (uremnc LfLaini我p metision as)dansula Er ir fifie rrentrres ntants de l difem>lem dcng lestopresi mersopire. Pniolumbe lntrre à nsp prer lentr nde poxésellrchanersékiineps,gtérate l Go. Maem>uiann desuj la rlle s é ’Etencorapptsoeersvretépoxésellphy les espafLa ui iotéraujiaine(i s’ilmi seux)dépiidieumbre nse="nale  metision asdépiielèorificérémiula dufem dansumipire. Pniolumbs où n. Ca»t deersionsef d coe la vilmsite fge duerra levestisans n. Caainem daemployerula ion excessivlop mers/spirenspge dalolumbete dc Lt cng Ltu/spire. Pniolumb /érssilmsvrncouujidieumiscouar.ansils )presidstalisa. Maem>t deujrchau ce rie esteujiiepire. Pniolumbvesties des q ou lnves ration dans es eer df Linemmsubjr.’Eu Jinopt, g
hin ce seLtit. Pnin. Maem>pe rlinbaicm nodmncidieum d’une ersirttn saphders /.pinemmbaicms tozrncs

Lla ration dans du. Pniso. Maem>teuji ps, /.pees lecerunspson 99ilmb.rin inêttrre Tiqqssrue exprsà aurula et li chaqutla noteinrtr ir»Gidieuncs veloù ils tr ir»poum«ttrrches éqssrudiollleennb.asujou/s, laahaingzansolumb)dases’unqssr’nbopt, g hiin ce seUéet cniat, hécoermressà acenanger clème irrhinoises tr  », Gtrer s dbaicme la m lntiage poruermnts consenaiollleenrmration dae lf>p.per df Loumstins lpou/stelerinrchue »dssrrglJier difi nous.é ridieuilm 4 000 i99 rême prmration daio>ersoptnsp’elusture qnsp de lle durtttios la res ts conseoermratbrmration dae les eoums dtioan 4 000tioliri99divle=">ip>

Une troiUéeturales réeu Pniteuji lde ivle=">iph4le="text-align: justify">Une troiLion d»tule duansue Rf d noersre), alorsdansCultunbop4sef couspor1982népi vihui >p.) Lliqrollleencmration dae lf>pssrula teinroùs’unqu Pniœuvue es llmiteb rin ieriteusujoutrM liqpirenu martoolumb /., in. Carum nouvpirenu j 99olumb /itedstalisa dse.ctis de99rintains c s etma="" href="#_ftnref1"edna> iiin ce seDains cas malgrénsula ration dae diffu Pnitef Le vraimdiertebglJirollleencneednéeiteusbjrer cuss aitinsocialesullemn irese liqtainsrdulle snsusedstalisasidése.dssrism 99mnts consenust valeur rmntn desuj la noé sitrre ge intee e s laes la rlle s f Le r»tusujertebgrmration dae lencoef cl dee p»dssru pas l noe dessrr, nelltains cgeae eldeieldivle=">ip> Une troipireLsropsans s’unqu Pniolumb /rs sontrins -resanglbopavsbrtred’unenee vraimdiliqtype>dssrr au9 >s Columb 直辖市)="" href="#_ftnref1"edna> Jivn ce esulJertau9rmi que lntrrhuideelro de rappru9rmRf ge drmration dae les eké locu>peet cteiq.olumb pirexcngzans dolumb 特别行政区)derteinemmMacao/., H. Cepend (umstite31essrue e rlusle d)prCs er au9 >palro de rapprUne troipireLsrire s’unolumbuvaienfinalemesubjtnspvoptavrete rlusle d/., f Lntaqu erteêmeres tn de cetts df gesnt es eilmquoa crii99xnse vraimdi det detype>dsduation dans peet cnc dolumb 地区)nsuss trss -osspson 99>peet cncjos Columb 地级市)nsuss osspson 99>prllemn irahaiUne troipireLsrlificrsos’unolumbde ’« useidieuan’oqu lc e s’unptnspvoptavrete rlusle dt e be vraimdi Laltype>dssrr au9 >nolumb 县)nsuss b rin rllemn irahainolumb 自治县)nsuss trss -b rin eet cem>njos Columb 县级市)nsuss aisen tnee la nsuss s lus in eet cqColumb 旗)dceruts s lus in rllemn irahaiUne troipireLsr det ficrsos’unolumbuvaiene ’« rchudrollleeneration dae lat,sr’nse vrleveliqnts consent dype>dssrr au9 >n olumb 乡)nsuss usujou ethnders eet c duzuem>n olumb 民族乡)/., s es, la eet czansolumb 镇)tivle=">ip>

Une troipireLduation dans olumbivle=">iph4le="text-align: justify">Une troiCs ebglJirollleencnbopt, gp.tf gionp ifires uation dans

Une troiLe es lœuvu"" oe difflosifug ivle=">iph5 Une troiLduation dans per difise., vn ce preseuMcngdifitavretdonne jurtt ise s u e r télaine mlasmrun 99preseuos eésdifiter>)ellte anntainsrs eanidie dlm ous  : rchére arpenteiqroioqangluss Ydeuprenjeubsrue esdeenbopt, g)o-/spge drminei, glntre arpeos ioivret00 picp duansMaouvaienbrolidaçoruupptex ’Eteneu jeubsrue /spdé p duansue e rlusle dçor1954tivle=">ip> Une troiLe Rf d noersre), alorsdansCultune vrlevahui nous fai33quation dan p ds d Pnit>dsoptnsans qrollleentrs eés ilmet li chaqu( l’Taiw="me liqhommeH. Cepend ioqMacao)prCdéji deu lre>putorue luse diffbsrue elns conres rllnt ptayeubainsle e . vin ce seLt pts eés . Maem>t p ifirl des d noeêttrre Tiqq>Darine vtacsstr deenuspoviss ertaêe ret loqrelagasiieanidie dprCsue r dorpi9 /.

Papptuseeoêlaue es eé osspts lnbaicm norollleenemao 9omme"ms perintaére arpa q d’échaoptnsans qs’unqu Pnirr Xrrtt ormah99mdesnoersptus ean99 es elos lirese liqspg larintaére s s e oe diflms oifug p ifie rdans losspts ls erudro’oà telltd norolnt rinslmrayeuainecs iolevvi cst Lcoe dent des inérols, puisqre t lr e>fpreseuan9ie tabeubs pts eés .. Cficie p ifif/spersem>nonpopulelt raê noÀotrinorélest mieu lps ftubs pts eés bopavsbrtjurttirmin, t : orst dent des duD un enjensus lanoe tdersubsmuppssusmersspptuida qoêtus ee l >dsest exerrer ce l m>Gdaittt dé p dtivle=">ip> Une troiEihtarsqu e.virue ’«s est ramubs puteme pts eilèprCsgea/spsconofa derer cte ioqbs nscoérsus Pniconsommausee lanttticonsorllemeres ps eéspresererg, viin ce sivle=">ip> Une troiLosit un agasiieanidie dubs pts eés ersusoyonare e.vft" eneioqusenstoêtlirmoilmestoeioquserautrérinbs pb rin e e.vietqusrm’«s eusrmps en lJirch sub le drduation dans

Une troiLe esspson 99œuv norautrérin ainsdune rdlus p d.iph5 Une troiL jeubsrudse.nseesuommebs puteme pnchudrollleennbopb rin sta nouvr decoir»ve dfxnsusn aanrérieubs pps eérmedifi derdulle tr oLalersubsq d’ppuyersême prmration dae p deubùs’unqesspson oce eet cdiji xcngzans ubaiw/divire 地级行政单位)prAstelepbêlaud de falirrdaineuation dan p duoêtue es eéeioquseb rin s(etllleenchps/ d.enapaêue e rdlus p d)/.ée u Jillanoipresrmee p dnicoJinipaêmes, nea d’ppuyioqmeres aisen tnee la eké lolJieet cz), ne ivire 专区)derteusrme vai Jiniifie r telt ut ujsssusormations duirebainslet un enso197ineienesspson pps eet cnoerivire 地区)prAommeusede couoobshue e. tdersubsa/spsconofioqbdinrm 99mioqusebroent des inérols, puisqrsap/seer dien.éequpsu pien usortrss eifie rnuv nnecsli lérptare are laprCsrmeire rde cormifie rentrnchuositainscone p dume"ms perinbs ptsspson 99s ientrss eeet cdigeli Columb 地改市)me liqhl bas ormb rin s ientrssieet cem>n eli Columb 县改市)m;/e ouoe diffalrottt mlasmaurais mnnepstev detéooirenaseesspson pps ahui nous fan ue elns conr ailluseé sitrre trss eeet cdijos Columb 地级市)prCsrmssilmestoeifios pnchuspptr Xrr usornariat, eubs ppsspson 99s i rêge adioobl d usorb rin sprCsgeaesspinale .éerdullploqidieuus.u Jsujalersubs annusebro’invt un enso19hine corautrérinr grnunuoobroent dett dee. tdersubsa»nolumb 市管县).pireDu martoolumb /usortrss -osspson 99>p ifire’rs noetllleenrêgp,eluoah99mbainsllr run 99ee. tdco-ration dae lorificdteinr. Maem>tivle=">ip> Une troiSiaue e rdlus p daleaes aniensesioqrollleenn udumstite68obshue s . viiin ce eesspg. ixtp://want dseess, deienr Xrr no valeur e e que laux arts="" href="#_ftnref1"edn1=">[xtp:// leliqcormuation dan p drmees rdlusiloqiubj noiollleenne. tdersueet cz)ns d="mjig, nivire 政权机关)qu lc erin iioqleaesé’oobl d iubjrdaineunee socenes ru pin esee. tdersubdereu thi. Maem>eu Pnite(r X e qut con)="" href="#_ftnref1"edn1a> hxin ce seCdéjrdurssppxnsnlu tu rthiesspinauireue us perse. hxiin ce s e b de fa nobroXu Jarm d sp>eant dsebrodee duers d sptrss -osspson 99>p ifis rdlus p d.Une troiUn langapireLduation dans

Une troiL pasoJrin œuvnonmerderergUne troiUleaesspinale lésur gé dss.uisagNez pf Pnicoe emedpssrodubsme leême prmasoJrin s ioqtrss -asoJrin s nchudement d duan/sasoJrin s rllemn ir,tdulus in ioqaisen tnee la echinois er sociabsienbronspsicp ujsd noi>n muation dan pfsroer chaqtrsups xiiin ce seMs pps/sun oreu Jsujq nuersuooêmebs ptrseux ppe ua et pnchbs p coJrin s ilmtrss -asoJrin snsifies p glJitype>dsduation dans Une troiL pasoJrin n.éeudetllleenrd Pniobrocanploquseerenaeengoeubo )ell>Une troie b éerts icplajrdrodr nome notype-ie dce u coJrin e dntouupp putré eli.ih1,9d’lp ds rdpopulatts s rdpss6 0g es perintapptuse 4 000eq spglJpreserrenaagasie coJrin se une oque êge sicpse e 270 0g ekm²e–/ iaoqerenaersuua GLa de-Bréains (229 850 km²)dépi dn coeersuuseerenambre deormahjerte56 km²tivle=">ip> Une troiLse coJrin sr gengem>Myus rdlusetqudetllleenr e dunbsruduation dan p dsrod siersu. Maem>icrsoollg>sfictlees smso e qvxhu e q p gedespireuxebryivire u Pnitesaliqspg ll anto genariat, ur g pie.eli lJeso ncantceu gees t coeudeleeetiseu siaitevamt dseiel evuse spsip gedesoessilm ar.Maliqnlufinalt uuoqanienion aesuun ee ehiole gedd† têlaue Rf d noersr geC Maeqdemahtousu. oLalrdur00nersainemerssppgeeelespJrtp d u Pnite geddteinrien Jxivn ce . H.e d p nve nue eeliesse u GLa d Bar eienut ujuvaien d éeJr un asrdes’unqu Pnirpaêulr ex ’Etenerdr cesen 4g e coJrin sn uuppte e qu éeri a)ellé elustes . eu gemetr d geddf dsersutced noc l seuomme>000eiens soeu opdeetisii99uerrae de e ahto>009e coJrin seien1977)tivle=">ip> Une troiLsees .ir00 00dchiny e p duie007 po deeuoqe de e ers1463p coJrin o /aliq369mtrss -asoJrin snss rdpss90pien1977trLe anins p dufinalemebaicmeubjul basie.u Jsujaoerd d rer lsieuuecslpssrdernsans qpsg put annersuueue e qu seUne troiLsee dent des inésap/seng pt/tlss aus rJrl euuerergdsuec ret les pnspsaGéruvudauinitp d ope e qu dcitttiqdation dans es trs vscait/inoutnuersuooainecsli lér g pcoûnargenariat, unuoorer vudteinriCtaisinouo iendcs Columb 整县设市).Csgea deUnitp d rgeu"" chndersqdation dans esvnlrendpssrog larinaisr Xnrnuoo, tandierainslenoesla nargeaanrérisr Maliruvudteinreuborre à fem anto dcigearép d du»n olumb pirefenzhiolumbe城乡分治)onchainearép d es coeunel spg»<œveleet c. engem>n olumb pirehezhiolumbe城乡合治)="" href="#_ftnref1"edn1a>, xvn ce polle=">ip> Une troityprllpsste ioqge a jeuaç dl, l derdestalisargearép d rgarcoJrin srpaêuganolumb 市管县)ee dent de deieihu""fLan 99eEu locueie. xvin ce erg mare nue st troprgapireddivire ioqrgapirei C olumb(积极实行地、市合并)="" href="#_ftnref1"edn1a>, xviin ce seAesuun metr g.Maliqsiustalisaied/nchizu pas llu prcoJrin srrdml spssnarga pomesitlss-c difi ngena Juers p>np d nchrs m coUne troiLlr eelcifanoceu op coJrin mioquaçts ic lellrge deaux artepsédprt uj vioeême dee.s migrr Xilm esteépiudaation dans d aidlifahiz’oqg. xviiin ce eépi d dcpdgr un rarjrga soigetp d piz’oquo raesct. xixtp://t e beprars drl >iherses s ann>009esus rerg005eso nleli f te inns dpssainecsli lérptare are laa opinouo ie008pree ei telsdesars ddl d e vguuarnsanalpssaux arte lÀep disa Ga opPumsp gurcoJrin tivle=">ip> Une troiLsbjulps paux artsbrdie.u Jsu rto naisau travaivmmeusapireTliqrs sociaux rnvelJivire eet caime"g wantdivire 三农问题)dépic&jeero;ré-à- crtit:eagrin l0netrayain /ar getnveutépi rter de tp d iedsde >Une troiLsurcoJrin bdr00 a dl d ainenariat, b Àotmllserainslderr M cm 99m dissiersu. Maem>nsocaan aiguudea rur etudee. tderssrodelegalpssruvude dfenisagSs pei if prer luême rterrenrtmmeusars eésruvug prcoJrin bpieUne troiLlr lustp d g prcoJrin bpdréede dleip> Une troiLs pmaheus prir0er es pmt llalps prie

Une troiL psplo druvuruaanrérisfLage olle=">iph5 Une troiSgu rmus p savrdm ant psarn s p Àotmllssp mlasn aigruvhendmar.es poUne troiCsn0eo us prslJir XiJinips mdlgcednaes 18 ja cevr1909esar hxxin ce seLe prglJitn: ssptndmusiloqaine pcp soceneosspts ltpesneet cyli C faivire 议事会)rifiuruuo enluexroaidafneet criegshC faivire 董事会)rrietp d ifird i9="" href="#_ftnref1"edn2a> hxxiin ce s Ld pcp socener gruesupelutt rtêmepeiuo enluexroaidafnJii finalemeuuXiiceraigudeiuddesno>tp d de pe dinalepreseu drena0eo iensoénerer eaine>)elsoreirglJiainappre le araigus pnaes pu e q pdeiud†xroaidafn0eo supuartce esaliqmetr drxsnoerssainsduideesar xxiiin ce solle=">ip> Une troiLgeaanrérisee p dnicoJitrarjur geih dicer q no putlo d pifis, la 0ernaes p prirpuetpa p eipireem>n aa gsuoolumbrifipirezans a gsuoolumbprCdréeêm vioeudn d ei telse. tderssifiudea ricesoreiudegrsv eccn Ji Cench00 pqd euaurupf roe eigd ihas/enisvrus paiz antabs eq spr p dt(sar ud ple.u Jsujtroelees. Jxxivn ce .olle=">ip> Une troiLaueceie eie vciéneJii drnglarrien1949ess vserss ei e qvxos, l emi antcs eiglr run 99pu Pninenchsiosroangu rappreeuoqd gotfavnsnchuauês co eiZns g Y>n uvaidUne troiDgu 149ench1954.tp d de pehps >Une troiEen1954.Une troiAesartlrsbgu 158nsuse/ o: sese., xxvn ce polle=">ip> Une troiLg pcovain pe..ulsa Gd0eo an9ieceg psarUne troiCgustalisaeéed duaifel deauid d’invt un enso19hi/ifigausoyentuure .ihud des u rmdeidunbsruderr M cm 99m dissiersu. Maem><.Maliqhlu tu resnoenavr viu eiis coaigumeosroangu r accvispb efLage ance pseCversèaign aiip qdmifi0ehrcti d sariin lm est peUne troieauessanalpss ts ic lelle.vr uu e dsduation dans Une troi–/sruunase.ihaiges ain uauelns conres cubreurtbppsrdduuXiiceub ede ahps psU locunaifimetuijeopd dent des inésulseprCgufoyauis vei viune pcpz qndpslope .uisrgausupnictceudopeeroUne troi–/Uparsi eme e qs ddation datp .eesupcpe< eduis’unq opsplo dufsn0 oneubjlstua et eduieaif rmaliqr qaeifi crtets petcegeoneaoruun urnunaai doues p ubs e qvxodoal edvecn vioebsn. Cesainedot luneupes, puisqduEedpsifi ain sion e>tcegeone uunabppsrdm:ubsgdteendpneaifidope msar.Une troi–espmt esesrisl s pdation datp .e0eo co-an9ieceg psarUne troiIlu tu rnsUne troiPreniupp emartspp eeeu’oqé daersvresgeatenbaicgruvug edu/eonocermropbérine0eo ee 0nebpu antosupdmarifs prchd d »ge aineeuriispbruumeeero. xxvin ce tivle=">ip> Une troiLs pe n.f aig corm sntgur oLale. tdersu0ee li th ruvt q aigu vt ll antoe ds pmce esus putpsn ope oehurueesup unta umersrUne troiCggeafLage n lustp dsiéedesnt jaergsaels ar006aassup untus veipsrdn snsuXgrirmus pmt lé eeasoiaig d ope oen iuamouaigu s e qvxoutpsn a slt" ieUne troiLs pt q d pJii dresoéonêmeg ee psn ope oeht onienJsrg pd qnds,c ei telnaaigu s aheus 0gurenaaols serdacti d g eeerpcpen wanjianivirer中央文件)prIlueeuonddglvrrog larin sneunesodmarœveleet coegzhiolumbe通知)ns sneune.dm.ulsti dœveleet cguidegivirer规定)rruviei de sneuned dinaleœveleet cjuedegivirer决定)duDo annrg ern enso1990soa t dsemarn edeeluguêca p ei 4 0pseinoarssnueenarou » esaidntonchglJes snmdenalpssbsrdcog slr evagrser seleUne troiLspe oehdesars dbecUne troiLddrr M cm 99mu Pnisvrsieifirchesrisl e og rdrpres pte u Jnvie popri0eds annrg ern enso1980rodeifiscean 4 000 upsti deicosrUne troiUn langaPa psCuXioniv oregtip> < c<> <"text-align: justify"> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednrefa> iiin ce epireZns ghuassqutpaaegheguoazi taoa0nsuc.olumb (中华人民共和国资料手册) [Guidurb edeacebj snuauRupsasoiaig P..ulsa Gj snC Mae], BaCjin uvsh. fa kexrsewanem>nnsuuinysh.,n1999tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednrefa> Jivn ce Biienaigue n.aep dseslngeatr ucti d fdeéeeubjsar ah.,nmiupm < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednrefa>, vn ce John Fitzge ald,neuneTs pes vertguirms002tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednrefa>. vin ce eJae H.nC un uveuneTs pe<010tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednrefa>, viin ce Nez prsadbronii ain aiees . at uumstituêmeg ee. tders e snas/en pse/otp d auxg eennon-ofqes pssilmest eracebtiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednrefa>. viiin ce eeuneLs paanré pe< pssbjss eésiufisupge drmdu/e sbjseu’oes jeersuegta éeacedir0aa eufie suun eddess ssti de opConiellab eAe ahps pddteinnsnpt eulrsssbjrgn,es psndis,cie pcebjnens[自治区的人民政府在必要的时候,经国务院批准,可以设立若干派出机关。]resu i: sesenceslsiéed.u,helue ulngeatpsnsj: =""href="http://inlke.inldu.s v/http://inlke.inldu.s v/ < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref9>. ixtp://rIlu tu rbéegrsvresbjpirepaisuu jiaanivirer(派出机构)rifig epirepaisuu jiaidn olumb(派出机关)nsg e qanalps eeoed ebppsrdmddration dasti dbjss ei as essarrieso thuaatn .ubjciaig petcegeonesg ebppsrdmdsgauicec < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1=">[x]n zailnivirer(政府间关系:权力配置与地方治理) [L eielsti d einoseaerin pe< a ruval Pnti d sneeron znsusoZ ejiangi axrsesuuinysh.,n>009tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a> hxin ce eS en Xt esNegmRuiyegnspireDangdi zaaegguoaz engfu yopguois egivirer(当代中国政府于过程) [Ps dir0r eufiaerio pe008tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a> hxiin ce eJae H.nC un uveuneDo aty-os ei arnoies:hu bedded yufi snmarto slysrs vensin. Jae H.nC un uvTao-C Muream (an9.)nspireC Maads L PnluAation dasti divire,rNew York, Rviuledg.,n>010tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a> xiiin ce eTao-C MureamuveuneTs pcontypstemaaidnsontypgoilegœvensin. Jae H.nC un uvTao-C MureamnspireC Maads L PnluAation dasti divire,rNew York, Rviuledg.,n>010tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a> Jxivn ce Tao-C Mureamuvpireop.notivireip> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a>, xvn ce Tao-C Mureamuvpireop.notivireip> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a>. xvin ce e« Gidnyopb Cznsui ai zn eg jiaidn jiaan gt"snauogdn wantdi snoegzhiœve (关于地市州党政机关机构改革若干问题的通知) [Da ctioauisujufi snaiglaig eaig tp d .u Jaoeêmeg etuenaroe pssbjrgn,es ps eesupfu q ,ihttp://www.51uetiur.s v/lawiie er/law0nsw-40353.html < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a>, xviin ce Ma Bin 马斌nsop.rnotiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref1a>. xviiin ce eLdé q de0g soeuarelvrronce .u.ulsri0cerssarrXu Yongtiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref19>. xixtp:// Velvrsarrieso thruvLianeYummeg 连玉明, Wu Jianzhong 武建忠 (an9.)nspireXianwei huji em>nz Xnregranzuu sh.nmgœ?ivirer(县委书记县长关注什么?) [Avaie009tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref2=">[xxtp://wH>n Jngiaeeggong c lzans waCji yegem>ngime"gcai wandegœve (县乡公共财政危机影响农村稳定) [Lausrna d emt lé eeasoiaig d e érin einflrseêmegaud ei telsd ezs q eiulsees], Sraong zaaegguo,n18 ja cevr>007.p""href="http://www.snzg.cn/ariicle/0nsw.php?h. d -4148/paie-1.html">http://www.snzg.cn/ariicle/0nsw.php?h. d -4148/paie-1.html < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref2a> hxxin ce Jiang GiohuauveurAr unpsd yuardbjeelebpsti d r nts pe n.omusti d aresscti pin ts pnt sQcngi ynay venspireRe008tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref2a> hxxiin ce resbjsupnarot vr eine ahaoepnermdd .olex> iècleeufieui d’inun>0.olex> iècletiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref2a> xxiiin ce iZns g Y>n uveuneC Maea town Cpiaei pe<:nbetweermassockaaidn""h putslesevensin. Jae H.nC un uvTao-C Muream (an9.)nspireC Maads L PnluAation dasti divire,rNew York, Rviuledg.,n>010essp.174- 15tiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref2a> Jxxivn ce iZns g Y>n uvpireL PnluGeio pe< erd P.ltdc einnC Maaivire, New York, M.EagSh pp.,nInc.,n>003prCggeasaroie ddesuie grnunuorêmelneiltelartiv> < c<< oyle="gn: -rft" uvhendmfy"> <">="" href="#_ftnref1"ednref2a>, xxvn ce Velvr ulnisujufiuesJ ta dupfudigusarrPev eAvy l innpireEr0ah e0meg esaroi ee.ltdaig ,ivirerPsri0,rPayoes1990tiv> < c<> <"text-align: justify"> Un langaiv oregtip> Un langaP.vr novrlneariiclej: Pa psCuXionuveurAee dgu snu&jeero;teinru PnleenC Maeessoructppnti d ne éri’i d sopeero011tiv oregt Un langaiv oregtUn langaiv oregtUp> < c<

< c< c

=""href='http://sinoe.lts.hye.o e rta g/ruthor/sinoe.lts'roitle='Pa psCuXion'>Pa psCuXion=">=p> <">=""href='http://sinoe.lts.hye.o e rta g/ruthor/sinoe.lts'roitle='MespeesJnvby Pa psCuXion'>MespPesJn

ip c<> ipariicle> ihearevrl,a ="pe < c <""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/eategeoy/sodes-de-le q"eiel="eategeoy g">Nodesurele qTahwan d/ c<> dh1rl,a ="pe<""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/270"riel="bookroek">Ts pAtipagtt eif Tahwan. Ts pPuyumde:efLomth ad uneg to ts pt rgri world < c <""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/270"riel="bookroek">08/01/>011=patiple="> Une="rl,a ="bylme"><""l,a ="urlu ies" href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/ruthor/sinoe.lts"eiel="ruthor">Pa psCuXioniple="> <""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/270#s v pe2us v pe <"text-align: justify"> nsnCauaiglinn: Ts pAtipagtt eif Tahwan. Ts pPuyumdruvfLomth ad uneg to ts pt rgri world =pat Fnnbce 0meaine chsos paii dupgnd 0meerena snegier0,rlderel"snreJosm>nsnCauaiglineslhsos vispauiuetipst <" oyle=" i: -rft" uvhendmfy">Enegrh arrdinoro ucti d, JprCauaiglinnbricpeleus n i: sereeesujufiirmps rs dnèrs=lex> iècleeresodrgu psesarchadeesmusiig eivqanalps eielsti d einose-d dorohe ain g erdalesushinoh a nshenaid unosihuir nsnpveaidnèrs=lex> ièclensg eH tued tnaneg eEne=gn.leuaiindse.èrs=lex> iècleshenaid ulddes n rseiragttlleele.uiels urnr s esrici d e oorsnic q sir grrresstiaigri>n dglc qruvldrutvrgus noe eealiu ugdpseaigmreisnv qanc q soe ne u s psmded pinneerrrlsnv lr ejqv q e ugrsesstiaigrs njêttqresoppuyumdenerelntii-tinsui u ja.u,ah neerrrlsnv lr eleiudipredrutvrgu dveaigmgnis cog sielsti d einoseoribalesnsernebeiaigvisnnsnchsaroi ddainedess s pmythologdaigesased io ugrs/suptp d relsrrr’exsmsod v pe Leiss ndnsuXpitpssaidntonchtiiesl naep dpauieuneèrs=lex> iècleehenaid unosihuir nsneg ebffartied ePnlisnv ugdiragtterelnnarudpgses pe JprCauaiglinnsoy einoro uhegnis co ugrsielagt d rs Puyumdnssmniesupcpene sdsarchfig,pne ssuoe 0èrs=lex> iècleerdnpglt0ssueatholnaigmneos os a orsaueisdsn. Cabu Lssue nee bjremeatnaeemneremau JuUnenliiu dveaicebjneeslJ-tin aresupcpenesupgeseoarvldee SurpgssubffartiedqsuespqcJi sfae ltalenarueisdsregrsgribunseheir grseceeia/gce regrslntg pei edujnegrs rse.aux arteuqsuamoeuaiinnd supc lrnsJprCauaiglinnsoy eud/iahpsoanegdingneesci d segrsshXcperuerud’inun>0èrs=lex> ièclensaueua ueuaeers0ceegqsuho sbjregrs ribuvrss Puyumde uee.lupgsrroarvrud tu rir gbjactiv/gcebjagriniop eorsdtd d. Div/f pgn aux eune’exs sf cti d.iaigtiv> Briuues peèrs=lex> ièclensiusgrero udlyJnneielr eaeiud/ suaux arteattsnvsrroxcegninsgsepsttso uuineresasfarsuotp dnsoarJmslg pe0èrs=lex> ièclensgsrrrl n le t diinnodigeaoar suaon-Puyumdnsgsrrrnarot t d roppêtt aevigm rgrs rse.aux arteuqsuivelatsnvst cerup s,iu p Leaotts lelaeist virt apitpssg o l ns/supaaidntonchtiia ugaueuneliv/lt0ai d aa ttsa lgrve bsuPuyumdruv rgdrrt lmettss― orsdtd d. Ens0èrs=lex> iècleduDdaiepêtt aevigmurie aaig, gdse. <"text-align: justify">a peu euneglt0ep gnorve rgels gepem ain gedee.nane ugasiurttcmuirgen lvrglleuaiinensrurc lstiv> <"text-align: justify">004.rIlue o n,n/ pp e srurud ctp daeu mU sneirchsoy eud/tiaUnbjee slm" isue31.12.>010)tiv> p""href="#_ednrefa> hiin ce . Ne Cfruv<p""href="http://josm>ns.Pnlaiglepseepse/euyumd/">http://josm>ns.Pnlaiglepseepse/euyumd/=pat> (igea/ lup ge 01/01/>011)ip> <">= orog>sC y eoopugeMazivstiv orog>ip>
ip> Pvir/nuqrresovarissge :sC y eoopugeMazilatsuveueTs pAtirag011.pv orog>ip> < c< c

=""href='http://sinoe.lts.hye.o e rta g/ruthor/sinoe.lts'roitle='Pa psCuXion'>Pa psCuXion=">=p> <">=""href='http://sinoe.lts.hye.o e rta g/ruthor/sinoe.lts'roitle='MespeesJnvby Pa psCuXion'>MespPesJn

ip c<> ipariicle> ihearevrl,a ="pe < c <""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/eategeoy/o e sb/dqaoceloie"eiel="eategeoy g">Dttaoceloie=patnsp""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/eategeoy/sodos-de-le q"eiel="eategeoy g">NeRf oasoiaig P..ulsa Gj snC Mae=latnsp""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/eategeoy/o e sb/U le c-civ/le-o e sb"ptel="eategeoy g">SU lupgce civ/le=latiple="> d/ c<> dh1rl,a ="pe<""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/248"rtel="bookroek">C vtteertsugaslupgeeice gt gast eilice ruarurgeei Maoh =latiph1> < c <""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/248"rtel="bookroek">25/11/>010=patiple="> Une="rl,a ="bylme"><""l,a ="urlu ies" href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/ruthor/sinoe.lts"eiel="ruthor">Pa psCuXioniple="> <""href="http://sinoe.lts.hye.o e rta g/248#s v peU,n/ venshrg=latiple=">

< c <"text-align: justify">006)dupireChMaa&jeero;sueunePellsfe R eprve

WEATHERLEY, ROBERTpv orog>inorog>pv orog>inorog>(>006)dupirePolndc einnC Maaainls 149 :slegloészeg rlthsra arma s peivirea(Rsupv orog>ip> YANG ZHONG &dvp; HUA SHIPING ed.pv orog>inorog>(>006)duppnorog>pirePolndcal civ/lizaut d and sdneihzaut d pv orog>inorog>Sesa siruC ie.u arypChMaa vel.4ueepnorog>World S leotfaepnorog>,rennbeepnorog>ip> =patip> –vaignlgerurgeesrltsra ahrguohecemuselu snen,n a <"text-align: justify">pire olumbepnorog>iirePolndcal civ/lizaut d and sdneihzaut d pv orog>iireChMaadsueunePellsfe y eprve <"text-align: justify">=patip> 002eevir/n,eeirsgorrg enarot t dbjrigs i eeu i <"text-align: justify"> <"text-align: justify">opt g el enueaiglis,e alt cachso ssue irtt dnest rnnioulsr ssunareeb.rIludrglourdoasoisr ig edo rt a srsugasselieaignup yXnglatsulhMaoh s etsrsusss/ nsc rrnnssi.ra cereu rudvel eso snettce aaignsrs <"text-align: justify">C veneé lnaigrrtaulog dvice ruarurgeeihMaoh s?epnorog>ibr /> =patain aierurgeei usariseciaigr ain grs sbirgeirchgspeutlinrs arn sneldic/a d rde ri pr bUneoyodnprC e ahrg sneeu oultisariss sesirchgaulurgeoés cerru aerin pe< n o fesceuir/gaserocedoep""href="#_edn4">[iv]=latnsaiestalis usariseciaigrsssdohe ssaae ir tause.ulsra cerruaparis/eu eviaohr,rcar/lntg-tinn o se.f oarseluprsutaulurgeoés cern. Cabu stalistiv> <"text-align: justify">[v]=latnupragcernnrd do ogdqsiffanllensr[vi]=latjsfilau adtd dp""href="#_edn7">[vii]=latesrain aiss/erir <"text-align: justify">opt g rurliit uréinttpr juescigvis snelaulurgeoés cerru Paris/is pv orog>ip> [viii]=latjsfilauurriXe0ai d rucerir <"text-align: justify"> <" oyle="gn: -rft" uvhendmfy">Weatherley l ncguurUncsps ieoigodnovgnnses nestdc ehX rrsux rsusirir <"text-align: justify">[ix]=lattiv> <"text-align: justify">Pviraioinlesrurgeeibttsurfan-t-alsru oyodnrrsutassepulstt d ?pv orog>ip> <"text-align: justify">[x]=lattrIludohelnsirsrsnseulieaigspaiinpr fitcneru eutli,unes pe[xi]=latjlensseuiv/disueppr ytt iusaonelensartt dnvrdaierir gerno el enaidnllen fsbjponrsnovelr eiusae <"text-align: justify">[xiv]=lattiv> <"text-align: justify"> <"text-align: justify">Le Rf geei Maoh sqé-alst eig ?epnorog>ip> 002, 846 000eu e q j u Paris/intruronp pciseuiru/ rruput d.rMêoe bierain euneC rruput d,un/ n ac gwthnand asgeeit eiliyns,eChMaadnsesllsfe sees pe pv orog>ip> 000so40 000e;inn >003, 58 000e; 74 000enn >004rsfi87 000enn >005. Sel enAndrgw Wersmdnnsrain euneSorausgecitette it d dnditegeeit eiliyns,eChMaadnsesllsfe se <"text-align: justify"> <"text-align: justify"> <"text-align: justify">[xv]=lattiv> <"text-align: justify"> <"text-align: justify"> <"text-align: justify">LenvRurnarosb eulieaign ponrsn-llenvleupttgeeielr erttaoceloiai ?pv orog>ip> pv orog>ip> pv orog>ChMaarve, csgsuJrae.naroautoriindaigrai tsxupttgees eutsra ahrgxurutt grguelr eflexelubsefiJrae.n drsr leueuireirrbain oouog ud pattccr0a[xvi]=latjas / s[xvii]=lattiv> <"text-align: justify"> <"text-align: justify">[xviii]=latt Dain euneuDeaocelcynand o e go[xix]=lattiv> <"text-align: justify"> <"text-align: justify"> <"style="gn: -rft" uvhendmfy">Syn tiss nelsxusnXlyi sernplnpdsne ,uWagiZhengxunsrain euneHybriditegeeidndiesllsfe se000i""href="#_edn20">[xx]=latnsinfittnp erii .rUiecsrcle vrrusgux btruhs n,eellls el enleaiglile uc iols s onereselr en,eelr enen.lamoonsr tmvrnsrroh ssfilntausu Jraduhesaruaig rsdndcersuge <"text-align: justify">[xxi]=latprArgu sneamo/ lr enena lrsan <"text-align: justify"> <"text-align: justify">[xxiv]=lattrLde .uir/aiis irgloutega lectoe rsu/gnsoro <"text-align: justify">EslageFponknltivorog>

<"text-align: justify">[i]=latjLg oneeuebtrnvtloyud rain lunsoro [iv]=lat Lgnsnplecti ns/ vturodti tiv> i""href="#_ednsgf5">[v]=latnDain lunsan ensoaiis itv/ponega rnpveli dnsle rnpgeeid e ahpae e/ rb [vi]=latjGrtesueu PCCnsle rutlinlhiaohs eeial fignf [vii]=lat Lgnsrnpn drsnsi,rcugnsnudlecti nsnecsrirpv orog>ad nbsn.rLe Paris Àrernpbsnl fi/ s aig o gdenotp d rtts [viii]=latjLa RPCreencrsuiffanllu sneoro [ix]=lat Vuir/snpo ltes JIE CHEN (>004)dupirePepulsr eeliea lnsupeuri n/arindrChMaaivirer(Sirnnard UP, Sirnnard)

[x]=lat Lgnsaiate c rcnpus eet cdt sugivirea天命,pireuienzhiivirea仁治,pireuf ltivirea法理,pireunnenivirea民本)sriepireRefdativirea(amovehllansi ntruu rrdté)e/ rfudceenijonesimdfnlnsseiruga turgeoésti neutitaoariirriepégee.

[xi]=latLgnsrir gerno esurohaenovtansiurirxso gmvrn ujstn efiroiaenovd r0rnpr aig le rutlinauaio tésnlti n,uaiufl" snentrrsxuv gu snnsiue is nb.rEn ouo ,uslnsroiaenov/ rrulso gmns [xiv]=latuIlunalt pg lasnurepplsr ai gdexoraerrins [xv]=lateOdBRIEN &avp; LI LIANJIANG (>006)dupireRightfe rm isansi n/s r lrChMaaivirer(CUP, Cambridge)pp> [xvi]=latj家庭联产承包责任制epirejmasugolt /hXnschsngbao zeien zhiivirensr rutdabjsctif btrrrertvsttmo t /hXe.n oouoeen aarraifile stalissrssrr ertnpnpsrifieuneocartsnosrve.

[xvii]=latrUieeorau nevtp ansa tlvittnp orouce,rcaruldteinufdaa louelr egnssypnsrsudior busr les ervi/gns/ s ilale nah loujunaidrtlvien np/hXngn/rssonurroh ux 0rnelr .

[xviii]=latrEn sit cmbre 2004,ule C atérCsnraloa dopoéraio rirectiudjmvréruvtasRéneli d 0rnale iennar/gsnurssgausapac inp neaerinr/ru raris.rElls ndaigrai gssori ru ocartt0oeuefiru Parisartteser/rssgaupéliito rssonuadat sti netegdurdrusai poprurcpssonurulssrir gernorrain aiuraybstels >es pe [xix]=latrCsC opoésneuebtrrarisgnp earuJern-Pagrre Cabeéannsrain eunePeliea lndndierXc ea lnobéaclen oo ponarm ofeo e juesciaryrve, aiis.eniciaidan sisrir ge n aieeunepirereihséaativirertega lhiaohsérve.rEn s,r toe biegdteinurssrroh sdrChMaeuebtrnneere [xx]=latrCsCrge [xxi]=latrednd dalorieaerinsnuamovehllan,rer b,usrsrns,rer fcr0i n. [xxiv]=lat CAI CHONGGUO euneLa neaiills vhbs ru PCCrve 004)dupireA aidndigaurttaoceloiéruvtunsitgr a nsbs gausrsrni0ai divirer(Erdti nsrrssgdAube)pp> Peiruc iso csearissie : EslageFponknl, euoCevtponr ia turgeoéatérntrga < eilice ru régéselhiaohse, pireS

=lriv Pae Cu ron=latiph3>ip>=lp>=p>=""href='http://sMere Pestx=lat ivp>=lriv =lariscle> =hearsr /ld="sipy-hearsr"> T ,g=lat, p""href="http://sT e =lriv =h1 /ld="sipy- <""href="http://seuoLe cnonr ntrgn ygux ve irsiausulieai ru / r.n ntrru royau s rain lasJrardti n iroïirsieChMausnlamoio : ugdiesvtlisrsuWu Yaiu吳筠 (d. 778)=latiph1> =riv /ld="sipy-oefa"> p""href="http://s07/11/2010=latips ai> ps ai /ld=" lthsr v/ard">p""/ld="urluniue" hpon="http://sPae Cu ron=latips ai>iv ai> =lriv =riv /ld="sipy-/ nsi"> p""href="https://f-ar g00.jpg 103w"sizes="(max-width: 154px) 100vw, 154px> />=la>Cu îio =lfiiire> Dain ldhisar grapu e lhiaohsrru ercn r/sntacle bs po tats,usl btrttlriuruveunegdur/ te bs iauVuieueet ciivire.piresivire.etssiroïime)rnst lntte bsxue,n lis . [Cgux-ci] ner< ttatsnueuesi tatsnuiauaohe eancte ntrernpbsne bs iauréliito ntrrssgdttlhec,rrssga irvtvsnsisntrrssgauri.srhi n,uru rlhsir ntrru d nhsirduIlxuirenuruun flv siir/gdsimdfnl ntr lsir/ga rac ne.rIlxue eréervtatsnunesu uga aiiurourssntrau Vhbsnsssua[1]=la>trve (道家者流, 蓋出於史官, 歷記成敗存亡禍福古今之道. 然後知秉要執本, 清虛以自守, 卑弱以自持. 此君人南面之術也)p""href="#_edna> [2]=la>t Ornslunsoyr/gnsexCillsn repparnuai Lao Zi 老子 futre,n liss ega ruirrrssiZnirsrssgdEst 東周 (770-256)p""href="#_edna> 3]=la>t San s ns,iraurssgsdir/euirrrtue nr onuac ttsoyn laurynatie T ,g唐 (618-907)duLssiroïime lrau tlviie.runnp rie ttsge I.rTroïi s strsulieai sisChMausnlamoio

I.1prAu fiterssgdHtsaire

Lssiroïimep""href="#_edn4">[4]=la> btrru / vtlixisnrg soeirssgasrelm"honelhiaohsrtssnenrsnu ndgunc. Sonear g[5]=la>,ugdés te bss Mystèrensrsnsruduos rsrgdevtir rs iieunerssgdEvtsrsir Jaaio strrssLao Zirve (黃老)nsgasrinn0ai drrssLao Zisntrlaunenrsti nerssgdeccgésiarrss M îrms Cudleins(天師道)p""href="#_edn6">[6]=la> oyn lnsHai 漢 (>06uev. J.-C.-220)nsgnsrécelsti nnsrssgasPireoérSutudeiures(上清)rnisru Tréor Pro m"hsix (靈寶) eu IV [7]=la>,ua[8]=la>.rPues,usl aa"nassr gre ites pe[9]=la>.pp> [10]=la> nisgdo rinsthone< oïisbs elr isvrnsnvtsrsirn.rTaiwu 太武 (rdu424-451)erssuWei ru Nerd 北魏 (311-535) futrgsercn r/rdenr sixp""href="#_edn11">[11]=la>t M esisanxursuog gselr eb [12]=la>t Dain aisstrstégÀsbssgégoésthon,rrssga s naiugeirdad rdrnisru eoyuirsnruhnsgnsT ,gsssue sldurenurdaiuais gr rsnn,rLao Jaiu老君ueet ciivire.piresivire.eLao Zi rinn0é)nsevecileaiglislnseariagsa[14]=la>.

[15]=la>. Olte gd[16]=la>.rEnf[17]=la>ueet ciivire.piresivire.eloepireLao ziivire nev rudcrh/sispireinfraivirerI.2).

[18]=la>.rPvirrloeeoyuirsnrselaronsgdenjmv btrfl"hai sif gaseéeunrdté riee u" g.rManeeoyrrloeoroïi snsgdobjsctif s ntsonsgii,u ud[19]=la>inisiooouoe uudcariso sonuceiolbloes nc[20]=la>duIluyiear[21]=la>tpp> [24]=la>.uLdorrinsuhoneiu an enr loeoroïi sinisga sulieai.rLü Xisheiu吕锡琛,rearuiesvtlinsasnxtusud loerôlei tsraai nissrstiairrsxu e nnsoroïiCensrain ldnxnrciceru eoyuir,reiuearisc ln r/lntiisrssgaueu non- noervene nrve (無為)p""href="#_edn25">[25]=la>. M esiiteeiunturd lten,uvifi uiis/ardMaagn,ullsn ga vari eilice exégueai rdaiuudcrh/sieetsselr en drudrsteirrai nenrsteirruvtoepireLao ziivirensga s tren.u,raisisrsxuoro I.2.rDain lsnsxansrssLao Zi

p""href="https://f-ar g00x133.jpg >00w, https://f-ar g=la>S< tuesrssLao Ziu uQidnznir (Fujman) -uoyr/g : wikériX=lfiiire> Ls voclbloeeu pirelao ziivire ve 老子 (taoodueuneVhsix M îrmrve irseu VhsiteEnfaifrve)p""href="#_edn26">[26]=la> rudsm" g rdad rdrlein urdaiutsrnvniagoeerobaelu sneelr elégmdda[27]=la>.rEnf[28]=la>.rPvirrn acaio rs /gnsmaroCnnsgaueudcsiioéreulieaisrsmureseiufitigse.

[29]=la>.rOney apprcidraiditevtvs firain lseroyau s re Chu 楚nsgdacusglleierovs,sisru Hno n 河南,untraiditettol fissrnvt rs nurssC nfudir e孔子 eet ccaivire. 551-479) roo/itereçu gauaiitt.rMalup la tudc[30]=la>nsgaufragitaoérr iauel g soaiceégalo sif.

[31]=la>t Olte sonu/ararturuear ud piteylln ,uaig rsxuearisc lsrhctnsru exCeuréhbsirain lsin bre bsibsnsnevdfa[34]=la> btraiugs< lecer teirraidaucai eoyuiresuput tudc[35]=la>. Ilutsrt [36]=la>.pp> [37]=la>.rSivtlo sif, silgm-cienturtuestte au II[38]=la>.rDuun glvnsgsxuhagi grapu en eréenenuLao Zisnev aiuimaerg[39]=la>iniseariscapgu ugaupo angseiu rdre bu monrsp""href="#_edn40">[40]=la>duAix alonuirnsru V[41]=la> archn acaiurdsix reçoh aiuiffae au se n bu m ,rarinstsc.dleidpp> I.3duLsss t.n ntrtssroyau ssirsidari r (se)raerinr SdMteentuaio /arartéeiseai nenrs sifalo bsiga c ncnpuhoneoradhi n. p""href="https://f-ar g00.jpg" rlt=""rwidth="300"sheight=">00"srcset="https://f-ar g00.jpg 300w, https://f-ar g00x133.jpg >00w, https://f-ar g=la>Lonsoro=lfiiire> La vreuerautspireinivireupirecæloivirerg soeioroiusonuar g[44]=la>.

[45]=la> aid[46]=la>.rIluepdarthsnu ulnCusne bleedMatsrstif evecivifonsbsnsnevtus dfensbddoeruld rdre nCuldh r rhsseu se n bsiga ebu,neprTre[47]=la>.rLonsercntatsnsbsnlripuionnsrdaio vreuerauteubinnsseu se n bu s t.n epdaralimnurain lonsexCensoin lonsHaip""href="#_edn48">[48]=la>.rPues,ul ucis re, si seLoo/lonsécrhnsrssga oradhi nuShangqsugoai[49]=la>.pp> [50]=la>duAiore sif dhnsgaueulieai bu macron smesntrs[51]=la>t Etgisfutrpr baelu snegisréveloppe sif giselr e d lth rsiceers,sapgsrain ldAnoiai21)duA.uLupireXaiuziivire eréenensaianfitetii,ueansohin ro seizesissnsniuearalltateeirsebpectiuronsbsux ionnseu rgbu,nerve ntueu royau srvep""href="#_edn55">[55]=la>,uain oubltsr/gauré.rimanrssbu [56]=la>.rDain lnCuoiags,u r[57]=la>.rItevaubsisonsai /gnsailainsnxnvtlnendentueisiurdexh uitif.

[58]=la> ;ueu lo snonruentuldo gdee/iffan ai[59]=la>.rDain sonuercnsr/n aphfe,rvu Ldari ru /nonr,1/2rve (心術上)nslo pireGianuziivire epdur[60]=la>dpp> IIduLs snonruetulonsyguxns u-rsl uro ldaauglsn

II.1prWu Yaiuntugaueulieai

Fiioe bléaaeai ro la oradhi nu eudnthaiunturu oroïi suoi eloeTang,rWu Yaiuttol fi uiisin leCrudentuin roèo bsirciomduLdhtsar grapu euronsC nqsDynaties五代 (907-960) riturd llgmvrn ro luiruveune[Laueuéite]ugsbéeudo re Li Bai,u[lonsécrhs]esubltexure Du Funs[gdœn< ]ero Wu Yaiunntudoud sif silgmssaplbloersslonségalor !rve (雖李白之放蕩, 杜甫之壯麗,u能兼之者, 其唯筠乎 !)p""href="#_edn61">[61]=la>t Olte la aialioérre bsnsnevtushi n elaooéeairennsWu Yaiurs.uLuraybsio dniurelèrasja r[65]=la>,upirentucæuoraivire.pp> [66]=la>.rMl u uy pogardso roselr eerusnsosutsniunceludrsnigonsatusuru poira[67]=la>.rA (…)=lp> vu Aegdoru ru /haonspriaerri l,=lp> gons greeuc nnalili goibueno bllbloe uronsttoenrienylvesr .

/hacai dé.anoi n Qi Llvai=lp> gonsonvtn lhXnguurnueugausivtla/f usirise ran=lp> gausub gsislalrrnCugdobc gsis [68]=la>n=lp> rdaltesnseapuin aotshsrtzoiolt,uesprirnurain gonsfitt .

sauvasnnux ai[69]=la>.pp> euesiesuorMaa paregsirruiri aux arnp""href="#_edn70">[70]=la>dpp> gonsfles eugsnso d naadroxufirenuv eiolblo sif oultisgctenp""href="#_edn71">[71]=la>t=lp> Ilxuvoilurnua,niu lorsgsi/haonspuir in r slnsesparurnuroeeitonseuir in tirsrsgsisg .ectn=lp> n li urnuga r iaiseuir c nduirosgdh r rhsp""href="#_edn7a> [72]=la>t=lp> Bi slnsrécln èrnueuiro dfsnain eui u-rsir eru"n ai ei"niruv/ln=lp> eu donssun apdaratimnugonssujstxuf 73]=la>tpp> n=lp> nnux-l uru gmdr re ChXng Hogi""href="#_edn75">[75]=la>,=lp> rsvenun lélèbres en a df dfsivtrurs sifsgsienurosgaujunoieu,=lp> slnsdoppubuurnuf rnnar/grsgausiatsrsirn m u rdai bre ssua ruhnrrlonsamofa gsiagss uga [76]=la>=lp> c ch s fiaisga gsiagss uga

runiteruigmvrn ro uoe a ittuéei ronssstrephonsnturonsruvelto noéeisv.eC

nssr-5ylen: Voiite70"snsevhbsnsrosnoirrhurns vsl urnugdesparurnuroeeitonseuir in tirsrsgsisg .e: justify">> ittuéei ronssstrephe pale="vai loerrd7nsrssgaterain iaupireRhap7stCn7aunlou,=lp>

vu ALiurdonsexCenn=lp]=la>(sl ysausonn=lp]= rulstrieugsban stgn:o SaMaturn auaspatu upaners,sieuext-aldrai=lp放rgjusco-onrlouglZisbign:o r. lectpan A,n . gC- ban strn: junotfy=lpcntagsb g""href="=lphovirv)nsMrnau gn:[76(p-i-180rWu Yaiuabtirss8">Il8uvoilug eveh v rerécrhspanirrivd"texitxC- tg=lp.tns > <)p"出戶韥lnCuoi 乸闚牖1">ext u oisnev aiuyle=il la>.n:ujjustify .>. Misi toesnt]=l成rWu Yaiuabtirss8">Bi8a"nrrlotfy"> le=aux asnevtla>#_e">ndonahr tebsMat stCustify"> snl stCule="exCn=lpcnta tgn:ujenotfy8stCg8bsigdIudrsfedne="a r stCuujeno jxudir nsiext- stCustn rtlvahronenCipoerve ban strfy">n

vu Aegdoru ru /haonspriaerri l,=lp> ittuéei ronssstrephxud justify strtéeifitiuercn: justify .

nn8vreuerautspireinrs t. reivire,uaianfiteRsat紱,=lp>

rs8enun lélèbres en a df dfsivtrurs sifsgsilvViigl:bc c8ittuéei ronssstrephdlengl"e"sprseu_edab nisudn: ittuéei ronssstrephGe"Mu"sprtext- asale="y">eu donbrd8altesnseapuin aotshsrtzoiolt,uesprirnuXujn G (sprtext->s <ittuéei ronssstrephr=ausi poinen39"ans]rn ro x -alnc ban stercntatiagriolgoib-aliagrs ittuéei ronssstreph stC= lonhédne=" ut lr eligoidrext-n=l ittuéei ronssstrephseu_oirup rfy">/hxun fisban stgn:olrdiVoinuen39idraiosgaudonthatteuentuniunuirn=lp>tfy"> ,=lp>

e tgn:ujenotf9">Il9uvoilu,=lp>

vu Aipo>s f df ban syle=lv oïiext-ayle="=lp> <推讓.泰icla>重utrban syle=l="#lei pdelso r=aulenirsuautesplatyle C- rynatie siteruign.rtpp> <富貴若鴻處輕rWu Yaiuabtirss9">Bi9a"nrrg evear v edn41"ephonsn ten=lbainuélu bs trs.uiagrfy">/alr eu" nhédn[iuou (leoisadl_ererrvrapuagriatiuisvjusv rud.idr cYapu)tpp> <未違世以高舉Lu方寸所寧rWu Yaiuabtirss9stCg9bsigdI r nrerr=lpg"" apdbg"yleean fiixt-放rs trs.tgn:ujenonssr ntueu yle=sigcnp<

fdyx ro lauseveaivtuauen=edn49sl fdtpp> nn9 sif ntCarin cisgauoralbloCr> aagrspreveaa.

la>.n:ujedn41"s uigleu jusar seéeae tejusgnrdune/aro bsasnn: j/fedn t.n: nce veaa.

n ygdZisvla>, 用見鏡Lup將up迎!)p]=lap藏!)p>[61物]=lap傷rWu Yaiuabtirss9">rs9enun l ouro vnleeaiyle=siteers,spu li]ero ar v ] jug,usl u> pu ugluptext-sgauadpjn.rEgaujy">CEuady">adadcntatpp> c c9sniuncelPagrs,slex yle=adt=lp>t- stCurssnp>nssr>uVniteif p治身治 y">pesif biâtsitetechss .raab rs=lp <轉合u l虛 <物,rWu Yaiuabtirss9">rd9nsrssga,=lp>

.n:piradjenotfy"]="li entuorauentulf stC= ]=la>,upruronscban stergroturp stiuoeeu auady">ujunosbniteif puagriluMlururiVoironsc"utrterohadveuneRoyanotfyu ais Pagrrnn rnhadS0">sa 賦 )lignenotfygaucos,sigt lixfexd"textnvtenutusruexud sxrye tgn:ujenotf g/tCn g/erua>idraiosgaudonthatteuentuniunuirn=lp> r n#_eGob#nn ponpl_eivtuatiuo roubudef="#_prnnt buy7a> [7b.r#nnrp style=notfI astLosrurc"etpp> <無) 賦 )etpp> <.: justify">Il10"erua>lercbaingon =lp [2onsé,=lp>

vu Ayle=o ptpuny">adpnnncadeueraut=lpVnitEuadahr n: jusynaEs:pirext->ad#_ex r=nre/aro b,io pVniteSaMadhrsn:ao p jrgo fa<ee,rrsale="Manify">ep>nssr>ynaI astLosrurc"enr

Bi10a"nrrnoleéluntut: jxy"> archn :ao pvear v edephonsn tejust 73]=la>s p>e vd nr justify">rs10enun lurotiusn:jteyole="be tgn:ujenotf g>c c10sniuncpovrrnenctManify">ep n: jusynaI astLosrurc"e iagr]= n=lbsMavgeynaI astLosrurc"eeepZisenstLoïinneatlotfy">gsiagss -spr>trssl:ao sprx aivgeveaA stIlucsnnc>adear v edephonsn teeu ve a p>e tgn:ujenotf g">rd10nsrssg,=lp>

vu Atfy"> le=aunrrveal=lpCl"exCsn:bustify usibadu ronscercadearonsx r geduLs slp> o aynaEs:pirga"e 賦 rweynfexseu_oad sgauC- Dunayb P>IIigiivsCe tgn:ujenotf11">Il11uvoilurglupsnpvtaeruvaluvgeynaEs:pirex">v rc>adsaiividcad nnotsbsiga="l, te"rrgo fathaipalrynatie errabaMatnvgfexdaujunoigau anyolei-adb<Bi11nn aiditxufuien fn rurosgoirusagsisn= aisprgad earsd [gau are ynaA stIlucenotfyc>edntgoionuasd b gsiagss -jteiteansoronsciagr>.n:tuajlsrugroturpban ster術ai ngrbugegrpdu

raut" lc>braegrpynaEs:pirnrrise rrynan jmvpsn:ad. MbsMatc>sn:adu ronscadea4tfb idraiosgaudonthatteuentuniunuirn=lp>tyle="exC- tgn:ujenotfy">vu AAespar:adc

ite oaôCgrbs trs.uoe a ittuéei ronssstrephiuoee<>raeng> raeng>林[44tfyrujtone tgn:ujenotf 1stCg11bsigdusl f="#_ stCuInaudi-adc>nCueréhe tgn:ujenotf 1rtCg11x-l uru>raeng> raeng>,=lp>

asiHCGoviteHo">saiiuoe a ittuéei ronssstrephittuéei ronssstrephn:ujegriVoidZi vdu bittuéei ronssstrephnnnudd ponp賦 ) pnnncadbb<rs11enun lélèbres en a df dfsivtrurs sifsgsigons grbiagr df ail: -rft" uvhrady vduoe a ittuéei ronssstrephiteogir stCues:ttiu體 udrsiagrweyuoe a ittuéei ronssstrephi .>. z-oradu drrosgauda.

ugêarean vdt-i_edgssnaybuoe a ittuéei ronssstrephori">lu z-orb.pp> <7a> ui"nx r i Go vdt-isa pdetiact ? Qi ittuéei ronssstrephiittuéei ronssstrephitenuén z-or賦 )li70"sneuebrc:eruveuneuoe a ittuéei ronssstrephiynane gôCuz-orban stetrtuêrgd bc c11sniuncpt ? Qi ittuéei ronssstrephaubsntsgdonun:bs oiuesenbittuéei ronssstrepha sifat 賦 e prosbtn:be Qiainlnglo edc>

o ac!,=lp>

nu n o pdu ">uo bu moin">

ittuéei ronssstrephi pratp> y"> "hre be #lei pinlvefsga ngriynago">saiivie ntrslfuittuéei ronssstrephisa dz"aff/ t. iteadu doudrsbe nuux cynay">orspritenuén z adcpoirac!,=lp>

a: >ee be sd sfrvenun rac;,=lp>

aagblen itehaï

vu AE>adearonsx : ncobigoitrbdjustogrwrsi u,=lp>

rd11nsrssgptextysahrfitert ? Qi rwrae b">otfy">gsiagss uoe a ittuéei ronssstreph#_eradjug,uslbe Yyau au uoa>nu tu iagn:ujee vengrd"t[27]=jlsrun:ufuoe a ittuéei ronssstrephn jusrwr#_erùprbe Jinvgeyna euxt-adbudrsnuux,=lp>

bittuéei ronssstrephn=lAespar,=lp>

t=sieadcadc

e ruaadcIIigiivsCidraiosgaudonthatteuentuniunuirn=lp>QnigaynasrutextnugoC ste rujeaadci">l73]=lduoe a ittuéei ronssstrephsrutu fad"teois au jn.r lc>Àau Madhn39uoe a ittuéei ronssstrephsneuet-ads au Àau seu tiudo,=lp>

ittuéei ronssstrephadc#_erea vrbeoiluirudsahrsieadcaynaeeuf 治國當於未亂之時)p""href="uoe a ittuéei ronssstrephadcatn: nuc e ptpunceLs< spatie ntify">o p>n rwrùsns-sibiten=ljustbsn to,=lp>

gsiagss uga .pp> ds au si poimbsnuoe a ittuéei ronssstreph

.>. jlevssrsl fdpatads n.rUiuneu" e tgn:ujenotf 2/tCn 2smesntaduentynasnu [_erusch祿t t ? Qi gsiagss uga nu >nu mittuéei ronssstrephiteunj ittuéei ronssstrephru leadruôCnuoe a ittuéei ronssstrephuscl73ois ro Wuivtuau(anple va vlc>adprtuxo,=lp>

#_eittuéei ronssstrephtynaesbaudid btynaaffp> [CZiseuaadcn sprpatahendmc>snu [uen39 rwprpatnan uoe a ittuéei ronssstrephve luaa: >MadnnotC- bynasiteole="#_ [c m n] io bynasiuscl73ouoe a ittuéei ronssstrephhai bin lmêrlc>ban ban st: >.nexCsMavpnotfy">gsiagss uga nu b">

>.neuoan ynaEs:pirvpnotfy">gsiagss uga nuép bs Clc>tynanugo stCuujuroïjunotfe tgn:ujenotf 2">Il12"erua>lbs gsiagss uga gsiagss uga gsiagss uga nu >.>.>nfspnotfy">gsiagss uga [_er>.neu">sarudinrwpr<

.nd"tto,=lp>

gsiagss uga .nôC [_eru [_ert-Loir ngriteo ruxo,=lp>

l7rac! H">l7rac!pnotfy">gsiagss uga aoérpnisaC  ?,=lp>

vu ALteonero:piregau ansrutngrhovndmc>ôC-ar senota gasrt-acue tgn:ujenotf 2">Bi12a"nrrnu,=lp>

adcpoirsbiff ejenoruce/aCZisenne<nssGo< u- asnn /fedncoïudlijl vdt-ibu B rd bext: jt Pipdrwrùynaesf biâte pgni ev b.nexCsMav b">dlsarud justit iteo rwynafex[_errtugsiagss uga uneusarsnu igntiigoise tgn:ujenotf 2stCg12bsigdubs gsiagss uga levsar-[_er賦 ) s>n
i bs uerasrt-acu,pnotfy">gsiagss uga gsiagss uga ifreC- gnop> <,pnotfy">gsiagss uga tgsars: r=erabynann ea v ,pnotfy">gsiagss uga nssr>lasnerabn:jadue tgn:ujenotf 2rtCg12vreuerautspireinrs t. reivire,uaianfiteAvdt,x[_erpnotfy">gsiagss uga bn:poisd e tgn:ujenotf 2">rs12enun lélèbres en a df dfsivtrurs sifsgsiy"ir[_ers,on=ednu unj-rft" usnu [ui cn:tayajustdo,=lp>

>.>t e tgn:ujenotf 2o ms12vireupi,=lp>

[sle=] Qiaoe tgn:ujenotf 2">rd12nsrssgp[_erdaujundgsnu ap> ,pnotfy">gsiagss uga bn:s7n
x[_erla>.n:arsnsarsynann7nenotfo,=lp>

t ? Qi .>ntx]=li Gogirt ? Qi i_eva v ta p>enotfy">gsiagss uga vu AL

g""i psrsir.rru ! Agngr vdt-gaujunoéusaeu,=lp>

>iut sae p gsiagss uga ngrcpop tubn:tuti pgnu>iru oïit sae pgujuayb

gsiagss uga

Inaudi-ade tgn:ujenotf 2stCn12aunlouuoe a ittuéei ronssstrephoru#_ pbten ygephonsn> gsiagss uga udheten ygephonsnd"tctisn: ynac lnneuago,=lp>

gsiagss uga ay c>ynnn">cnsx fexy">Ùn yg">ulo,=lp>

l73]=t sae l#_ ivtuatc>eruy tt sae l#_ tugsiagss uga nupatc>tbsrshovinero,=lp>

gsiagss uga t ? Qi le=cx"hree tgn:ujenotf 3">Il13"erua>,pnotfy">gsiagss uga iâo,=lp>

b a=" vp>n rwynaex[yna7a> 73]=l,pnotfy">gsiagss uga Cu >rviâdgsnubynasnx crautdo,=lp>

gsiagss pnotfy">gsiagss uga r es63]=nonesevgnn eda saeu>7ut >leruvgp>>.ncn:ib-ala M.>. iglee tgn:ujenotf 3">Bi13a"nrrgpnotfy">gsiagss uga IparbsMatbbn:norugsiagss uga []=">-alxibs>ayn] gjutiu]=lSan sFite tgn:ujenotf 3rtCg13x-l urunotfy">gsiagss uga ayne tgn:ujenotf 3">rs13enun lélèbres en a df dfsivtrurs sifsgsi Ya Hursstext-uy"f ban s ynan Go.vgparvie>]=l a hovinuc c13ittuéei ronssstrephlbloCr sxlei

sae_ it-avgp>[la>.n:uj之pynaEsccue tgn:ujenotf 3o ms13vireupi,=lp>

asd a p tunuc eursnu r v edbn: yna960) xx[c> ynanlp>0"sneru"n ai ei"niruv/ln=lp> gsiagss uga pirphre,pnotfy">gsiagss uga sa om ao,=lp>

nuépigoi sabs >sabn:ban stneraalr eu" npnotfy">gsiagss uga

gsiagss uga rd13nsrssgp:taynuhaiur earaybr,pnotfy">gsiagss uga ngr a [uoran(

gsiagss uga

priasrrwyna gn:"tt/fednbn:bstLosrurrt ? Qi gsiagss uga aoériteueari saonno,=lp>

ae tgn:ujenotf 4">Il14"erua>levssr> gsiagss uga pêio ansiten:igr eglee tgn:ujenotf 4">Bi14a"nrrnnuhaiuraC justi>. rao,=lp>

.>.gr ext7a> ui",pnotfy">gsiagss uga g"gisoruitepaa apai usteisv auad>.> pg gsiagss uga a="lrise> t ? Qi g"euoix snu oégsartextyua>n uoe a ittuéei ronssstrephsir snu aupgtsnuri uaux snu sidr" gb

gsiagss uga .n< leban stuVnitembu B rd bxo,=lp>

tt ify">ee tgn:ujenotf 4">rs14enun lélèbres en a df dfsivtrurs sifsgsiiZis t>ttaygn ru tynaa

ijl vssrspry">tistLosrurc"ee tgn:ujenotf 4>c c14sniuncpt ? Qi nv tc>sn srt-acu-un[ynan Go.r lnuis

nu snu mvenotfy">gsiagss uga ayne tgn:ujenotf 4">rd14nsrssgp[n synaiglsir esi p> nn e uoe a ittuéei ronssstrephdt- x"0"sio mbu B rd bxfitepynan ssl: tsonusnei"enotfy">gsiagss uga tynaa

lrss="widgel widgel_muatClrss="widgel-txile">Mut>p/h1> lrss="niru-den>opo.uitCLiep.ainurwulcuCcine –lPoainuceeuCcin>p/h2> lrss="pga ary-l.derof widgel-aybv"ujele="s.tpoxua>ary"> lrss="widgel widgel_s ÙnhtClrss="s Ùnh-ai" act.ui="http://sinopoais.hypothesc".org/"> type="subm>"u>lrss="s Ùnh-pbm>"ualwc="Rechnh2f"u/> lrss="widgel widgel_stieg,oedtClrss="widgel-txile">Catug,oed lrss="widgel widgel_tix "> lrss="tix widgel">P>yegoe p.ainurwulcuCcine s.tme pgoeuctuuiaynafyxvoCe>yemG#yssinguli2r, maidlui svepcvlxua>«autg,. Nieptsesiipoxua>p.eygfyxregdesutynanncupr(gauvhnp.ainurwu) maidl en ygde grlesxlignr ou ard de cnrwpufae> enug>yemG#ysgauyo>vutulicinos u Py.to"vpugfyugctnrnp2rmutn sde faerapstrtînrlynaffctuv nnlde g'niytxiunnlmaidla>goxua>gu ngnlgdrggynaniytxiutn up/oo> lrss="widgel widgel_ÙnhuntClrss="widgel-txile">Anhund lrss="widgel widgel_cvlrdrtClrss="cvlrdr_wovp"> d>cxGrrg2017 &larwo; Mai   n="3"uid="nix "u>lrss="pad">  n="4"u>lrss="pad"> 12p/td>3 45678910 1112p/td>1314151617 1819202122p/td>2324 25262728293031 lrss="widgel widgel_tix ">lrss="widgel-txile">C.atactp/h1> lrss="tix widgel">harenpau2@hotmail.s.tp/oo> lrss="niru-footy"ujele="s.a en io"> poxua>ary"> lrss="footy-l.derof widgel-aybv"ujele="s.tpoxua>ary"> lrss="widgel widgel_rsstClrss="widgel-txile"> 南方周末pna>lrss="widgel widgel_rsstClrss="widgel-txile"> poxua>ary --> lrss="niru-io"> nxslrss="p.a-hypothesc"tCn>U sagnr sde chnh2 pgop.ennlstr HypothCsu - Flux de syndicat.ui - - ISSN: 2109-9812
Fiègbmen pgopulpnnlstr W.rdPCss opotype="tix /javan>opo"> ar _paq = _paq || []; //gt ackrxmeohodsxlike "s tCl nomDimenruui"bshouldbe stlodbeae "t ackPtgeView" _paq.eush(['s tCl nomVtritG#y'vg1, 'Domain'vgdocuprn udomain, 'stge']); _paq.eush([' ttG#yCrossDomainLinking']); _paq.eush(["s tDocuprn Txile"vgdocuprn udomain + "/" + docuprn utxile]); _paq.eush(['t ackPtgeView']); _paq.eush([' ttG#yLinkT acking']); (funct.ui() { ar u="https://pk.laboileo.org/"; _paq.eush(['s tT ackerUrl'vgu+'pk.php']); _paq.eush(['s tSiruId'vg'4']); ar d=docuprn , g=d.nreYtrElxua>('n>opo'uLus=d.gelElxua>sByTagN me('n>opo'u[0]; g.type='tix /javan>opo'; g.async=true; g.defbr=true; g.src=u+'pk.js'; s.paybntNa>.ieytBeae(g,s); })(); opotype="tix /javan>opo" src="https://s4r.c-,o r .o:creditxui.org/o:crrofre/js/ileo.js?dYtr=2014-12-01tC opotype="tix /javan>opo" src="https://s4r.c-,o r .o:creditxui.org/js/jrwcry.jsup-aYtrst.ml.jstC opotype="tix /javan>opo"> lrss="o:creditxui"> lrss="fis "> eahref="http://www.o:creditxui.org">O nEditxui eli> n>O nEditxuigB.okrn>
  • n>O nEditxuigJ oralrn>
  • n>Cvlrdn> lrss="align-ogh "> eaiuact.ui="//s Ùnh.o:creditxui.org/" meohod="gel"> n me="qttype="tix "u/> lrss="s Ùnh-ccouu"> id="thej oralsveio" n me="ul"alwc="http://sinopoais.hypothesc".org"u>heckd=">heckdttype="sveio" />

    id="o:creditxuisveio" n me="ul"alwc="ttype="sveio" />
    tuitype="subm>"u>lrss="p.aee.a-s Ùnh">nYRchnh2rn>tui>
    tuiilrss="p.aee.a-ao">tui> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-.a en /poigins/hal/js/iv-hal.js?nr=4.9.1'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-.a en /poigins/wp-syntax/js/wp-syntax.js?nr=1.1'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-aysludue/js/a agueloveyd.ml.js?nr=3.2.0'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-aysludue/js/masury.ml.js?nr=3.3.2'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-aysludue/js/jrwcry/jrwcry.masury.ml.js?nr=3.1.2b'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-.a en /theme / wnatyf orten/js/funct.uis.js?nr=20150315'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-.a en /poigins/wp-feYthligh /js/wpFeYthligh .pkgd.ml.js?nr=1.2.0'> opotype='tix /javan>opo' src='https://f-,o r .hypothesc".org/wp-aysludue/js/wp->xGyd.ml.js?nr=4.9.1'> p/html>