L’équipe

LES FONDATEURS

PIPaul Charon : rédacteur en chef de SinoPolis. Docteur en études politiques de l’EHESS, titulaire d’un master de science politique, d’une licence en droit et d’un diplôme de droit international de l’université Panthéon-Assas Paris II, il est également diplômé en chinois de l’université Paris Diderot et de la Beijing Language and Culture University. Il enseigne à Sciences Po Paris et à l’Institut Supérieur d’Electronique de Paris. Il travaille actuellement à une sociologie de l’Etat chinois qu’il construit à partir de l’évolution des modes de gouvernance (notamment l’articulation centre/local) et des processus d’élaboration des politiques publiques (politique étrangère notamment).

Sciences Po Syllabus Sociologie de l’Etat chinois

Résumé de thèse

Thesis abstract

Guillaume Dutournier : doctorant en Etudes chinoises à l’INALCO. Sa thèse porte sur la constitution des traditions néoconfucéennes dans la Chine prémoderne, à travers l’étude d’une figure de lettré particulière. Plus largement, sa recherche s’inscrit au carrefour d’une sociologie historique du mandarinat et d’une historicisation des pratiques de soi dans le contexte confucéen, avec en perspective les « renouveaux confucianistes » de l’époque contemporaine. Actuellement ATER au Collège de France (chaire d’histoire intellectuelle de la Chine).

Judith Audin : docteure en science politique de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Judith Audin est titulaire d’un master en science politique (Politique comparée, Asie). Son mémoire portait sur les pratiques quotidiennes des comités de résidents (juweihui), au cœur du changement social et spatial à Pékin. Sa recherche de doctorat prolonge la problématique du gouvernement des quartiers d’habitation, dans une perspective anthropologique. S’inspirant des théories de Foucault, Elias, Goffman, et du courant micro-historique, il s’agit d’analyser les reconfigurations actuelles des rapports de pouvoir dans l’espace du logement dans la Chine urbaine, à partir d’une réflexion en jeux d’échelles nourrie par des enquêtes ethnographiques conduites dans la ville de Pékin.

Emilie Frenkiel : ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lettres et Sciences Humaines et agrégée d’anglais, est docteure en science politique de l’EHESS sur les conceptions du politique des intellectuels chinois au début du XXIe siècle. Elle a étudié et enseigné en Grande-Bretagne et en Chine. Elle est secrétaire de rédaction à La Vie des Idées. Ses prochains articles paraîtront dans le numéro 50 de Critique Internationale et dans Le Mondial des Nations, ouvrage coordonné par Joao Medeiros (éditions Choiseul).

Pablo Ariel Blitstein : docteur en histoire chinoise de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris. Il est actuellement chercheur au « Cluster of Excellence Asia and Europe in a Global Context », à l’Université de Heidelberg (Allemagne), et prépare un livre sur la relation entre institutions impériales et production de savoir en Chine médiévale (à paraître aux Belles Lettres). Il est par ailleurs co-fondateur et co-organisateur de la section Chine du Centre d’études sur les mondes slaves et chinois (CEMECH) à l’Université Nationale de San Martín (Buenos Aires, Argentine). Son nouveau projet de recherche porte sur la relation entre circulation globale de textes, expériences de voyage et formation d’imaginaires politiques parmi les intellectuels chinois de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Le politique en Chine – Politics in China