Archives de catégorie : Notes de lecture

Revue Le Banquet : Qu’est-ce que la Chine ?

1-banquet_no31v2-698c0-63587Le numéro 31 de la Revue Le Banquet (paru au mois de février) consacre un dossier à un état de la Chine à l’issue du 18ème Congrès du PCC. Les articles réunis par la revue, loin de tenter une quelconque exégèse des discours de Xi Jinping ou la mise au jour de la véritable identité du nouveau dirigeant, s’attachent à identifier les tendances de fond de la société et du politique en Chine.

 

Sommaire du dossier :

QU’EST-CE QUE LA CHINE ? PARTIE I

La Chine par-delà le 18e congrès du Parti Communiste Chinois

Paul CHARON, Pour une sociologie de l’État chinois ou comment interpréter les faiblesses d’un géant
Émilie FRENKIEL, Parler politique, les différents courants intellectuels en Chine
Thomas VENDRYES, Le développement de la République Populaire de Chine : un miracle et un modèle ?

Matthieu TIMMERMAN, Qu’est-ce que l’autoritarisme chinois ?
Jérôme DOYON, L’évolution d’une organisation révolutionnaire : la Ligue des jeunesses communistes comme outil d’encadrement des jeunes et de formation d’une nouvelle génération d’apparatchiks
Judith AUDIN, Politiques du logement urbain en Chine, du communisme à l’économie de marché : genèse d’une économie politique de l’assujettissement

L’intégralité du sommaire du numéro ainsi que des informations sur la revue sont disponibles sur le site du Banquet.

The Aborigines of Taiwan. The Puyuma : from headhunting to the modern world

Josiane Cauquelin : The Aborigines of Taiwan. The Puyuma : from headhunting to the modern world

Fondé sur une recherche qui s’étend sur plus de vingt ans, l’ouvrage de Josiane Cauquelin, chercheuse au laboratoire d’Asie du Sud-est et du Monde Austronésien au sein du CNRS et chargée de cours à l’Inalco à l’époque de sa publication[i], s’intéresse, hormis dans un passage liminaire et un chapitre conclusif où elle dresse le contexte historique et sociopolitique de l’époque moderne à nos jours des Aborigènes taïwanais, à la tribu des Puyuma  et plus précisément au village éponyme ―  Nanwang pour l’administration taiwanaise ― situé près de Taidong dans le sud-est de l’île et qui compte à lui seul environ 1300 âmes sur les 6000 ressortissants que regroupe la tribu dans son ensemble et répartis en une dizaine d’autres entités villageoises. A travers huit rubriques monographiques où l’auteure évoque avec précision et une indéniable scientificité ce qui se présente comme les principaux aspects ethnolinguistiques, sociétaux, géographiques, religieux et matériels de ce groupe, celle-ci s’attache à démontrer l’évolution de leur relation à l’Etat ainsi que de leur identité, profondément affectée par les vagues d’invasions successives, chinoise et japonaise entre autres, porteuses en leur temps de politiques et de législations nouvelles et propres à déstructurer durablement le mode de vie originel des Austronésiens, s’inscrivant ainsi dans la veine ethnologique des travaux précurseurs sur les différentes composantes ethniques de cette population de T. Mabuchi qu’elle cite d’ailleurs abondamment.

En guise d’introduction, J. Cauquelin dresse le contexte de son sujet en retraçant l’histoire de Taiwan depuis le 3ème siècle de notre ère, où l’on situe les premières relations inter-détroit dans les annales chinoises, jusqu’à nos jours, évoquant tour à tour la localisation géographique de l’île, l’arrivée des premiers Austronésiens 4500 ans avant notre ère et qui auraient également essaimé aux Philippines, en Indonésie et à Madagascar, et surtout les vagues d’invasion successives aux époques moderne puis contemporaine avec les Portugais dès la fin du 16ème siècle, les Hollandais et les Espagnols qui s’installeront plus durablement, les Chinois à la fin du 17ème siècle jusqu’à l’occupation japonaise (1895-1945) et enfin le retour massif des Chinois suite à la débâcle du Kouo-Min-Tang de Tchang Kaï-chek  sur le continent.

J. Cauquelin amorce ensuite son premier chapitre sur les Puyuma à travers une étude linguistique poussée, sur les traces de R. Ferrell près d’un demi-siècle plus tôt,  et souligne à ce titre le foisonnement d’idiomes sur l’île ainsi que leurs éventuels points de comparaison, avec celui de la tribu des Atayal en l’espèce, mais surtout la restructuration de leur langue originelle imposée par des oppressions étrangères sur leur pratique langagière : l’auteure constate ainsi à l’époque de ses premières observations un panachage linguistique générationnel allant du seul mandarin pour les plus jeunes à la pratique conjointe  du puyuma et de celui-ci ou du japonais pour les plus anciens. L’auteure évoque ensuite les relations intertribales, souvent belliqueuses, à partir d’une approche mythologique, relative à la création de leur groupe notamment,  historique puis démographique.

Le second chapitre quant à lui, consacré au « village » puyuma, rappelle les différents sites occupés par celui-ci depuis la fin du 19ème siècle jusqu’à nos jours, et les différentes causes à l’origine de ces déplacements, e.g. l’épidémie de variole reprochée aux Japonais en leur temps, l’octroi de terres nouvelles en remerciement de prétendues participations des Puyuma à la domination d’autres tribus, ou encore l’installation d’infrastructures publiques lourdes et contigües à leur village par l’actuel gouvernement taïwanais. On y découvre par ailleurs une organisation sociale interne fondée sur une division entre « maisons fondatrices » (« founding households ») et « maisons de base » (« basic households ») ainsi que l’organisation familiale complexe qui en résulte, ainsi que des données sociodémographiques des bureaux des affaires aborigènes mis en place par les administrations successives.

J. Cauquelin nous introduit ensuite à la religion des Puyuma, omniprésente et parfaitement structurée autour de personnages-clés de la vie du village et auxquels échoient des rôles particuliers. Celle-ci nous offre tout d’abord une déclinaison du concept d’« esprits » (« spiritual beings ») ou birua, attribués tant aux individus qu’à la nature, que deviendraient les trois âmes ou tinabawan de ceux-ci après la mort, et dont les conditions propices ou néfastes décideraient du statut « bon ou agité » d’ancêtres défunts. La société puyuma est également présentée comme chamanique et la divination par le bambou constitue à ce titre un aspect important de sa religion, notamment à travers des pratiques d’oniromancie et d’ornithomancie. J. Cauquelin  égrène ainsi les missions spécifiques qui incombent à différents personnages intercesseurs à l’instar des chamanes (temararamaw) ou des devins par le bambou (benabulu), la façon dont ils embrassent ces fonctions, leurs pratiques rituelles en termes de temps et d’orientation, ainsi que la destination bien distincte de celles-ci (cycliques, collectives ou non, etc.), leur vocation à restaurer un ordre social ou biologique, mais aussi sur leurs modalités de consultation. On peut noter au passage la volonté de l’auteure de montrer l’influence notable de la présence étrangère sur certains supports rituels utilisés, comme cette illustration d’un carnet de notes d’un officiant devin où figurent des observations pratiques retranscrites en langue japonaise, ou encore l’implantation au cours du 20ème siècle d’églises catholique et protestante au sein même du village et l’attraction croissante que celles-ci ont pu générer au détriment des pratiques ancestrales des Puyuma et de l’harmonie villageoise, et dont J. Cauquelin ne manque d’ailleurs pas de rapporter et de fustiger les observations parfois ethnocentriques de leurs missionnaires tout au long de son exposé. Surprenant, si on tient compte de la bibliographie presque exclusivement en langues occidentales [ii] de l’ouvrage.

Les concepts de naissance et de mort sont aussi évoqués et ceux-ci se présentent comme étant régis par l’observance d’une série de tabous, aussi bien féminins que masculins. La parentalité puyuma est ainsi décrite : de la naissance, accueillie traditionnellement au sein même du foyer avant que celui-ci ne soit supplanté par  l’autre élément exogène à la culture puyuma qu’est « l’hôpital »,  le choix du nom de l’enfant, malgré les noms chinois qui leur sont imposés depuis 1950, qui est fait par les parents ou les grands-parents et correspond généralement à celui d’un ancêtre, au concept de mort dont J. Cauquelin distingue celles d’origine « naturelle » de celles dites « accidentelles », ainsi que les conséquences qui en découlent du point de vue de la destination, propice ou néfaste, de leurs tinabawan, en passant par les périodes de deuil observées par les proches ainsi que les rites de réintégration au sein du village qui s’ensuivent par l’intermédiaire des personnages décrits plus haut .

Sur les différentes perspectives familiales au sein de la tribu, soit sur la pérennité de la cellule de base et la transmission des biens qui en résulte, J. Cauquelin nous éclaire avec force diagrammes, parfois difficiles d’accès pour le profane, sur les terminologies propres aux rapports intrafamiliaux, sur les mariages et leur évolution, originellement monogames et endogames  ― d’où un phénomène de consanguinité structurelle ― mais qui ont évolué depuis vers des unions mixtes, soit à l’extérieur de la tribu, sur leurs règles de filiation et les tabous qui les régissent, comme celui issu d’une « règle implicite » (« unspoken rule ») observée par l’auteure, de ne pas s’unir à un cousin direct, ainsi que différents cas de figure corollaires comme les divorces ou les adultères. L’héritage des terres quant à lui, semble également s’être mu sous le poids de la présence japonaise qui, en initiant l’interdiction de la chasse au début du 20ème siècle, a peu à peu poussé les hommes de la tribu des Puyuma à empiéter par défaut sur les activités agricoles traditionnellement dévolues aux femmes et donc influé sur le partage foncier revenant aux enfants. L’arrivée des Chinois après 1950 a elle aussi considérablement modifié les facteurs décisionnels en usage qui entouraient le mariage comme le fait de considérer le revenu de l’autre partie ou encore de payer une dot non plus aux parents du jeune homme, conformément au modèle matrilinéaire originel des Puyuma, mais à ceux de la jeune fille sur un modèle typiquement chinois.

Divisée en deux « groupes fonctionnels » (« moieties ») situés dans une partie haute et une partie basse, l’organisation duelle historique du village est fondée sur la répartition respective et quasi-symétrique d’un point de vue topographique d’une « maison des garçons » (« boys house »), de « maisons des hommes » (« men’s houses ») rattachés à des « foyers fondateurs » eux-mêmes liés à des «maisons de culte aux ancêtres » (« ancestral cult houses »), avec toutefois des rôles, politique pour l’un et rituel pour l’autre, clairement distingués par J. Cauquelin, et qui régissent l’appartenance revendiquée par leurs membres mais aussi le tissu relationnel généré par ce modèle de société. Cette dualité organisationnelle va également de pair avec une division du groupe entre « nobles » et « roturiers », où les unions morganatiques semblent toutefois possibles. La société toute entière est fondée sur un système de classes d’âge divisées en quatre groupes principaux, eux-mêmes subdivisés  en groupes complexes inhérents aux « maisons » évoquées plus haut et dont J. Cauquelin nous offre du reste une description des différentes configurations matérielles. A partir de l’âge de treize ans, hommes et femmes vivent donc séparément, en fonction de leur statut marital ou de leur âge pour les premiers et ce afin de développer certaines qualités morales comme la bravoure, éprouvée notamment par la fameuse pratique de la chasse à la tête, siège de l’énergie vitale chez les Puyuma, de membres d’autres tribus et proscrite depuis ; de fait, les relations entre membres de « maisons » différentes sont organisées autour de sévères tabous et la mobilité entre celles-ci fait l’objet de « rites de passage » à travers notamment des processus d’intégration initiatique.

Brièvement évoquée dans le passage consacré à la religion des Puyuma, la fonction de chamane est ensuite analysée plus avant, notamment à travers les changements subis par celle-ci au cours de l’époque moderne ; de ce fait, J. Cauquelin démontre à quel point ces différences s’érigent comme autant de jalons et témoins de la transition d’une société traditionnelle vers une société hybride, soit allogène et aborigène, au sein du village : sa mise en  « concurrence » avec le bouddhisme introduit par les Japonais à la fin du 19ème siècle, ou le prosélytisme plus ancien des missionnaires européens, le phénomène de sa féminisation, partiellement éclairé par l’auteure mais qui semble subséquent à l’interdiction nippone de la chasse au début du 20ème siècle, leur consultation inédite par des non-Puyuma, leur formation du point de vue de la transmission des prières et cérémonies villageoises qu’elles président en grande partie ainsi que les supports modernes qui suppléent parfois à la tradition orale (le chinois utilisé à l’écrit comme relais d’incantations ou encore le « baladeur » d’une des apprentie-chamane). Subsistent malgré tout des éléments originels tels que leur mode rituel d’investiture, leurs différents accessoires (costume, outils cultuels), ainsi qu’une « langue des esprits » et sa dimension métaphorique, relevée avec précision par l’auteure, dont les chamanes semblent dépositaires.

Le pénultième et court chapitre est consacré quant à lui à la « civilisation matérielle » des Puyuma : de l’art culinaire ― traditionnellement à base de millet ― qu’ils pratiquent et ses différents ustensiles, du tabi ou mortier traditionnel aux autocuiseurs de riz hérités de l’occupant chinois, ou leurs habitudes de boisson, l’artisanat d’objets de bois ou de bambou ou encore le tissage d’habits traditionnels,  leurs moyens de subsistance comme la pêche et l’agriculture ainsi que leurs différents outils afférents, à l’organisation matérielle domestique des Puyuma et l’entreprise, vaine selon l’auteure qui semble croire à la persistance immuable de certaines pratiques, du gouvernement de « moderniser » leur mode de vie à travers, entre autres, des programmes de subventions à l’installation de cuisines ou de sanitaires sur le modèle chinois.

Enfin, J. Cauquelin ébauche dans un ultime chapitre le traitement socioéconomique et politique des Austronésiens dans la société insulaire au cours des deux dernières décennies du 20ème siècle. D’un point de vue économique, l’instrumentalisation du « folklore » aborigène à des fins mercantiles par les pouvoirs publics, comme la création de cyniques « villages culturels », en réalité simulacres de prosaïques parcs d’attractions, est ainsi soutenue par le projet déclaré « d’autofinancer » cette communauté de destin. Le contexte éducatif des Austronésiens quant à lui, bien moins ambitieux que celui de leurs semblables taïwanais, est tout uniment expliqué à qui veut l’entendre par des prédispositions intellectuelles qui seraient moins développées chez eux du fait d’une propension naturelle aux activités physiques, le tout légitimé  par des « bonus » législatifs  et facilitateurs d’accès aux différents programmes scolaires qui leur sont accordés depuis les années 1980. Son de cloche tristement familier pour certains lecteurs. J. Cauquelin évoque ensuite le phénomène d’exode urbain des jeunes Aborigènes en quête de travail, leur confinement dans des appartements et la disparition du tissu relationnel villageois  qui en résulte, avec bien souvent à la clé l’alcoolisme, une prostitution infantile rampante et un taux de suicide élevé du fait de ce nouveau mode de vie structurellement imposé. Face à ces problèmes, un véritable sursaut aborigène émerge à travers la création en 1984 de l’Alliance des Aborigènes de Taiwan (« Alliance of Taiwan Aborigines ») et leurs nombreux combats pour retrouver une dignité (les mouvements « Call us aborigines », Yuanzhumin 原住民, la reconnaissance scolaire de leurs langues ou un changement législatif quant aux mariages mixtes), et celle en 1997 du Conseil National aux Affaires Aborigènes (« Council of Aboriginal Affairs »), premiers ferments de l’écho international de leur cause avec la participation depuis à des groupes de travail au sein des Nations Unies. Très bref et à regret, ce dernier passage qui a vocation à actualiser la condition récente des Aborigènes taïwanais néglige sans doute de faire ressortir certaines émanations inédites et récentes de ce phénomène d’hybridation culturelle (littérature ethnique, œuvres cinématographiques, etc.), et probablement reconstructrices de « lien » entre des jeunes Aborigènes pleinement sinisés et leurs ancêtres.

Pour autant, c’est bien d’une « dynamique du changement » (« the dynamics of change ») des Aborigènes au cours des siècles et sous la menace d’une démographie han persistante dont fait état J. Cauquelin à travers ce qui constitue principalement une étude ethnographique, soutenue par une base linguistique ― précisons à ce titre que l’auteur affiche la maîtrise du puyuma et du japonais en sus de la langue chinoise ― suffisamment rare pour la souligner. C’est tout l’intérêt de son étude qui, bien loin d’envisager son « objet » en abstraction de la réalité qui les entoure, s’attache à démontrer l’incidence sous quelque aspect que ce soit de la présence d’étrangers sur leur mode de vie originel, mais aussi la résilience sémantique de leurs pratiques qui semblent encore se perpétuer bon gré mal gré sous des dehors qui leur sont parfois étrangers. Amorcé dès 1983 puis par intervalles vraisemblablement jusqu’à la fin des années 1990, celle-ci justifie le choix de son objet d’étude par la spécificité, eu égard aux 370 000 autres Austronésiens[iii], de l’organisation matriarcale et matrilinéaire de la tribu des Puyuma, mais aussi  devant  les études descriptives par trop fragmentaires de ce groupe à l’époque, hormis quelques travaux pionniers au Japon et de la part de missionnaires européens présents à Taiwan dès le 17ème siècle. Notons pour finir la présence tout au long de l’ouvrage d’éloquentes représentations schématiques de l’organisation villageoise inhérente aux Puyuma ainsi que de leur fonctionnement sociétal, agrémentées de nombreuses reproductions photographiques en partie du cru de l’auteure et de tableaux statistiques  relatifs au « glissement » de ce groupe dans le temps et à la réécriture culturelle qui en résulte.


[i]. Précisons que ce compte-rendu s’appuie sur la première édition de l’ouvrage, paru en 2004. Il est en cours de réédition au moment où nous écrivons ces lignes (31.12.2010).

[ii]. Notons l’existence du site en langue française de l’auteure qui reproduit à l’identique les sujets abordés ici.

Cf : <http://josiane.cauquelin.free.fr/puyuma/> (site consulté le 01/01/2011)

[iii]. Répartis en 14 tribus au dernier recensement, qui en outre annonce plus de 490 000 ressortissants à ce jour.

Christophe Maziere.


Pour citer cet article : Christophe Mazière, « The Aborigines of Taiwan : The Puyuma : from headhunting to the modern world”, SinoPolis, compte rendu, janvier 2011.

Comprendre la légitimité et la stabilité du régime chinois

GUO SUJIAN (2006). China’s « Peaceful Rise » in the 21st Century- Domestic and International Conditions (Ashgate, London)

WEATHERLEY, ROBERT (2006). Politics in China since 1949 : legitimizing authoritarian rule (Routledge, London)

YANG ZHONG & HUA SHIPING ed. (2006). Political civilization and modernization in China : the political context of China’s transformation . Series on Contemporary China vol.4 (World Scientific, London

Dans Politics in China since 1949 : Legitimizing authoritarian rule, Robert Weatherley, chercheur et avocat anglais, auteur du Discourse of Human Rights in China: Historical and Ideological Perspectives, entreprend d’expliquer la longévité du régime communiste chinois en montrant que le PCC n’a jamais cessé de lutter pour renouveler sa légitimité afin de se maintenir au pouvoir. Son approche systématique donne une vue d’ensemble utile et permet de dresser un bilan assez complet de la situation. En effet, cette question est devenue centrale pour expliquer l’équilibre de la Chine actuelle. Comment expliquer ce qui, pour les observateurs occidentaux, est de l’ordre de l’impensable ; à savoir :

– que la grande majorité de la population chinoise soutienne le régime. Pire, ce sont les classes moyennes qui semblent les plus attachées au statu quo.

– que le régime autoritaire soit véritablement en train de mener une réforme politique, législative et électorale, et ainsi, de lâcher du lest. Il faut comprendre qu’il a intérêt à mener ces réformes pour admettre qu’il avance, certes à petits pas, vers un régime d’ordre « démocratique »[i].

Deux ouvrages collectifs peuvent nous aider à approfondir ces questions : Political civilization and modernization in China : the political context of China’s transformation édité par Yang Zhong et Hua Shiping ainsi que China’s « Peaceful rise » in the 21st century édité par Guo Sujian.

Le premier ouvrage fait référence à l’expression : « civilisation politique » présentée par Jiang Zemin en 2002 pour encourager les formations divergentes au sein du Parti à travailler harmonieusement et rationnellement à son unité. Dix articles[ii] publiés à l’issue d’une conférence internationale à Pékin en 2004 y traitent des relations entre la civilisation politique et la réforme politique du point de vue de la construction des institutions, de la culture politique, de la théorie politique, de la démocratie interne au Parti, de la participation politique et des réformes judiciaire, législative et médiatique.

China’s « Peaceful rise » fait référence à la politique étrangère chinoise actuelle dite du « développement pacifique » , qui marque une rupture avec la théorie du monde multipolaire de Jiang Zemin, tout en étant dans la droite lignée du concept de « taoguang yanghui » de Deng Xiaoping selon lequel il faut cacher ses intentions et dissimuler ses forces. Il s’agit d’oublier les doctrines de la politique étrangère chinoise et de se consacrer en priorité au développement économique, afin de présenter la Chine comme une puissance pacifique, coopérative, tolérante, confiante et responsable. Les différents articles[iii] du recueil tâchent d’étudier si cela est envisageable étant donné les conditions domestiques et internationales existantes.

Comment expliquer la longévité du régime chinois ?

La question de la légitimité est essentielle dans un régime à parti unique dans la mesure où le peuple a rarement l’occasion d’exprimer son soutien. Contrairement au multipartisme, où la légitimité du gouvernement est fondée sur la procédure[iv], un système à parti unique se doit de maintenir la popularité du parti au pouvoir, car celle-ci est inséparable de la légitimité même du système.

Le mandat du PCC se caractérise donc par une lutte incessante pour légitimer son monopole du pouvoir politique. Le mode de légitimité maoïste reposait sur l’idéologie. Le marxisme (à la chinoise)[v] érigé en idéologie officielle, ainsi que le nationalisme[vi] et la tradition[vii], dans une certaine mesure, étaient renforcés par un réseau de techniques de propagande. Ainsi, le Parti pouvait se présenter comme la dictature démocratique du prolétariat, une organisation qui, par sa compréhension unique du marxisme, était en mesure de gouverner de façon exclusive.

L’agitation de la Révolution culturelle a révélé un parti bien plus préoccupé par les différences politiques et les luttes entre factions que par le bien-être des masses. C’est ainsi que beaucoup de Chinois ont été amenés à remettre en question la capacité du Parti à gouverner le pays. Puis, Deng Xiaoping réussit à réinventer judicieusement la légitimité du Parti suivant des lignes économiques, en s’efforçant d’augmenter le revenu individuel et d’améliorer les conditions de vie de la population. L’idéologie est alors passée au second plan. Dés lors, quand il s’agit de justifier les réformes d’ouverture au marché, on se contente de déclarer que tout ce qui favorise la croissance économique chinoise peut être qualifié socialiste.

La réforme institutionnelle reste cependant limitée. La séparation du Parti et de l’Etat se cantonne aux institutions les moins hautes et les prises de décisions sont loin d’être transparentes ni rationnelles. Le Parti prend l’énorme risque de se concentrer exclusivement sur la réforme économique et de faire dépendre sa légitimité de sa réussite, estimant que les autres problèmes (politiques et idéologiques) peuvent être mis de côté. Après les évènements de juin 1989, d’autres sources potentielles de soutien populaire sont recherchées, et notamment un plus grand respect des procédures et du droit constitutionnel.

Bien sûr, la popularité du régime reste étroitement liée à sa réussite économique. Cependant, la corruption à tous les niveaux de l’administration[viii] et la médiatisation de certaines affaires portent un grave préjudice à l’image du Parti. Celui-ci s’efforce d’intervenir et de répondre directement aux demandes des populations locales pour ne pas pâtir de la mauvaise image des administrations locales. Mais, l’ouverture au marché et la modernisation de l’industrie et de l’agriculture sont à l’origine de millions de licenciements souvent très brutaux. Ainsi, même si la plupart des ouvriers urbains acceptent la logique des réformes, le Parti a cessé d’être l’avant-garde des intérêts du prolétariat et a perdu une partie de sa légitimité en mettant fin aux avantages de ce dernier.

Le maintien de la stabilité est devenue une nouvelle source de légitimité pour le Parti, qui affirme que la continuité de son mandat est le seul moyen réaliste de maintenir la stabilité politique et la sécurité des personnes pendant la période de transition actuelle. Il joue sur les profondes peurs populaires de fragmentation sociale et nationale et n’hésite pas à agiter l’épouvantail de la situation sociopolitique incertaine des Etats postcommunistes d’Europe de l’Est. La stabilité est donnée comme condition et non pas comme conséquence de la croissance économique, et est intimement liée au nationalisme. Quant à la campagne d’éducation patriotique, elle se révèle si efficace qu’elle est reprise en main par les citoyens eux-mêmes, qui remettent souvent en question le monopole du Parti à représenter l’intérêt national, lui reprochant son manque de vigueur.

Weatherley conclut donc en fustigeant les pronostics hasardeux de certains commentateurs et préfère insister sur la difficulté du Parti à coordonner la réforme économique dans le contexte de la décentralisation continuelle du pouvoir. Il montre également les limites de la stratégie du cas par cas du Parti. En effet, celui-ci intervient directement lorsque des soulèvements ont lieu. Et bien qu’il tâche d’améliorer la gouvernance des villages et de construire un système national de sécurité sociale pour apaiser la population rurale, il garde une approche plus réactive que préventive en ce qui concerne les tensions socio-économiques.

Le Parti doit également s’adapter aux demandes des classes moyennes. Il les coopte (Théorie des Trois Représentativités) mais il n’est pas certain que cela suffise, même si ces dernières sont encore loin de mener un mouvement pour le changement démocratique. En effet, les entrepreneurs chinois se pensent actuellement mieux représentés au sein du système politique qu’en dehors[ix].

Pourquoi le régime bénéficie-t-il du soutien de la population ?

Dans « From Conflict to convergence: modernity and the changing Chinese political culture » et « China’s peaceful development, regime stability and political legitimacy », Guo Baogang affirme que la stabilité prolongée du régime a été obtenue principalement grâce à ses efforts pour renouveler et renforcer son droit à gouverner sans avoir recours à la force. Les chercheurs occidentaux arriveront difficilement à évaluer le soutien dont le régime de Pékin bénéficie s’ils n’essaient pas de comprendre la conception chinoise de la légitimité politique, qui s’avère plus systématique et introspective.

Les Confucéens et légistes s’entendent sur le fait que la première motivation du peuple étant le profit et l’intérêt, pour renforcer le mandat du ciel, les dirigeants doivent prendre des décisions pour le peuple (为民做主) – décisions qui ne doivent pas porter préjudice à son bien-être. Ainsi, un dirigeant qui possède le mandat du ciel (tianming 天命), gouverne par la vertu (renzhi 仁治), respecte ses sujets, suit les règles ancestrales (fali 法理,le droit et la raison) et tâche de gagner les cœurs et les esprits de ses sujets en le considérant comme la racine du pays (minben 民本), sera considéré comme un dirigeant juste et légitime[x]. Il doit lancer des politiques qui profitent au peuple, et non à lui-même, en assurant une distribution relativement égale des avantages et en permettant au peuple de faire ce qu’il fait le mieux pour renforcer sa légitimité. En fonction des concepts de junfu (distribution égalitaire), houmin (égalité et charité) et limin (au bénéfice du peuple)  ou minsheng (priorité au bien-être du peuple)[xi] les individus approuvent ou non les actions d’un dirigeant selon qu’elles les rendent plus ou moins heureux.

Si, en dépit des problèmes de corruption et de « décadence morale », le Parti est encore soutenu par la population, c’est parce qu’il respecte assez consciencieusement cette tradition prescriptive. Pour répondre aux inquiétudes liées aux nombreux problèmes qui ont vu le jour avec les réformes, le gouvernement se concentre actuellement sur les notions de gouvernance humaine et de construction d’une société harmonieuse. Hu Jintao montre clairement son attachement au minben[xii]. Ainsi, plusieurs études[xiii] montrent que les Chinois soutiennent le gouvernement, qu’ils jugent conforme à leurs principes moraux. Notons qu’il s’agit là d’un soutien diffus et probablement influencé par la propagande officielle[xiv].

Cette stratégie préventive, cette volonté de changer ainsi que cette compréhension du modèle cognitif traditionnel de la légitimité politique ont jusqu’à présent permis au gouvernement de parvenir à ses fins. Toutefois, certains éléments semblent anachroniques, par exemple, le fait de considérer le gouvernement comme le garant du peuple dès lors qu’il est avancé et vertueux, ou encore l’impératif du consentement tacite, et non pas exprimé, de la population. Enfin, le manque de légitimité procédurale, c’est-à-dire de participation, de transparence, de concurrence politique et de justice, menace la stabilité et le développement pacifique de la Chine sur le long terme.

Le Régime chinois est-il stable ?

De 1998 à 2002, 846 000 membres du Parti ont été punis pour corruption. Même si dans « Corruption, economic growth and regime stability in China’s peaceful development », Shawn Shieh souligne les effets positifs de ces vagues de corruption, une bureaucratie cohérente, méritocratique et disciplinée avec une idéologie corporatiste forte fait défaut à la Chine et le clientélisme a un impact sur les institutions et les politiques publiques. En effet, l’existence d’un Etat léniniste autonome et relativement stable a limité la prédation totale d’une société faible par une élite bureaucratique toute puissante dans les années 90. Elle a également empêché que de puissants intérêts privés ne profitent d’un Etat faible. On peut moins parler de pillages que de collusions ou d’avantages mutuels. Et l’argent de la corruption a été réinvesti de façon productive. Cependant, une bureaucratie cohérente, méritocratique et disciplinée avec une idéologie corporatiste forte fait défaut à la Chine et le clientélisme a un impact réel sur les institutions et les politiques publiques.

De même, depuis dix ans, la stabilité s’est globalement détériorée dans les régions rurales du fait de la corruption et des abus au sein des administrations locales, de mauvaises politiques gouvernementales et des progrès insuffisants dans les conditions de vie des paysans. En 1993, 8 700 protestations collectives étaient enregistrées ; en 2000, 40 000 ; en 2003, 58 000 ; 74 000 en 2004 et 87 000 en 2005. Selon Andrew Wedeman, dans « Strategic repression and regime stability in China’s peaceful development », ce phénomène peut être interprété soit comme une preuve d’instabilité croissante du régime soit comme le signe du passage d’une société fortement contrôlée et réprimée à une société plus ouverte. Il peut en outre être le fruit d’une plus grande transparence dans les chiffres officiels.

Ainsi, Wedeman, refuse d’attribuer cette instabilité à l’échec de la stratégie de développement pacifique de Hu Jintao. Dès lors, le véritable défi pour le régime consiste à reconnaître qu’il n’est plus en mesure d’écraser toute expression de dissidence et doit au contraire accepter les troubles inhérents à une société plus ouverte pour rester garant de la stabilité nationale.

Selon Shawn Shieh, la vraie question n’est pas de savoir si la corruption déstabilisera ou non la Chine, mais si la Chine est en mesure de lancer les réformes administratives qui la sortiront d’une situation de corruption généralisée. Des réformes profondes sont nécessaires : la création de barrières institutionnelles, la rationalisation de la bureaucratie, le renforcement des punitions légales et la plus grande transparence du système judiciaire et politique.

Pour mieux prendre la mesure de ces réformes, tournons-nous vers les campagnes chinoises et les recherches de Yang Zhong  dans « Democratic values among Chinese peasantry: an empirical study ». Longtemps considérés comme une force conservatrice du fait de leur manque d’éducation et de leur obéissance aux autorités, les paysans chinois font en fait preuve d’une culture démocratique encore plus aiguë que les citadins pékinois interrogés dans les années 1990. Ils demandent davantage de liberté de la presse, des élections compétitives et significatives, et  une protection égale des droits de tous les citoyens, quelles que soient leurs opinions politiques. Les élections du comité villageois ont été mises en place dans de nombreux villages et les paysans chinois sont très conscients de leurs droits et sont prêts à les défendre par « la résistance fondée par le droit »[xv].

Cette enquête indique une grande satisfaction d’un point de vue socioéconomique mais un mécontentement vis-à-vis de la corruption locale. Le gouvernement chinois se trouve par conséquent confronté à un dilemme : comment satisfaire les demandes politiques des paysans tout en maintenant une croissance économique forte ? Selon Yang Zhong, le gouvernement s’est aperçu que la démocratie peut être un moyen efficace de régler la question rurale et a commencé à tester des pratiques démocratiques. Il reste à voir jusqu’où elles iront.

Les recherches de Kevin O’Brien montrent que l’expansion de la démocratie électorale est réelle. Les procédures se sont considérablement améliorées et, malgré le manque d’intérêt initial des électeurs, le taux de participation est monté en flèche lorsque les électeurs se sont aperçus que les élections sont la meilleure façon de se débarrasser des représentants incompétents. Bien que les dirigeants insistent sur le fait que les élections communales et villageoises sont la preuve de la modernité et du progressisme du Parti, il ne faut pas négliger leurs motivations sous-jacentes : ce système électoral permet de rendre les élus locaux corrompus et soucieux seulement de leurs intérêts propres, responsables devant leurs électeurs. Les dirigeants espèrent ainsi bénéficier d’une plus grande popularité et éviter que le mécontentement de l’électorat ne se retourne contre eux.

Les Réformes politiques rendent-elles le régime plus démocratique ?

Selon Sophie Richardson, la durabilité du Parti tient au fait que le régime se soit considérablement transformé de l’intérieur. D’après « Self-refom within authoritarian regimes: reallocations of power in contemporary China », cette transformation indique que les régimes autoritaires peuvent être plus flexibles et transférer le pouvoir sans toutefois nécessairement perdre le contrôle. Le gouvernement a consciemment commencé à redistribuer le pouvoir même si cela n’a pas donné lieu à un changement de régime. Les réformes de décentralisation ont encouragé les agents locaux à mieux informer le centre et ont ainsi diminué leur capacité et leur intérêt à exproprier des ressources publiques locales. Le système de responsabilité des ménages[xvi] a mis fin à l’agriculture collective en 1982 et les paysans ont ainsi obtenu un degré de contrôle sans précédent sur leur production[xvii].

En bref, du point de vue de l’Etat, donner plus d’autonomie politique permet de renforcer la croissance économique, de limiter ses responsabilités dans les zones rurales, de mieux institutionnaliser la prise de décision, et de recruter des citoyens populaires à l’échelon local. De plus, le gouvernement chinois fait preuve de flexibilité dans sa recherche de soutien populaire et de stabilité. Il réussit ainsi à maintenir la croissance et à minimiser toute opposition.

Dernièrement, la direction du Parti a développé une idéologie politique visant à justifier le maintien du Parti en tant que « parti au pouvoir » du fait de sa capacité à servir les besoins et intérêts actuels de la Chine en tant que pays moderne et prospère[xviii]. Dans «  Democracy and the governing party: a theoretical perspective », Brantly Womack, chercheur reconnu à l’Université de Virginia, s’interroge sur la possibilité d’une « démocratie de l’Etat-Parti ». Selon lui, même si la démocratie législative est la seule forme démocratique stable, la libéralisation continue de l’Etat-Parti pourrait minimiser le traumatisme de la transition. Il fait référence, sans le nommer, à Pan Wei, qui affirme que la Chine a besoin, de l’instauration d’un Etat de droit bien plus que d’un gouvernement démocratique. Et le passage à un « parti au pouvoir » voulant lutter contre la corruption rend les lois et leur administration primordiales (yifa zhizheng) [xix].

Brantly Womack considère que c’est l’affaiblissement de la capacité de l’Etat en cas de désordre politique et économique qui constitue le problème majeur des Etats post-communistes. De plus, il remet en question le monopole de la démocratie législative et insiste sur la nécessité de prendre en compte le degré de satisfaction de la population, si elle soutient le système politique et pense que ses intérêts sont servis. Il semble évoquer implicitement l’importance du minben en énumérant certaines pratiques qu’il qualifie de « démocratiques » en ce sens que les dirigeants du pays se préoccupent en priorité du bien-être du peuple et évitent à tout prix l’erreur de s’aliéner des masses (tuoli qunzhong). Il ajoute qu’avec Hu Jintao, l’état de droit et la démocratie interne au Parti sont mis au premier plan. L’opinion publique devient véritablement essentielle pour les dirigeants, comme l’a évidemment montré le traitement de la crise du SRAS. Cette analyse plutôt osée le conduit à parler d’ «Etat-Parti démocratique» dans la mesure où le Parti garde sa prérogative de direction politique et l’Etat est l’organe administratif des affaires publiques, mais où les mesures prises par Hu Jintao rendent indéniablement la Chine plus « démocratique » (sic) au sens où l’influence du peuple se renforce et devient plus efficace dans un Etat-Parti.

Brantly Womack précise ensuite sa démarche avec précaution. S’il tente d’ouvrir la question de la possibilité théorique d’un Etat-Parti démocratique, il ne manque pas de rappeler toutes les insuffisances institutionnelles actuelles. Toutefois, il insiste sur la prise en compte de l’opinion publique comme paramètre déterminant, puisque les usages du système permettent désormais à la popularité ou à l’impopularité des dirigeants et de leurs politiques de décider de leur sort. Pour qu’un Etat-Parti soit démocratique, il est essentiel que le peuple ait le sentiment de participer aux transformations du système. Le processus ne doit pas être imposé d’en haut. Les dirigeants doivent être à l’avant-garde du processus de démocratisation, et ne pas se concentrer uniquement sur la protection de leurs intérêts propres. Enfin, la sphère publique doit s’étendre et se diversifier.

Synthétisant les analyses précédentes, Wang Zhengxu, dans « Hybrid regime and peaceful development in China », rend compte des pressions diverses qui poussent le régime à se démocratiser. Il affirme que la Chine est un régime hybride, une « démocratie à adjectifs », car des élections libres ont lieu au niveau local et la politique chinoise se libéralise. Un système législatif et judiciaire de qualité est en effet indispensable au passage à l’économie de marché. Cependant, la législation ne peut se limiter à la sphère économique. Le gouvernement a lancé le mouvement, mais les citoyens semblent le forcer à aller toujours plus loin. D’une part, les mouvements de défense des droits civils se multiplient. Certaines affaires, comme l’affaire Sun Zhigang mentionnée à maintes reprises dans les trois ouvrages étudiés ici, montrent comment la société civile  peut parfois critiquer le gouvernement pour une politique déraisonnable et pour son incapacité à corriger ses méfaits, et le pousser à changer de politique. Ce sont des cas ponctuels qui mènent petit à petit au constitutionalisme et à l’Etat de droit. D’autre part, des directives promeuvent les concepts de constitutionalité, de procédure obligatoire, de droit public à l’information et à la participation aux prises de décisions, et enfin de droit du citoyen à l’action légale. Des actions concrètes, comme la promulgation de la loi sur la législation (lifa fa) en 2000[xx], ont été prises. Un cercle vertueux est mis en place selon lequel les citoyens sont de plus en plus conscients de leurs droits et cela se traduit par une demande de lois, de politiques et d’un système judiciaire justes. En outre, la législation et la contestation de telles lois affûtent davantage la conscience qu’ont les citoyens de leurs droits et libertés, de la justice et des procédures justes et des limites de l’administration.

La recherche d’un système légal pour limiter les fonctionnaires fait l’objet d’un consensus entre la population et les élites. L’Etat de droit impersonnel et généraliste devrait ainsi succéder à la gestion au cas par cas de la corruption et aux campagnes idéologiques. Mais, comment expliquer qu’un Etat non démocratique recherche la transparence ou l’ouverture ? Wang l’explique par l’engagement des dirigeants à poursuivre le bon gouvernement traditionnel[xxi]. Argument bien plus convaincant : la transparence, l’ouverture et la responsabilité sont les seules solutions à la crise de gouvernance dont la Chine souffre actuellement. Les citoyens et le gouvernement ont donc des motivations différentes, mais des buts similaires. Les citoyens agissent de façon parfois radicale, comme dans l’affaire de la BMW et de Baoma An. Ils se sont alors mobilisés et leur enthousiasme pour la justice, l’égalité et le bien commun ont montré que le régime n’a rien à craindre de la société civile. Au contraire, de telles démonstrations citoyennes aident indubitablement le gouvernement central à mieux comprendre l’opinion publique et à surveiller les agences gouvernementales et les administrations locales[xxii].

Les jeunes citadins éduqués s’intéressent aux questions politiques et sociales. Or, sans canaux officiels pour absorber et diriger l’expression et la participation citoyenne, Internet et les portables sont devenus des débouchés naturels. Ces mouvements citoyens sont utiles, mais doivent être canalisés. La seule solution est d’étendre officiellement la participation politique.

Ces chercheurs avancent par conséquent des conclusions assez optimistes quant à la transformation du régime – bien plus que Jean-Philippe Béja, qui a intitulé un article récent « Le pari chinois : se développer sans démocratiser »[xxiii], ou que certains dissidents exilés à l’étranger tels que Cai Chongguo ou Hu Ping[xxiv]. L’espoir qui surgit à la lecture de ces trois ouvrages naît de la conviction des chercheurs qui y ont participé que « la Chine n’est plus la société monolithique qui existait sous le système socialiste de Mao » et que le régime est véritablement en train de se réformer en profondeur, bien que très progressivement. Il n’avait en fait d’autre choix pour se maintenir que d’ouvrir la boîte de Pandore des réformes politiques et législatives – impossible à refermer maintenant que la société chinoise commence à oser s’exprimer à nouveau.

Emilie Frenkiel.


[i] Le terme est employé dans les trois ouvrages mais on verra plus loin que sa définition est assez lâche. Il ne s’agit pas, par exemple, du sens schumpéterien du terme, pour qui la démocratie se limite à sa définition procédurale de compétition et d’alternance des élites au pouvoir.

[ii] Dont : GUO BAOGANG « From conflict to convergence: modernity and the changing Chinese political culture » ; YANG ZHONG « Democratic values among Chinese peasantry: an empirical study » ; BRANTLY WOMACK « Democracy and the governing party: a theoretical perspective » ; SOPHIE RICHARDSON « Self-reform within authoritarian regimes: reallocations of power in contemporary China » in YANG ZHONG & HUA SHIPING ed. (2006). Political civilization and modernization in China : the political context of China’s transformation. Series on Contemporary China vol.4 (World Scientific, London)

[iii] Dont : GUO BAOGANG « China’s peaceful development, regime stability and political legitimacy » ; ANDREW WEDEMAN  « Strategic repression and regime stability in China’s peaceful development » ; SHAWN SHIEH « Corruption, economic growth and regime stability in China’s peaceful development » ; WANG ZHENGXU « Hybrid regime and peaceful development in China » in GUO SUJIAN (2006). China’s « Peaceful Rise » in the 21st Century- Domestic and International Conditions (Ashgate, London)

[iv] Les élections compétitives.

[v] Dans les années qui suivirent la révolution, le régime s’affaira à construire sa légitimité sur l’idéologie marxiste un tant soit peu réinterprétée. On note par exemple les ajouts des concepts d’origine de classe et de révolution continue. C’est selon cette dernière théorie que Mao encourageait une série de mini révolutions menées à la base afin d’éviter l’ossification de la révolution, menant à la transformation du parti au pouvoir en une classe dirigeante et le peuple en une classe dirigée. cf la « ligne de masse » (群众路线,qunzhong luxian).

[vi] Grâce au PCC, le peuple chinois pouvait enfin prétendre à un avenir radieux où la nation serait suffisamment forte pour résister à l’oppression économique et militaire des forces impérialistes.

[vii] Les références, certes sélectives, à certains concepts tel que le bien-être du peuple abondent. Le Parti se présentait comme une organisation désintéressée gouvernant exclusivement dans l’intérêt du peuple grâce à sa compréhension unique du Marxisme. Voir plus loin l’analyse de Guo Baogang sur la culture politique traditionnelle.

[viii] La RPC possède officiellement trois niveaux administratifs : la province, le district et le canton. Dans la pratique, il existe également un niveau préfectoral (qui est un cran en-dessous du niveau provincial) et un niveau communal (sous la juridiction des cantons).

[ix] Voir entre autres JIE CHEN (2004). Popular political support in urban China (Stanford UP, Stanford)

[x] Les quatre concepts (tianming 天命, renzhi 仁治, fali 法理, minben 民本) du Ren’ai (bienveillance et humanité) confucéens sont essentiels pour la légitimation utilitariste du régime.

[xi]Les dirigeants ne doivent pas surtaxer leurs sujets et doivent s’assurer que le peuple a une alimentation, un logement et des vêtements suffisants. En outre, ils doivent contrôler les inondations et limiter la pauvreté.

[xii] Cf  les « trois nouveaux principes du peuple » énoncés par Hu Jintao, correspondant à son interprétation des trois représentativités de Jiang Zemin : « utiliser notre pouvoir pour le peuple, unir nos sentiments au peuple, et nous concentrer de tout cœur sur la poursuite du bien public ».

[xiii] Veenhovern, R.(2005). Average happiness in 91 nations 1995-2005 (World database of happiness) et JIE CHEN (2004). Popular political support in urban China (Stanford UP, Stanford)

[xiv] Il faut également rappeler que l’extraordinaire développement économique du pays, l’explosion des classes moyennes et riches, et la nouvelle place de la Chine dans le monde satisfont les sentiments nationalistes de la population.

[xv] O’BRIEN & LI LIANJIANG (2006). Rightful resistance in rural China (CUP, Cambridge)

[xvi] 家庭联产承包责任制 jiating lianchan chengbao zeren zhi, dont l’objectif est de privatiser les champs tout en gardant le système de propriété dit « socialiste ».

[xvii] Un nouveau compromis a alors été trouvé, car l’Etat n’avait plus les moyens de distribuer les services comme il le faisait jusqu’alors en échange de son droit aux surplus.

[xviii] En septembre 2004, le Comité Central a adopté une directive majeure : la Résolution sur le renforcement de la capacité à gouverner du parti. Elle indique que le sort du socialisme et du Parti dépend de la réussite de son adaptation à l’épreuve que représente son rôle dirigeant dans un pays relativement prospère.

[xix] Cet optimisme est partagé par Jean-Pierre Cabestan, dans « Political and practical obstacles to reform of the judiciary », qui pense qu’on se dirige vers un « rechsstaat à la chinoise ». En effet, même si l’Etat de droit en Chine est encore interprété et garanti en accord avec les pouvoirs politique, bureaucratique et économique des partis impliqués plus qu’en accord avec les principes du droit et de la justice, le système chinois évolue du fait des pressions extérieures (WTO) et internes (monde des affaires). Cependant, Cabestan souligne que l’écart entre les régions côtières et le reste du pays se creuse, et que le risque d’instabilité politique et de soulèvement est grand si le système judiciaire ne parvient pas à montrer qu’il peut régler efficacement les problèmes sociaux et légaux affectant la société.

[xx] Cette loi a pour premier objectif de stipuler pour la première fois la hiérarchie et la compétence des sources statutaires de la loi en Chine. Elle clarifie également les compétences, les procédures d’application et les contrôles de légitimité des lois et des régulations.

[xxi] L’idéal du gouvernement bienveillant, probe, moderne, professionnel et efficace provient de la tradition confucéenne du gouvernement responsable, de l’influence du discours et de l’éducation du Parti, ainsi que de la compréhension des gouvernements modernes.

[xxii] Wang Shaoguang, dans une interview publiée par l’université de Pékin intitulée « La réforme de Wen et de Hu : un nouveau consensus. Nouvelle direction » (胡温改革新的共识新的走向), mentionne les revues de presse quotidiennes sur Internet grâce auxquelles les idées et les réactions du peuple parviennent aux décideurs du Parti.

[xxiii] BÉJA, JEAN-PHILIPPE (2007). « Le pari chinois : se développer sans démocratiser » in Sciences Humaines les grands dossiers N°6

[xxiv] CAI CHONGGUO « La coquille vide du PCC » in Le Monde, Mardi 3 Juillet 2007 ; HU PING (2004). A quand la démocratie : les illusions de la modernisation (Editions de l’Aube)

Pour citer cet article : Emilie Frenkiel, « Comprendre la légitimité et la stabilité du régime chinois», SinoPolis, novembre 2010.

Richard Belsky: “Placing the Hundred Days: Native-Place Ties and Urban Space”

Richard Belsky, “Placing the Hundred Days: Native-Place Ties and Urban Space”, in Rebecca E. Karl and Peter Zarrow, Rethinking the 1898 Reform Period, Political and Cultural Change in Late Qing China, Cambridge; London: Harvard University Press, 2002, pp. 124-157.

Richard Belsky étudie comment la ville de Pékin a influencé le mouvement des Cent Jours et pourquoi celui-ci ne peut être pleinement compris si on le détache des caractéristiques géographiques, sociales et institutionnelles de Pékin. Le contexte de Pékin a en effet grandement pesé sur les impulsions réformatrices des années 1895-1898 et les Cent Jours, malgré leur échec politique, ont eu des répercussions durables sur la ville et les relations entre les organisations traditionnelles et les autorités locales.

Richard Belsky centre son étude sur les huiguan (會館) [native-place lodges] situées dans le quartier de Xuannan (宣南) à Pékin. Ce quartier se situait dans la Ville extérieure, au sud de la porte Xuanwu (宣武) et était occupé principalement par des officiels, des intellectuels et de nombreux candidats aux examens mandarinaux qui se rendaient régulièrement à la capitale. Pékin était largement peuplée de provinciaux venus temporairement à la capitale comme les candidats aux examens et Belsky montre que les plus grandes agitations réformistes eurent lieu en 1895 et 1898 soit, au moment où Pékin était submergée par les candidats venus passer l’examen le plus élevé, lequel se tient tous les trois ans. Les provinciaux présents à Pékin résidaient dans les huiguan, des habitations qui répartissaient les résidents selon leur lieu d’origine. Ces huiguan offraient ainsi une configuration favorable à l’émulation réformiste qui agita la fin des années 90. Tout d’abord, le quartier de Xuannan se situait dans la Ville extérieure qui, précise Belsky, était moins sujette au contrôle administratif et policier du gouvernement. En effet, les représentations de l’autorité gouvernementale étaient concentrées dans la Ville intérieure et le contrôle social de la Ville extérieure était plus ou moins laissé aux organisations traditionnelles. Les huiguan concentraient également une large population composée essentiellement d’officiels, de candidats aux examens, d’intellectuels, tandis que les marchants et commerçants se trouvaient à l’est de la Ville extérieure.

Huiguan du Huguang (湖廣). Source : Showchina.org

Cette concentration permettait une circulation rapide de l’information et nourrissait une émulation d’autant plus forte qu’elle était soutenue par les liens si importants en Chine de l’origine provinciale (tongxiang 同鄉). Ces liens dictés par l’origine provinciale jouèrent un rôle important dans les mouvements de réformes comme le montre Belsky à travers plusieurs exemples. Lorsque des actions éclataient, il n’était pas rare qu’elles soient menées par groupes de même origine dont la proximité dans les huiguan facilitait le regroupement. Le premier exemple donné par Belsky est celui des pétitions qui se multiplièrent en 1895 contre le traité de Shimonoseki. Excepté la pétition de Songyun an (松筠庵) lancée par Kang Youwei, toutes les pétitions (32 au total) furent remises au Censorat par groupes d’officiels et de candidats aux examens d’une même province. Ce regroupement avait un avantage dont ne bénéficia pas la pétition de Songyun an. Pour être acceptés par le Censorat, et cette règle concernait tout action officielle à Pékin, les pétitionnaires devaient avoir obtenu une garantie appelée yinjie (印結), laquelle ne pouvait être délivrée que par un officiel originaire de la même province que celui qui en faisait la demande. Belsky insiste sur l’importance des liens sociaux que créait l’appartenance à un même lieu d’origine. Au contraire, la pétition de Songyun an, signée par 1300 pétitionnaires venus de 18 provinces différentes fut refusée par le Censorat. Le deuxième exemple donné par Belsky est celui des sociétés d’études (study societies) dont la première fut la Qiangxuehui (強學會), fondée à Pékin en 1895. Bien qu’elle fût interdite quelques mois seulement après sa fondation, elle eut une forte influence sur la vie sociale de Pékin et d’autres sociétés virent le jour à sa suite. Ces sociétés portaient le nom d’une province et étaient tenues par des groupes originaires de la province en question. Cette forme de regroupement est également vraie pour les sociétés de protection qui se multiplièrent en 1898. En 1898 éclata également un deuxième mouvement pétitionnaire initié par les candidats aux examens, alors présents à Pékin. Ce deuxième mouvement faisait suite au pillage d’un temple confucéen par les Allemands dans le Shandong et fut également organisé selon les lieux d’origines. L’influence des huiguan dans le mouvement de réformes fut donc d’une importance à ne pas négliger et le resta jusqu’à la fin du mouvement : de nombreux activistes parmi les plus importants, comme Kang Guangren et Tan Sitong furent arrêtés dans leur huiguan à Xuannan.

En offrant un lieu relativement à l’abri du contrôle gouvernemental et bénéficiant d’une autonomie organisationnelle, le quartier de Xuannan et le système de huiguan portèrent le mouvement de réformes, mais Belsky montre également comment le mouvement influença la capitale. Outre les projets de réformes avortés comme la réparation des routes à Pékin ou le transfert de la capitale dans le Jiangnan, lesquels révèlent toutefois une préoccupation importante de la part des réformateurs pour les questions urbaines, les réformes concernant l’éducation transformèrent certains traits caractéristiques de Pékin. Le changement le plus radical est la fondation de l’Université impériale et l’abandon du système des examens mandarinaux. Le mouvement des réformes prôna également la création d’écoles primaires et élémentaires (primary and middle school) dans la capitale. Mais c’est surtout au début du 20ème siècle que la nécessité de réformer l’éducation se fit pleinement sentir. Un rapport de 1909 indique que 250 écoles avaient été établies à Pékin. Ces écoles étaient privées (sili 私立), officielles (guanli 官立) ou publiques (gongli 公立). Les écoles dites « officielles » étaient établies par l’Etat tandis que les écoles « publiques » étaient instituées par un effort collectif émanant de groupes sociaux sans le support de l’Etat. Un autre changement, involontaire, fut une détérioration des relations entre les organisations traditionnelles et les autorités locales. En effet, les huiguan bénéficiaient d’une forme d’autonomie vis-à-vis de l’intrusion gouvernementale par leur emplacement dans la Ville extérieure mais comme ils offraient un espace suffisamment étendu pour accueillir des réunions importantes et constituaient des lieux propices aux prises de paroles en public, les huiguan furent de plus en plus utilisés pour abriter des activités politiques notamment dans les années qui précédèrent 1911 et durant le 4 mai. L’Etat chercha donc à les contrôler et la tolérance envers l’autonomie des corporations laissa place à une nouvelle forme de pénétration des huiguan par les autorités municipales (municipal government) qui établirent des directives détaillées que chaque huiguan se vit contraint d’adopter.

Richard Belsky met au jour des influences mutuelles entre Pékin et le mouvement des Cent Jours. Les particularités sociales et administratives de Pékin fournirent au mouvement des lieux propices à son développement tandis que ce dernier transforma durablement certains aspects de Pékin. L’étude de Belsky permet ainsi de ne plus voir les Cent Jours seulement comme un échec politique mais de considérer les changements qui découlèrent du mouvement.

Audrey Déat

Pour citer cet article : Audrey Déat, « compte rendu » : Richard Belsky, “Placing the Hundred Days: Native-Place Ties and Urban Space”, in Rebecca E. Karl and Peter Zarrow, Rethinking the 1898 Reform Period, Political and Cultural Change in Late Qing China, Cambridge; London: Harvard University Press, 2002, pp. 124-157. SinoPolis, août 2010.

Publicists and Populists: Including the Common People in the Late Qing New Citizen Ideal

Joan Judge, “Publicists and Populists: Including the Common People in the Late Qing New Citizen Ideal”, in Joshua A. Fogel and Peter G. Zarrow, Imagining the People, Chinese Intellectuals and the Concept of Citizenship, 1890-1920, London, New York: M. E. Sharpe, 1997, pp. 165-182.

Une des tâches les plus difficiles des réformateurs de la fin des Qing consistait à intégrer le peuple dans leur programme de réforme alors que plusieurs incidents et protestations contre le Xinzheng éclataient dans les dernières années de la dynastie. Joan Judge étudie, à travers l’exemple des journalistes du Shibao, le quotidien de Shanghai, comment les journalistes contribuèrent à inclure le peuple dans l’idéal réformateur et quel double rôle ils jouèrent vis-à-vis du peuple et vis-à-vis des officiels. Judge montre comment les journalistes se trouvaient pris par deux mouvements contraires : mus par une tendance au paternalisme et à un élitisme marqué, ils pensaient être les seuls à pouvoir exécuter les réformes auprès du peuple qu’ils traitaient parfois avec condescendance, témoignant par là de la distance qu’ils mettaient entre eux et le peuple. Mais d’autre part, une tendance nationaliste leur faisait comprendre que l’idéal réformateur ne pourrait être réalisé que lorsque le peuple serait éclairé ; ils tentèrent alors d’inclure le peuple dans le projet national tout en les défendant quand les mesures prises pouvaient leur nuire : « Seeking to fulfill their two objectives of national reform and social justice, the journalists took on a dual role of cultural translation, serving both as advocates for the common people vis-à-vis reform elites and officials and as advocates for the reform project vis-à-vis the common people. » (Judge p.166).

Joan Judge met en lumière le rôle de la presse à cette époque. Si l’écrit a longtemps porté les revendications du peuple, la presse offrait un nouveau mode d’expression et surtout, comme le précise Judge, elle ne s’adressait pas au souverain (comme les pétitions par exemple) mais au public. Le peuple, qui n’avait d’autres moyens de se faire entendre que par la protestation collective, se voit donc conféré ce que Judge appelle une voix publique « public voice » et même une opinion publique : « the press provided socially concerned elites with a forum for translating the common people’s inarticulate and often violent claims into expressions of public opinion that demanded serious consideration » (p.170).

La presse mettait donc en lumière les protestations populaires en les sortant de leur caractère régional et en leur conférant une visibilité plus large, en attirant sur elles la conscience nationale et les préoccupations des élites urbaines. Les journalistes montraient ainsi que les villageois avaient leur propre organisation et leurs propres pratiques et qu’il fallait rendre le projet de réformes compréhensible pour le peuple au lieu de le lui imposer. Ils proposaient d’étudier le sentiment populaire avant d’implanter les réformes et encourageaient des médiations culturelles entre les officiels et les membres d’un village. Afin d’intégrer le peuple dans le programme de réformes les journalistes tentèrent d’expliquer les révoltes contre le Xinzheng qui éclatèrent à la fin des Qing. Dans le but d’expliquer les attaques contre les institutions locales, les réformateurs divisèrent le peuple en deux catégories : ceux qui pouvaient être corrigés, éduqués et entrer dans le mouvement des réformes, et ceux qui étaient perdus et incorrigibles. En attribuant à ces derniers les actes contre le Xinzheng, les réformateurs conservaient l’idée que le peuple, ou du moins, la majorité vertueuse du peuple, pouvait être éduquée. Judge précise toutefois qu’en traduisant les protestations du peuple, les journalistes ne créaient pas le discours du peuple mais leur propre discours sur le peuple, discours motivé par leur programme d’intégration du peuple à la vie politique. Les journalistes s’impliquaient parfois personnellement et tentaient d’expliquer l’augmentation des « mauvais éléments » dans la société chinoise sans pour autant renoncer à leur idéal. Judge s’appuie alors sur les explications données par des journalistes du Shibao comme la multiplication de soldats désoeuvrés qui, se retrouvant sans emploi après la rébellion des Boxers, s’adonnaient au vol ou au banditisme. Une autre raison est la suppression du système des examens qui laissa de nombreux individus sans espoir de carrière, surtout dans les régions où le commerce était moins développé et où de nombreuses familles comptaient sur un poste de fonctionnaire. Les journalistes tentaient de localiser des causes pour expliquer les manifestations de protestations et minimisaient ce que les officiels, au contraire, exagéraient afin de justifier leur répression : l’influence des forces révolutionnaires. Les journalistes montraient que les manifestations contre les nouvelles politiques étaient des éclatements spontanés de violence que ne sous-tendait aucune stratégie organisée d’opposition à la dynastie. Les journalistes contribuaient donc à implanter les réformes dans les consciences populaires et rectifiaient la vision que les officiels avaient du peuple : « Rather than blame the revolutionaries for the rural disturbances, the Shibao editorialists discussed sociological and infrastructural problems that had led to uprisings, thereby infusing the inherited discourse on popular protest with new elements » (Judge, p 175).

Audrey Déat.

Pour citer cet article : Audrey Déat, « compte-rendu » : Joan Judge,  “Publicists and Populists: Including the Common People in the Late Qing New Citizen Ideal”, in Joshua A. Fogel and Peter G. Zarrow, Imagining the People, Chinese Intellectuals and the Concept of Citizenship, 1890-1920, London, New York: M. E. Sharpe, 1997, pp. 165-182 ; SinoPolis, mai 2010.

La citoyenneté des femmes à la fin des Qing

Rebecca E. Karl, “‘Slavery’, Citizenship, and Gender in Late Qing China’s Global Context”, in Rebecca E. Karl and Peter Zarrow, Rethinking the 1898 Reform Period, Political and Cultural Change in Late Qing China, Cambridge; London: Harvard University Press, 2002, pp 212-244.


Rebecca E. Karl analyse l’ambiguë position des femmes à la fin des Qing à travers la notion d’esclavage et en étudiant les discours sur la citoyenneté à la lumière de la question des genres. La notion d’esclavage provient de l’expression « nüzi wei nuli » (女子為奴隸) qui était une façon de faire référence aux femmes à une époque où, paradoxalement, elles apparaissaient comme des sujets politiques et obtenaient une plus grande visibilité sur la scène sociale. Discursivement enserrées dans une notion qui limite leur accès au politique, les femmes se sont elles-mêmes emparées de cette idée d’esclavage pour revendiquer leur accès à la citoyenneté. Rebecca E. Karl met en regard deux identifications des femmes qui sont d’une part assimilées au peuple en général dans un discours nationaliste universel et qui se définissent d’autre part comme une classe d’élite ayant pleinement accès à la citoyenneté.

Continuer la lecture de La citoyenneté des femmes à la fin des Qing