Archives par mot-clé : Xinjiang

La mutation de Wang Lequan, une sanction à retardement ?

Les instances dirigeantes du PCC ont annoncé que Wang Lequan (王乐泉) devait quitter ses fonctions de secrétaire du Parti de la Région autonome du Xinjiang. Wang occupait ce poste depuis 1995, il aura donc passé 15 ans à la tête d’une région très sensible et vitale pour le régime. Une telle longévité à un poste de ce niveau est exceptionnelle en Chine et pousse d’autant plus à interroger les raisons qui ont pu conduire le pouvoir central à y mettre un terme. De nombreux observateurs ont signalé qu’il n’y avait rien d’anormal dans une telle mutation puisque Wang  Lequan avait fait son temps et que, de plus, il avait atteint l’âge limite de 65 ans pour diriger une province. Les autorités du Parti précisent, cependant, qu’il a été muté au poste de secrétaire adjoint de la Commission Politique et Législative du Comité central (中国共产党中央政法委员会) et non placé à la retraite. Doit-on, dès lors, considérer cette mutation comme une sanction ? D’aucuns ont fait valoir que les événements du Xinjiang remontent à près d’un an et qu’il est donc difficile d’y voir une sanction. De fait, il n’est pas aisé de conjecturer sur une telle décision, l’opacité du régime chinois, notamment à l’échelon central, rend particulièrement ardu le travail de la pékinologie.

Néanmoins, cet événement peut illustrer un fonctionnement typique du pouvoir chinois. Les pékinologues tels que Li Cheng ou Bo Zhiyue répètent à l’envi que la Chine est désormais entre les mains d’une oligarchie. Le pouvoir personnel qui caractérisait la Chine de Mao ou celle de Deng s’est éteint au profit d’une gestion collective du pouvoir. La négociation entre les hauts dirigeants est donc devenue le mode normal de fonctionnement du pouvoir. Les pékinologues sont indéniablement  dans le vrai, mais leur assertion mérite d’être doublement précisée : tout d’abord, ce fonctionnement du pouvoir chinois n’est pas une nouveauté intégrale pour le régime, il s’agirait plutôt d’un retour aux origines, avant la mise en place du pouvoir personnel de Mao que l’on pourrait dater du milieu des années 1950. Avant cette date, en effet, le pouvoir était collectif ; même si Mao exerçait une forme de prééminence, il n’était qu’un primus inter pares. Ce premier point permet de relativiser l’étendue de la nouveauté. Ensuite, il faut également préciser que la prise de décision collective par la négociation de tous les acteurs impliqués ne caractérise pas seulement le sommet du pouvoir, mais toute la chaîne hiérarchique. C’est l’ensemble de l’architecture politico-administrative chinoise qui fonctionne de la sorte.

Ce trait typique du pouvoir chinois a des conséquences importantes. De nombreuses erreurs d’analyses des observateurs étrangers peuvent être liées à une méconnaissance de ces particularités chinoises. La prise de décision en Chine n’est pas comparable à ce que l’on peut connaître dans les bureaucraties occidentales. Lorsque le pouvoir (ou de manière plus large, l’administration) est confronté à un problème, toute prise de décision est soumise à l’émergence d’un consensus préalable entre les différents acteurs impliqués, les diverses administrations ayant intérêt à l’affaire. Cette procédure, prise en charge matériellement par les bureaux des affaires générales (办公室),  requiert beaucoup de temps car les intérêts en question peuvent être divergents. Contrairement à l’idée que l’on peut se faire de l’Etat chinois, les décisions entièrement conçues au sommet, sans négociation préalable réunissant l’intégralité des acteurs, sont extrêmement rares et laissent souvent des traces dans la mécanique du pouvoir ; elles n’interviennent donc qu’en cas d’extrême nécessité. De plus, une fois la décision prise, sa publicité peut se faire attendre plusieurs mois, le pouvoir considérant qu’il est plus sage de saisir le moment opportun afin de produire plus d’effets ou, au contraire, d’en limiter la visibilité. Extension extrême dans le temps des procédures de prises de décision et opacité du système rendent donc quasiment impossible la reconstruction par les observateurs. Dévider un tel écheveau demeure en effet bien souvent un vœu pieux.

Si l’on tient compte de ces quelques menues remarques, la mutation de Wang Lequan près d’un an  après l’agitation qu’a connue le Xinjiang peut en effet être lue comme une sanction. Celle-ci ne s’est sans doute pas imposée d’emblée et certains acteurs au sein du système ont pu faire valoir que Wang  Lequan constituait le meilleur atout du régime pour la stabilité de la province. Mais il est fort probable que le consensus final aura tranché pour son remplacement. Le délai entre les évènements et la décision de remplacer Wang ne doit donc pas nous laisser nécessairement penser qu’ils ne sont pas liés. On notera d’ailleurs avec intérêt que Wang Lequan, réputé pour ses manières fortes, est remplacé par Zhang Chunxian (张春贤), Secrétaire du Parti du Hunan, connu en Chine comme le « Secrétaire de l’Internet » (网络书记). Les compétences en communication, notamment à partir des outils informatiques, dont il fait preuve, ou que l’on aura voulu construire autour de lui, permettent de projeter l’image d’un cadre moderne et, sans doute, plus subtil. Ce choix pourrait annoncer un changement de méthode au Xinjiang, ce qui signifierait que le pouvoir tire les conséquences des évènements de l’été dernier.

La thèse de la simple mise à la retraite de Wang Lequan conserve une certaine crédibilité, puisque la règle s’est imposée avec force aux cadres du régime, mais il n’est pas inutile de préciser qu’une autre lecture, moins conventionnelle, est envisageable.

Paul Charon

Pour citer cet article : Paul Charon, « La mutation de Wang Lequan, une sanction à retardement ? », SinoPolis, avril 2010.